729/1 août 1916: essai du premier prototype du char Saint-Chamond

Carnets du rémois Paul Hess (extraits)

 

Journal du mardi 1 août 1916 à travers le Miroir

Au nord de la Somme, les Allemands ont multiplié leurs contre-attaques sur nos positions du bois de Hem et sur la ferme de Monacu; la lutte a été particulièrement vive sur ce dernier point qui, perdu un instant, a été aussitôt reconquis. Toutes les tentatives ennemies ont finalement échoué avec des pertes sérieuses. Au bois de Hem, spécialement, nos batteries ont pu prendre en enfilade les effectifs adverses.
Sur la rive gauche de la Meuse, un assaut allemand sur les pentes nord-est de la cote 304 a échoué sous nos feux.
Sur la rive droite, nous avons progressé au sud-ouest de Fleury et fait une vingtaine de prisonniers. Une tentative d’attaque ennemie à la grenade sur la partie ouest du bois de Vaux-Chapitre est restée sans résultat.
Une de nos escadrilles a bombardé les usines militaires de Thionville, les gares de Conflans et d’Audun-le-Roman et les bivouacs de la région d’Etain.
Pas d’action d’infanterie sur le front britannique.
Les aviateurs anglais ont jeté 7 tonnes de projectiles sur les voies de communication et les cantonnements ennemis. Ils ont fait sauter un train, incendié un dépôt de munitions et détruit un avion.
Les Russes, continuant à marcher sur Kovel et Stanislau, ont capturé plusieurs milliers d’ennemis, et, entre autres, un régiment de honveds, avec son état-major.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/aout16.html

Une subvention est débloquée pour l’achat de tracteurs

A lire sur le site du Figaro

Pour faire face au manque de main d’oeuvre dans les campagnes, une subvention est accordée aux paysans qui achètent des motoculteurs. Le Figaro du 1er août 1916 précise qu’il faut que ces engins soient livrés avant le 31 décembre 1917.

«On s’est vivement préoccupé, depuis le commencement de la guerre, de l’insuffisance de la main-d’œuvre dans les campagnes. C’est un danger qui s’aggrave de jour en jour, à mesure que s’accroît le nombre des absents, hélas et aussi celui des mutilés.

La Compagnie P.-L.-M. a pensé, comme ceux qui s’occupent de la question, que la culture mécanique serait un moyen très efficace de parer au manque de bras aussi s’est-elle intéressée, dès la première heure, aux expériences nombreuses de motoculture […].
Ces expériences ont donné partout des résultats excellents. Il a paru à la Compagnie que le moment était venu de faire mieux que des essais et que pour développer rapidement le principe de la motoculture il fallait encourager les cultivateurs à acheter des appareils.

La suite sur http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/08/01/26002-20140801ARTFIG00102-1er-aout-1916-une-subvention-est-debloquee-pour-l-achat-de-tracteurs.php

Explosion simultanée de 5 mines à Flirey (Meuthe-et-Moselle)

Le 1er août 1916, les Allemands font exploser simultanément cinq mines qui détruisent tous les petits postes de la 9eme compagnie. Mais c’est presque du repos après Verdun!

http://www.41emeri-1418.fr/index.php/la-guerre-du-41eme/historique-sommaire-du-41eme/1916/26-juillet-1916-au-16-avril-1917

Essai du  premier prototype du char Saint-Chamond

fouche_07

Le premier prototype du char Saint-Chamond construit par l’équipe du Sous-Lieutenant Fouché, les ingénieurs Crochat, Collardeau, Duthil, le colonel Rimailho, l’Adjudant-Chef Renou (sur la photo) et le grand maitre de la chenille Edouard Quellenc et son fils Jacques. Source : collection famille Fouché Monginoux.

Le premier prototype du char Saint-Chamond fut donc essayé  le 1 août dans les bois de Meudon puis à Vincennes le 3 août 1916, avant le prototype usine construit à Saint-Chamond et qui lui fut essayé à Marly au fort du trou d’Enfer le 7 septembre 1916, après bien des malheurs (dès le débarquement du train sur le quai de la gare de Noisy, les chenilles ont déraillé). La photo représente l’arrière de la machine dont la maquette de blindage en bois est nettement plus élaborée que celle de la machine N° 1 Type C.

Note : Le Ministre Albert Thomas a souhaité voir, tel Saint Thomas, les deux premiers chars français en action, sur le terrain de manœuvre de Vincennes, à savoir le Saint-Chamond et le Schneider or ni Saint-Chamond ni Schneider n’étaient capables de présenter un prototype faute de temps. Il a donc été décidé de faire construire un prototype du char Saint-Chamond par le Service Technique Automobile (donc par l’équipe du Sous-Lieutenant Fouché) et d’utiliser le châssis de la Machine N° 1 déjà construit et d’y installer une maquette de blindage en acier doux, déjà livrée par Schneider dans le cadre de son marché. On a présenté au Ministre un faux Schneider et un vrai Saint-Chamond, le faux Schneider étant doté du train de roulement du futur Saint-Chamond à trois chariots. Les photos prises de cet engin, ont beaucoup perturbé les historiens officiels, qui les ont identifiés à tort comme représentant le char Estienne Brillé, qui était encore dans les limbes au Creusot.

Pour en savoir plus: http://www.chars-francais.net/2015/index.php/6-archives/des-origines-1930/1721-1916-fouche

La Champagne et la forêt d’Argonne en juillet-août 1916

Ce diaporama nécessite JavaScript.

plus d’images sur : http://www.ecpad.fr/la-champagne-et-la-foret-dargonne-en-juillet-aout-1916/

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s