736/8 août 1916: l’activité du terrain d’aviation de Rosnay (Marne)

Journal du mardi 8 août à travers Le Miroir

Au sud de la Somme, deux petites opérations nous ont permis de progresser dans les tranchées allemandes au sud-ouest d’Estrées.
Au nord de l’ Aisne, un coup de main de l’ennemi dirigé sur nos positions du plateau de Vauclerc, a échoué sous un barrage d’artillerie aussitôt déclenché.
Sur la rive droite de la Meuse, au cours de combats partiels, nous avons sensiblement élargi le terrain conquis par nous au nord-ouest de l’ouvrage de Thiaumont, et nous avons repoussé une contre-attaque dans la même région.
Dans la région de Fleury et les secteurs du Chapitre et du Chenois, la lutte d’artillerie a repris sans action d’infanterie.
Nos escadrilles ont lancé 40 obus sur la région de Combles, 44 sur la gare de Noyon, 30 sur celles de Stenay et de Sedan, 40 sur la gare de Conflans, 60 sur celle de Metz-Sablons et sur les ateliers du chemin de fer, 40 sur les établissements militaires de Rombach. Deux ballons captifs allemands ont été incendiés par nos avions sur la Somme. Un avion allemand a lancé 4 bombes sur Baccarat. Aucune perte.
L’ennemi a attaqué les positions conquises par les Anglais au nord-ouest de Pozières. Il a été refoulé avec pertes. Nos alliés ont progressé à l’est de Pozières, vers Martinpuich. Ils ont effectué un coup de main heureux près de Carency et de Loos.
Les Russes ont livré une série de combats victorieux au sud de Brody, sur le Sereth. Ils ont capturé 95 officiers et 3000 soldats. Ils ont également progressé au Caucase, à l’ouest d’Erzindjan, en faisant des prisonniers. Ils ont bombardé Samsoun, dans la mer Noire.
Victoire anglaise à Kousani (frontière orientale d’Egypte). Il y a 2500 prisonniers turcs et allemands.

Nouveau lâcher de gaz sur le secteur d’Ypres

Le 8 août 1916, dans le secteur d’Ypres, un nouveau lâché de gaz eut lieu. Ce fut l’une des dernières opération de ce genre contre les troupes britanniques. Elle fut responsable de près de 800 victimes dont une forte proportion de décès, près de 370.

http://www.guerredesgaz.fr/Agression/Lesvagues/Allemandes/Allemandes.htm

Dons de tabac et d’ouate aux hôpitaux

Le Figaro a reçu de la comtesse Hélène Dumas du tabac, des cigarettes et de l’ouate hydrophile. Le Figaro du 8 août 1916 remercie la comtesse et transmet ces dons aux hôpitaux.

«Nous sommes extrêmement reconnaissants à la comtesse Hélène Dumas du très beau don qu’elle nous adresse le 8 août 1916.

Nous recevons d’elle 10,000 cigarettes, 550 paquets de tabac américain et 500 kilos d’ouate hydrophile pour les hôpitaux.» écrit Le Figaro du 8 août 1916.

http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/08/08/26002-20140808ARTFIG00179-8-aout-1916-don-de-tabac-et-d-ouate-aux-hopitaux.php

Verdun: une journée très meutrière

La journée du 8 août 1916 est la plus meurtrière de la bataille de Verdun, pour les soldats montpelliérains issus du 81e RI. Récit de cette journée.

Le 8 août 1916, à 5 heures du matin, les bombardements allemands submergent l’ouvrage de Thiaumont mais nos soldats du 81e RI, toujours courageux, s’agrippent à leurs mitrailleuses, oubliant les camarades tombés et les blessés, se focalisant sur la contre-attaque.
Après une heure d’affrontement, nos soldats abattent plus de deux cents soldats ennemis.

