(vidéo) 697/journal du 1 juillet 1916/ Somme: 1 million de morts en 5 mois

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du samedi 1 juillet à travers Le Miroir

En Belgique, à la suite d’une préparation d’artillerie, les Allemands ont attaqué un saillant de notre ligne aux abords de la route de Nieuport à Lombaertzyde. Notre contre-attaque, aussitôt déclanchée, les a rejetés d’un élément de tranchée où ils avaient pris pied.
Entre Chaumes et Roye, une forte reconnaissance allemande, prise sous notre feu, a été dispersée avant qu’elle ait pu aborder nos tranchées. Entre Oise et Aisne, deux autres patrouilles ont subi le même sort, devant Quennevières et au nord de Vingré.
En Champagne, une petite attaque ennemie à la grenade, sur nos postes avancés à l’ouest de la butte du Mesnil a été aisément repoussée.
Sur la rive gauche de la Meuse, les Allemands ont multiplié leurs actions offensives sur nos positions, depuis le bois d’Avocourt j’usqu’à l’est de la cote 304. Entre le bois d’Avocourt et la cote 304, toutes leurs tentatives ont été brisées. A l’est de la cote, ils auraient réussi à s’emparer d’un ouvrage fortifié de notre première ligne, mais ils en ont été délogés ensuite.
Sur la rive droite, après une série d’attaques et de contre-attaques de la part de l’ennemi, nous nous sommes rendus totalement maîtres de l’ouvrage de Thiaumont.
Les Russes ont pris Kolomea et fait 10000 prisonniers.
Les Italiens, avançant sur tout le front, ont capturé 1400 Austro-Hongrois.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet16.html

Début de la bataille de la Somme

imagePrincipale offensive menée par l’armée britannique sur le front ouest en 1916, la « bataille de la Somme » voit le premier engagement massif des volontaires de la « Nouvelle armée », créée par Lord Kitchener, secrétaire d’État à la Guerre, trois semaines après la mort de celui-ci lors du naufrage du navire qui le conduisait en Russie.

L’attaque doit se produire sur un large front – plus de 20 km –, entre Serre (Pas-de-Calais) et Maricourt, au sud, sur la rive droite de la Somme ; en outre, une attaque de diversion a été programmée, le premier jour, sur les lignes allemandes à Gommecourt, à 4 km au nord de Serre. Lancée conjointement avec une attaque française au sud de la Somme, cette offensive doit permettre, tout d’abord, d’établir une nouvelle position sur les hauteurs tenues par les Allemands, puis, ensuite, de réaliser une percée majeure.

L’attaque d’infanterie est précédée d’une préparation d’artillerie d’une semaine, culminant juste avant la sortie des lignes et synchronisée avec l’explosion de plusieurs mines gigantesques. À 7h30, le 1er juillet 1916, les fantassins britanniques sortent des tranchées et, disposés en ligne, entreprennent de traverser le no man’s land à un rythme lent et régulier. Ils sont rapidement exposés au déchaînement des mitrailleuses et des fusils des Allemands qui ont survécu au bombardement ; l’artillerie allemande, guidée avec précision, entreprend de frapper les tranchées de regroupement où sont massés les soldats qui attendent de monter à l’assaut. Les pertes sont énormes.

http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/lhistoire/batailles/la-bataille-de-la-somme-juillet-1916.html

Somme: 1 juillet 1916: la journée la plus meurtrière de la guerre

983ac99fe8a50e31931bb76c35f8d3ddbattle1_copyAu soir du 1er Juillet 1916, le bilan est inimaginable. Les quelques heures qui viennent de s’écouler sont- et seront jusqu’en 1918- les plus sanglantes de la guerre. Les Britanniques dénombrent des pertes s’élevant à près de 60000 hommes, dont au moins 20000 morts. Les Allemands sont eux aussi particulièrement éprouvés par les combats : 20000 d’entre eux ont été tués au cours de l’engagement auxquels il faut ajouter des milliers de blessés.

800px-Royal_Irish_Rifles_ration_party_Somme_July_1916

L’offensive de la Somme a débuté de la manière la plus tragique qu’il était possible d’imaginer. Mais elle se poursuit durant cinq mois entier pour obtenir en fin de compte des résultats très en dessous de ceux qu’espérait le général Haig. Les troupes britanniques, soutenues par leurs alliés français, réalisent une avancée d’à peine 10 kilomètres. Pour ce piètre bilan, près de 500000 vies, toutes nationalités confondues, auront été nécessaires.

http://www.clg-doisneau-gonesse.ac-versailles.fr/spip.php?article105

sur France info : http://www.franceinfo.fr/emission/france-info-y-etait/2013-2014/1er-juillet-1916-le-sang-anglais-coule-sur-la-somme-01-26-2014-12-15

vidéo

https://www.youtube.com/watch?v=0s0yl7D1rVE https://www.youtube.com/watch?v=57B79dmh-WE

Bataille de la Somme:  le témoignage insolite du soldat Thomas Easton

ob_4e6244_201410tranchee2

Récit du soldat écossais Thomas EASTON, (du 2 ème bataillon Tyneside Scottish – 34 ème division) relatant un événement particulier dont il a été le témoin indirect et dont a été gratifié l’un de ses compagnons.

Cet épisode qu’il qualifie lui même  »d’aventure extraordinaire » s’est déroulé pendant la Bataille de la Somme (La Boisselle), et ce, le 1er juillet 1916.

T. EASTON avait tenu à en témoigner, 50 ans après, quand il revint à La Boisselle, à quelques kilomètres, d’ALBERT sur le lieu des combats. Il dicta ce témoignage à une jeune professeur d’anglais qui en fit la traduction sur les quatre pages qui suivent.

http://thomaseaston1916.over-blog.com/2015/04/le-temoignage-insolite-du-soldat-thomas-easton-juillet-1916.html

Les ballons de foot de la Somme

Ce 1er juillet 1916, en tapant dans un ballon, le capitaine sort de sa tranchée à la tête de ses boys. Mais loin d’être une partie de foot, la journée sera un désastre : 20.000 morts en vingt-quatre heures. La pire page de l’histoire militaire anglaise. Les Allemands s’étaient enterrés et sont sortis avec leurs mitrailleuses. « Tuer des Anglais, ce 1er juillet, c’était comme couper du blé », racontera l’un d’eux dans une de ses lettres. Nevill tombe, et son ballon sera ramené en terre anglaise. Il est exposé dans un musée en Angleterre. Mais les trois autres?

http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/14-18-Les-ballons-de-foot-de-la-Somme-619368

Un impôt pour financer la guerre

http://legal.un.org/riaa/cases/vol_I/301-305.pdf

 

Publicités