739/Journal de la grande guerre: 11 août 1916

Journal du vendredi 11 août 1916 à travers Le Miroir

Au nord de la Somme, nous avons réoccupé complètement, au nord du bois de Hem, une tranchée où l’ennemi avait pris pied. Cette action nous a valu de faire 50 prisonniers.
Au nord du bois de Hem, nous avons continué à progresser, et un vif combat se déroule à notre avantage.
L’ennemi, après une série d’attaques infructueuses, a repris pied dans l’ouvrage de Thiaumont. Nous avons progressé à la grenade dans Fleury et nous restons aux abords immédiats de l’ouvrage de Thiaumont.
Dans la région de Chaulnes, violente lutte d’artillerie, notamment entre Lihons et la voie ferrée de Chaulnes. Les Allemands ont été partout repoussés.
Un de nos pilotes a forcé un avion allemand à atterrir devant nos lignes près de Lérouville. Six autres avions ennemis ont dû descendre précipitamment sur la Somme. Un de nos appareils a bombardé la poudrerie de Rothercel sur le Neckar. D’autres ont opéré sur les gares d’Audun-le-Roman, de Longuyon, de Montmédy, sur les voies ferrées de Tergnier et la gare de La Fère.

Les Italiens sont entrés dans Gorizia,l’ennemi en déroute a laissé quant à présent 11.OOO prisonniers entre leurs mains. Les Russes ont progressé au sud du Dniester. Ils ont pris la ville de Tysmenitza et capturé plusieurs milliers d’ennemis.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/aout16.html

Des chiffons pour palier au manque de pièces de monnaie

La substitution des pièces de monnaie par des bons en papier est-elle à l’origine de la hausse des prix se demande Le Figaro du 11 août 1916.

«On sait que, dans plusieurs grandes villes, les municipalités ont été autorisées à remédier à la crise -toujours menaçante- de la petite monnaie, à l’aide de bons, qui ont le tort d’être fort laids, la plupart du temps, et aussi de devenir rapidement des chiffons maculés, déchirés, déchiquetés, à ne pas prendre avec des pincettes; il serait donc excellent que la fabrication de la petite monnaie fût poussée de façon intensive.

Le Temps dit, fort justement, à ce sujet: “Si la crise de la petite monnaie a cessé de sévir à Paris, il n’en est pas de même en province[.…]. L’émission des bons de monnaie avait paru devoir l’atténuer; mais […] ils semblent n’avoir guère remédié au mal; en maints endroits, ils aideraient même plutôt à la disparition de la petite monnaie, le métal étant gardé de préférence au papier[…]

La suite sur http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/08/11/26002-20140811ARTFIG00089-11-aout-1916-des-chiffons-pour-palier-au-manque-de-pieces-de-monnaie.php

Peintures de Léon Manière

77-Léon-Manière-Sainte-Menehoulde-Clocher-de-léglise-rue-Florion-pris-de-ma-chambre.-Aquarelle-11-août-1916

Sainte-Menehould, Clocher de l’église rue Florion pris de ma chambre, 11 août 1916, aquarelle

http://leon-maniere.fr/?page_id=236

Un second contingent de Néo calédoniens débarque à Marseille

Sans-titre4

Le 4 juin 1916, 4 officiers et 32 sous-officiers encadrent 922 hommes de troupe comprenant 134 soldats Européens, 727 tirailleurs Indigènes, 53 Japonais, 5 ouvriers, 3 condamnés embarquent sur le Gange. Ils sont regroupés au sein du Bataillon de Tirailleurs du Pacifique (BTP), qui comprend deux compagnies kanak et deux compagnies tahitiennes, ce second contingent débarque à Marseille le 11 août 1916.

http://www.compagnons-boulangers-patissiers.com/crebesc/la-nouvelle-caledonie-dans-la-grande-guerre/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s