725/journal de la grande guerre: 28 juillet 1916

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

Bombardement à la même heure qu’hier et dans le même quartier. Aujourd’hui, des obus tombent rue Mennesson-Tonnelier, rue Pierret, rue Paulin-Paris et rue des Trois-Piliers.

Aviation: Flachaire, Lachmann et Matton, victoire du 28 juillet 1916

Dans son journal, publié dans la Guerre Aérienne Illustrée, Brindejonc des Moulinais rapporte :
« 28 juillet : (…)Un Albatros est descendu en vue de nous à Souilly. C’est très interessant. »
« 30 juillet : (…) J’essaie l’appareil allemand descendu à Souilly »
« 31 juillet : (…) L’après-midi, je conduis à Paris l’avion boche. Je suis accompagné d’un Nieuport piloté par Lachmann avec Matton comme passager, tous deux ayant descendu cet avion ».

http://www.asoublies1418.fr/default.asp?397332D3741663E62663392335D36D47267336433D166E6236233D077462365336233DE6

Lettre de  Louis Désalbres du 128 ème RI

28 juillet 1916. – Jour du départ. Nous sommes consignés. Devant la caserne, des sentinelles baïonnettes aux canons gardent les issues. Après les douches, le commandant du dépôt nous passe en revue ; quelques mots enflammés nous raidissent sous les armes, et à 6 heures du soir, le renfort équipé à neuf, franchit les grilles au pas cadencé.

Minutes émouvantes. La population nous salue de ses acclamations. Les clairons en tête ouvrent le défilé.
A 7 h. 1/4, un train, partiellement occupé par des camarades du 57ième de Bordeaux, nous enlève. Le courage est dans nos coeurs.
A Poitiers, les renforts du 114ème et 108ème R. I. se joignent à nous. Malgré l’heure avancée, la population est présente pour saluer les jeunes poilus. Distribution de thé et de café chaud. Sous les voûtes vitrées, les clairons sonnent  » Aux Champs  » sous une tempête d’acclamations.
Je suis dans un compartiment avec Delignac, Galet, Chomard, Donadieu et Disdé : Girondins et Charentais.
1 h. 1/2 du matin, à Tours, mêmes scènes. Des camarades du 106 ième R. I. et du 61 Génie montent, et à Orléans le convoi est complet.

http://www.association14-18.org/references/regiments/sources/historiques/carnet_desalbres.pdf

(Aviation ) Heure de gloire à l’aérodrome de Souilly

JoffreNivelSouilly

L’heure de gloire de l’aérodrome intervient le 28 juillet 1916. Ce jour, un Albatros, touché au réservoir par des appareils de la N 57, est contraint d’atterrir sur la piste de Souilly. Cet événement est déjà en soi très marquant pour le personnel du terrain. Mais une surprise plus grande les attend quelques minutes plus tard, lorsque le généralissime Joffre, en inspection dans le secteur et témoin de l’affrontement, arrive sur place pour féliciter les pilotes victorieux !

http://verdun-meuse.fr/index.php?qs=fr/lieux-et-visites/lieu-du-mois—decembre-2011janvier-2012—le

Lettre de François Fichou du 19 ème RI

Le 28 juillet 1916 à Berry au Bac, le 19e RI subit un énorme bombardement de ses lignes en représailles des coups de main qu’il a réalisé au cours de la journée. Ce même jour, pendant que François Fichou est sous la pluie de bombes à la Côte 108 à Berry au Bac, a lieu son mariage à Plouézec. Bénéficiant de la loi du 4 avril 1915 (1), il épouse par procuration Marie Joseph Le Hégarat.

http://19emeri.canalblog.com/archives/2011/01/22/20190839.htm

l

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s