735/ 7 août 1916: David Bloch fusillé par les Allemands

La grande guerre le lundi 7 août à travers Le Miroir

Nuit calme sur le front de la Somme.
Entre Avre et Aisne, nous dispersons plusieurs patrouilles en faisant des prisonniers.
Sur la rive droite de la Meuse, violente canonnade dans le secteur Thiaumont-Fleury. Les Allemands tentent, par de furieuses contre-attaques, de nous chasser de l’ouvrage de Thiaumont que nous occupions solidement. La lutte, qui a été longue, a causé de lourdes pertes à l’ennemi: celui-ci a été repoussé à chacune de ses tentatives, sans pouvoir réaliser le moindre gain. Combat vif également dans le village de Fleury où aucun changement appréciable ne s’est produit.
A l’est de Pont-à-Mousson, les Allemands, après une préparation d’artillerie, ont lancé sur nos positions de la forêt de Sacq une attaque qui a échoué sous nos feux de mitrailleuses.
Sur le front de la Somme, nos aviateurs ont livré dix-sept combats et deux appareils ennemis ont piqué brusquement dans leurs lignes.
Deux avions allemands ont été abattus dans la région de Verdun, l’un près d’Abaucourt, et l’autre près de Moranville.
L’armée britannique a opéré une attaque locale au nord de Pozières. Cette tentative a totalement réussi. La position principale de deuxième ligne allemande a été capturée sur un front de 2 km, et nos alliés ont fait plusieurs centaines de prisonniers. Toutes les contre-attaques dirigées par l’ennemi ont été repoussées avec de grosses pertes pour lui.
Les Russes ont fait 1300 prisonniers au sud de Brody.

Les conditions de vie des soldats dans les tranchées

« Terriblement chaud. Très altéré, on peut à peine parler, tellement la bouche est sèche. Rien d’aussi cruel que la soif, aussi les hommes parlent de ficher le camp à l’eau cette nuit malgré le conseil de guerre qui les attend s’ils le font sans un ordre du Comdt de Cie. » Journal de François Baizet , classe 1897, de Chassigny-sous-Dun (Saône- et-Loire) à la date du 7 août 1916.

Lire ce document passionnant reprenant des témoignages vécus durant toute la guerre

http://www.loire.fr/upload/docs/application/pdf/2014-11/tome_3_-_1916.pdf

David Bloch fusillé le 7 août 1916 par les Allemands

 

Bloch-David-295x300David Bloch naît à Guebwiller le 21 novembre 1895.
Il exerce le métier de garçon-boucher.
Installé à Baccarat depuis 1913, il propose à l’état-major d’Épinal de recueillir des renseignements derrière les lignes allemandes, mettant en avant sa connaissance du pays et de la langue de l’ennemi.
Dans la nuit du 22 au 23 juin 1916, un avion, parti de l’aérodrome de Fontenelle près de Belfort, le dépose près de Merxheim, après un atterrissage chaotique. Le pilote incendie l’avion et David Bloch part se cacher dans la forêt. Il est arrêté peu de temps après par un officier allemand, revêtu d’un costume civil et sans papier d’identité.
David Bloch est déféré devant le tribunal militaire de Mulhouse et condamné à être fusillé. La sentence est exécutée le 1er août 1916, à l’Île Napoléon.

La suite sur :http://www.ville-guebwiller.fr/agenda/guebwiller-histoire-anecdotes-legendes/

Fin de la bataille de Pozières (Somme)

sauveur2La bataille de Pozières débute le 23 juillet 1916 et dure deux semaines. Elle se termine le 7 août 1916. Les Australiens et les Anglais tentent de reprendre le village de Pozières et aussi le plateau sur lequel il se situe, qui est défendu par les allemands et qui se solde par une victoire alliée. Bien que les Britanniques ont eux aussi contribué à la reprise du village, on pense surtout aux Australiens pour cette victoire. Malheureusement, on pense aussi au coût humain qui s’élève à près de 16 780 Australiens et Anglais confondus. L’historien officiel australien Charles Bean a écrit que « le plateau de Pozières a vu semer le plus de vies australiennes que n’importe quel autre endroit sur terre ».

http://blogs.ac-amiens.fr/lamarckcentenaire/index.php?post/2014/11/25/La-bataille-de-Pozières

Lire aussi: http://atelierbleu.com/portfolio-items/pozieres-et-la-bataille-de-la-somme-etude-de-faisabilite-pour-la-creation-dun-memorial-park-sur-le-site-du-moulin/

André Breton écrit à Pau Valéry

bretonDepuis sa découverte de Freud et de l’importance qu’il accorde à l’écoute des “sujets“, à leur association mentales, Breton passe l’essentiel de son temps à interroger et écouter les soldats qui arrivent à l’hôpital. Le 7 août 1916, il écrit au poète Paul Valéry: Mon service entier revient à un interrogatoire continu avec qui la France est-elle en guerre et à quoi rêvez-vous la nuit?

http://entretenir.free.fr/breton.html

La Champagne et l’Argonne  (en photos) en juillet et août 1916

Capture d’écran 2016-07-30 à 11.59.18

http://www.ecpad.fr/la-champagne-et-la-foret-dargonne-en-juillet-aout-1916/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s