Soudain, un obus de 200 mm frappe l’abri. La réserve de munitions est incendiée et explose, emportant 10 de nos valeureux combattants montpelliérains.
A 23 heures, la bataille cesse.
Le 10 août, le 81e RI est relevé par le 4e RMZT. (1)

Les pertes s’élèvent à 1360 hommes dont 39 officiers et 104 sous-officiers.
Parmi ces morts, nous déplorons la mort de 20 montpelliérains dont 10 tués dans l’ouvrage de Thiaumont, ce 8 août, ainsi que le capitaine de la 61e brigade, Pierre Cazalis de Fondouce, tombé à l’abri des Quatre Cheminées, situé à seulement quelques centaines de mètres.

http://cache.media.education.gouv.fr/file/Providence/72/0/LeclatduVingtieme_586720.pdf

L’activité du terrain d’aviation de Rosnay (Marne)

Un des deux projecteur de guidage avion et de DCA du terrain de Rosnay - Il n'appartenait pas au terrain mais au Génie du Corps d'Armée qui le mettait à disposition des unités qui en faisait la demande - Il servait surtout à indiquer le terrain aux avions qui rentraient de mission de nuit et qui se guidaient uniquement à la boussole - La lunette supérieure servait à pointer le projecteur sur une cible (un avion) - Photo Jules Brunswick transmise par son petit-fils Jean-Michel Roche que je remercie pour son aide - Photo d'origine Stéréo 4,3 x 4,3.

Les missions de bombardement se succèdent de jour, comme de nuit. Le 7 août, en plein jour, le Sgt Aimé Guérin et le Caporal Pierre Lauqué, accompagnés de leurs mécaniciens, larguent chacun 2 obus de 120 mm sur la batterie « du cran de Brimont ».

Le 9 août, les pilotes suivant : Slt Lucien Girier, Sgt Aimé Guérin, Sgt Jean-Baptiste Berger et les observateurs : Ltt Marcel Plateau, Slt Georges Moro, Ltt Jules Brunswicklancent 16 obus de 120 mm sur la gare et l’embranchement de Bazancourt. Cette fois, les avions ont décollé à la tombée de la nuit, vers 20 heures. Ils se réunissent au-dessus du terrain, à 2000 mètres d’altitude, et arrivent en groupe au-dessus de l’objectif, après avoir été sévérement pris à parti par l’artillerie antiaérienne et des grosses fusées éclairantes. Une batterie est repérée au Sud-Ouest d’Auménancourt-le-Petit, ainsi que le point d’où est tiré les fusées éclairantes contre avions, à l’Est de Bazancourt. Plusieurs obus ont été vus, éclatant à l’embranchement de chemin de fer vosin de cette localité.

http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille210.htm

Bataille de la ferme du Mouquet (Somme)

La Bataille de la Ferme du Mouquet commença le 8 août 1916. Elle fait partie de la Bataille de la Somme et, a été la continuité de la Bataille de Pozières. Durant la Bataille de la Ferme du Mouquet, les Divisions Australiennes du 1er Corps de l’ANZAC, avancèrent le long de la crête, au Nord-Ouest, en direction de Pozières, avec l’appui des Divisions Britanniques sur leur gauche, pour déloger les soldats allemands qui s’étaient retranchés dans la Ferme du Mouquet. Comme cette bataille s’enlisait, le Corps Canadien prit la relève des Australiens.

La prise de la Ferme du Mouquet devait servir à fragiliser la position de la Forteresse de Thiepval, occupée à cette époque, par les Allemands et qui, jusqu’alors avait résisté à tous les assauts britanniques. L’Armée Allemande résistait toujours, jusqu’au moment où la bataille s’acheva vers le 15 septembre.

La Ferme du Mouquet fut reprise le 27 septembre 1916 à la suite de l’attaque générale menée lors de la Bataille de la Crête de Thiepval.

http://www.mes-ballades.com/80/posieres-80300-bataille-de-la-ferme-mouquet-memorial-aif-somme-picardie-france.htm

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s