761/journal de la grande guerre: 2 septembre 1916

Carnets du rémois Paul Hess

Visite de deux héros allemands au-dessus de la ville

Journal du samedi 2 septembre 1916 à travers Le Miroir

En dehors d’une lutte d’artillerie assez vive sur le front de la Somme et dans le secteur de Fleury (rive droite de la Meuse), aucun événement important n’a été signalé.
Trois avions allemands ont été abattus par le tir de nos canons spéciaux. Les deux premiers sont tombés sur la rive droite de l’Oise, le troisième, près de Douaumont.
Les Allemands ont déclanché diverses contre-attaques contre les positions anglaises, entre le bois des Foureaux et Ginchy. Le front attaqué, ainsi que ses flancs, avait été préalablement bombardé et l’ennemi a engagé des effectifs considérables. Cinq assauts se sont succédé, dont quatre ont été repoussés avec de grosses pertes pour l’ennemi. Ceui-ci a réussi au cinquième à pénétrer en deux points et sur un front restreint, dans une tranchée de première ligne.
Les Russes ont attaqué les Austro-Allemands sur un front de près de 400 kilomètres, de la Volhynie aux Carpathes : ils ont fait 15.800 prisonniers, dont 289 officiers. Ils ont aussi capturé 6 canons.
La Bulgarie a remis ses passeports au ministre de Roumanie.
Une révolte a éclaté à Salonique, où l’armée a fait cause commune avec les volontaires qui vont aller combattre les Bulgares.

Débris d’un zeppelin abattu en Angleterre

Débris_d'un_Zeppelin_abattu_en_[...]Agence_Rol_btv1b69523583

Débris d’un Zeppelin abattu en Angleterre [le 2 septembre 1916, au Nord de Londres] : [photographie de presse] / [Agence Rol]source bnf gallican

Le dirigeable Schutte-Lanz SL11 est détruit dans le nord de Londres par le lieutenant W. Leefe-Robinson. Pour cette action, Leefe-Robinson obtient la Victoria Cross. Les équipages de dirigeables allemands voient leur moral s’effondrer.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b69523583

Le 149 ème RI du côté de Foucaucourt-Soyécourt

Capture d’écran 2016-08-22 à 06.21.34

Samedi 2 septembre 1916

Repos au cantonnement. Préparatifs de l’attaque ; on termine la composition des équipes, l’approvisionnement des postes.

Dimanche 3 septembre 1916

Grand-messe à Framerville. L’attaque est vraisemblablement pour demain, et le soir, je reçois l’ordre de monter avec douze hommes au poste de la Boulangerie. La nuit s’écoule tranquille et le matin…

La suite sur http://amphitrite33.canalblog.com/archives/2012/12/04/25735787.html

Jean Bousquet à Vaux-Chapitre (Meuse)

Capture d’écran 2016-08-22 à 06.24.35

Peu après nous pouvions constater que personne ne bougeait plus dans ce trou d’obus. Les trois occupants étaient morts sans que personne ne puisse leur porter secours, les obus continuaient de pleuvoir.

Un adjudant de la 21° arrive à la fin du jour, c’est un grand et fort gaillard dont le nom m’échappe, il me demande en me tendant son paquet de tabac que je lui fasse une cigarette. Je lui demande de s’adresser à un de mes voisins, ne sachant pas les faire. Comme je lui demande pourquoi il ne la fait pas lui même il m’apprend qu’il a le bras droit traversé par un shrapnell d’un fusant. Il part dans la nuit vers l’arrière en emmenant avec lui quelques jeunes prisonniers boches.

Dans la journée du 2 ou 3 septembre 1916, les boches avancent sur la gauche de notre bataillon. Nous les voyons occuper les trous d’obus, les organiser en mettant sur le rebord des sacs à terre qu’ils remplissent rapidement, d’autres se cachent derrière des troncs d’arbres…comment étaient-ils parvenus à avancer jusque là..qu’était donc devenu le Bataillon du 344 qui occupait cette partie du front. Notre Bataillon était donc maintenant en liaison avec des boches ! Le savait-il au moins ? Nous sommes obligés de convenir que le 344 est « ramassé » comme disent certains poilus, ils sont partis rejoindre leur drapeau et leur clique de l’autre côté! Théoriquement nous étions sous les ordres du Colonel du 344, mais dans la nuit comme le Commandant envoyait un premier agent de liaison pour prendre les ordres de ce dernier et que ce brave agent de liaison (Fernand Camps) ne revenait pas, il en envoi un autre (Rousseau).

http://laguerredejean.canalblog.com/archives/2015/01/15/31309343.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s