715/journal du19 juillet 1916: hécatombe britannique et australienne à la bataille de Fromelles

Carnet du rémois Paul Hess (extraits)

Rien à ce jour

Journal du mercredi 19 juillet à travers Le Miroir

Les Allemands ont attaqué nos positions de la Somme depuis le village de Biaches jusqu’à la Maisonnette. Malgré des tentatives réiterées qui leur ont coûté de lourdes pertes, ils n’ont pu s’emparer de la Maisonnette. Quelques portions ennemies s’étaient infiltrées le long du canal dans la partie est de Biaches : elles en ont été délogées presque en totalité.
Sur la rive gauche de la Meuse, un coup de main dirigé sur nos tranchées de la cote 304 a échoué sous nos feux.
Sur la rive droite, combats à la grenade aux abords de la chapelle Sainte-Fine et à l’ouest de Fleury. L’ennemi a été partout repoussé. Lutte d’artillerie assez vive dans la région de la Laufée et du Chenois.
En dépit du brouillard et de la pluie, les Anglais ont fait de sérieux progrès au nord d’Ovillers, sur un front d’un kilomètre. Ils ont enlevé plusieurs points fortement tenus, faisant des prisonniers et capturant 6 mitrailleuses.
Ils ont effectué un coup de main heureux près de Wyschaete.
Les Belges, de leur côté, ont opéré un raid hardi près de Dixmude.
Les Russes continuent leur avance en Volhynie; leur cavalerie s’avance sur la chaussée de Kirlibaba à Maramaros-Sziget (Transylvanie).
Les Italiens ont progressé dans le Vallarsa et dans la région de Posina-Astico.
Les ouvriers anglais, pour ne pas suspendre la fabrication des munitions et pour répondre à la demande du général Douglas Haig, renonce à leur congé de l’été.
La presse allemande reconnait de plus en plus nettement la gravité de la situation militaire de l’empire sur le front Est et sur le front Ouest.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet16.html

Hécatombe britannique et australienne à la bataille de Fromelles (Nord) des 19 et 20 juillet 1916

Australian_53rd_Bn_Fromelles_19_July_1916Tard dans l’après midi du 19 juillet 1916, la 5e division britannique se lance à l’assaut des lignes allemandes, après un tir d’artillerie insuffisant.
Par leur vaillance des troupes du Commonwealth atteignent les premières tranchées allemandes au prix de pertes énormes, ils maintiennent les positions durant la nuit, mais trop exposés, ils décrochent au petit matin du 20 juillet. Ce tragique échec est à relier à des choix stratégiques trop improvisés en vue d’assurer une diversion durant la bataille de la Somme qui faisait rage à 80 Km au sud-ouest.
Le bilan des 27 heures de combat fut lourd du côté des alliés :
1543 soldats britanniques furent tués ou blessés ou portés disparus
6000 soldats australiens furent mirent hors de combat (2500 morts et 3500 blessés) Les Allemands perdirent 1200 combattants.
Petite anecdote, le caporal Adolf Hitler a tenu garnison à Fromelles du 10 mars au 25 septembre 1916, il a dû être engagé dans ce combat.  .
Leur général Luddendoff reconnut, à l’époque, la vaillance des soldats australiens, mais il ne fût pas aussi élogieux envers l’Etat major anglais qui avait ordonné l’assaut…
La division australienne des « cobbers » avait débarqué à Marseille le 30 juin 1916 et fût affecté immédiatement sur le front à Fromelles. Leur premier engagement, en France, est important aux yeux des Australiens d’aujourd’hui, car c’est la première fois que l’on parle de l’Australie en terme de nation et non de pays rattaché au Commonwealth.
L’Australie dont la population approchait à l’époque 4.5 millions d’habitants avait envoyé un corps expéditionnaire de 330 000 hommes en Europe, 60 000 furent tués.
A Fromelles, beaucoup de soldats australiens morts tombèrent dans les positions allemandes. Ceux-ci les inhumèrent dans 8 fosses communes à proximité du bois du Faisan.

La suite sur http://sentierdunord.free.fr/Circuit%20de%20la%20Bataille%20de%20Fromelles%20Fromelles.html

vidéo : http://weppesenflandre.skyrock.com/3175233067-Le-19-juillet-1916-la-bataille-de-Fromelles.html

video https://www.youtube.com/watch?v=s_r9BT2KLvI

Ses derniers écrits: le baptême du feu est pour ce soir »

Après six années de recherches inlassables, l’historien amateur originaire de Melbourne, a réussi à convaincre les autorités françaises, anglaises et australiennes que les 400 soldats disparus corps et biens depuis la tragique nuit du 19 juillet 1916 gisaient là, à 300 mètres environ du centre de Fromelles, une paisible bourgade à 30 km au sud de Lille.

En quittant le quai de Sydney en février 1916, Bill entreprend la rédaction de son journal personnel. Il y fait le récit du quotidien d’un simple trouffion. A la page du 19 juillet 1916, il est noté « …le baptême du feu est pour ce soir ! « , mais ce seront les derniers mots qu’il inscrira sur son carnet.
Gamin, un autre homme, en terre ch’ti, Martial Delebarre, explorait les blockhaus, les tranchées, fouillait les ornières à la recherche d’un vestige du sanglant assaut. Dans la soupente de la mairie de Fromelles, il a même créé un Musée où il expose tout ce qu’il a amassé de cette bataille qui fit, côté alliés plus de 5500 tués, blessés et prisonniers en 24 heures !

La suite sur: http://www.france3.fr/emissions/documentaires/diffusions/09-11-2009_118210

Blessés anglais et allemands vers un poste de secours

Q800-British-and-German-Wounded-1024x735

Des soldats britanniques et allemands blessés pendant la bataille de la crête de Bazentin (Somme), le 19 juillet 1916, se dirigent vers le poste de premier secours de Bernafay Wood à Montauban-de-Picardie (Somme). « The Great War: A Photographic Narrative » (édité par Mark Holborn, publié par Jonathan Cape et l’Imperial War Museum).

http://lagrandeguerre.blog.lemonde.fr/2014/01/08/limperial-war-museum-livre-ses-photographies-les-plus-marquantes-de-la-grande-guerre/

 

Après six années de recherches inlassables, l’historien amateur originaire de Melbourne, a réussi à convaincre les autorités françaises, anglaises et australiennes que les 400 soldats disparus corps et biens depuis la tragique nuit du 19 juillet 1916 gisaient là, à 300 mètres environ du centre de Fromelles, une paisible bourgade à 30 km au sud de Lille.

En quittant le quai de Sydney en février 1916, Bill entreprend la rédaction de son journal personnel. Il y fait le récit du quotidien d’un simple trouffion. A la page du 19 juillet 1916, il est noté « …le baptême du feu est pour ce soir ! « , mais ce seront les derniers mots qu’il inscrira sur son carnet.
Gamin, un autre homme, en terre ch’ti, Martial Delebarre, explorait les blockhaus, les tranchées, fouillait les ornières à la recherche d’un vestige du sanglant assaut. Dans la soupente de la mairie de Fromelles, il a même créé un Musée où il expose tout ce qu’il a amassé de cette bataille qui fit, côté alliés plus de 5500 tués, blessés et prisonniers en 24 heures !

Publicités