691/journal de la grande guerre: 25 juin 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du dimanche 25 juin à travers le Miroir

Le combat a continué avec violence sur la rive droite de la Meuse. Nos contre-offensives nous avaient permis de reprendre, dans la région de la cote 321 et de la cote 320, une grande partie du terrain perdu et de refouler l’ennemi jusqu’aux abords de l’ouvrage de Thiaumont. Mais à son tour, l’ennemi a pu pénétrer dans quelques maisons du village de Fleury. La lutte a été très vive aussi dans les secteurs du bois de Fumin et du Chenois. Les Allemands ont engagé contre nous plus de six divisions.
Sur la rive gauche de la Meuse, la journée a été relativement calme, sauf dans la région de la cote 304 où nos positions ont été bombardés par un tir lent et continu.
Lutte d’artillerie sur le front belge.
La bataille continue très dure entre Russes et Allemands dans la région comprise entre Loutsk et Vladimir-Volynski. Nos alliés ont conquis les deux tiers de la Bukovine et Pflanger est acculé aux Carpathes et à la frontière roumaine.
L’armée grecque a été complètement démobilisée.

 

Journée Serbe, 25 juin 1916. Anniversaire de la bataille du Kosovo

616x510Cette affiche de la Première Guerre mondiale, publiée à Paris en 1916, représente une scène du théâtre serbe de la guerre à la fin de l’année 1915, lorsque ce qui restait de l’armée serbe et les réfugiés civils l’accompagnant furent forcés de fuir au Monténégro et en Albanie. Les forces d’invasion d’Autriche-Hongrie et d’Allemagne s’enfoncèrent en Serbie, et occupèrent la capitale Belgrade. Un des affrontements majeurs de la campagne se déroula au Kosovo, site d’une bataille en 1389 entre une armée serbe médiévale et les envahisseurs ottomans. Bien que la Serbie perdît son indépendance suite à la première bataille du Kosovo, cette déroute devint un symbole important du nationalisme serbe au XIXe siècle. L’affiche montre le transport, de l’autre côté de la rivière Drina, du vieux roi Pierre, qui suivit l’armée serbe lors de son repli en 1915, alors que les réfugiés se dirigent vers les montagnes. Des milliers de Serbes moururent de froid et de faim durant l’hiver 1915–1916, et la journée serbe, organisée à Paris au profit du Fonds de secours pour la Serbie, fut célébrée au mois de juin de façon à coïncider avec la date approximative de la première bataille du Kosovo. Pendant la Première Guerre mondiale, la Serbie fut une alliée de la Grande-Bretagne, de la France et de la Russie. La Serbie était une ennemie jurée de l’Autriche-Hongrie, qui blâmait les conspirateurs serbes pour l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, et qui était déterminée à punir les Serbes.

source: https://www.wdl.org/fr/item/4596/

LA PHOTO DU JOUR

4595

DIAPORAMA DU MIROIR

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/la-presse-illustree-francaise-pendant-la-grande-guerre

 

Publicités