763/4 septembre 1916: tragédie au tunnel de Tavannes: plus de 500 morts

Carnets du rémois Paul Hess

Rien à ce jour

Journal du lundi 4 septembre 1916 à travers Le Miroir

Au nord de la Somme, après une intense préparation d’artillerie, notre infanterie, en liaison avec l’armée britannique, a attaqué les positions allemandes sur un front de 6 kilomètres, de la région au nord de Maurepas jusqu’à la rivière. Balayant les forces considérables de l’adversaire, nos troupes se sont emparées de tous les objectifs fixés : le Forest et Cléry-sur-Somme sont à nous et nous sommes arrivés aux abords de Combles. Entre le Forest et Cléry, nous avons pris également toutes les positions de l’ennemi. Une contre-attaque allemande à gros effectifs, lancée an sud du Forest, a dû refluer en désordre sous le feu de nos batteries, laissant de nombreux morts. Jusqu’à présent, nous avons fait 2000 prisonniers valides. Dans le seul secteur du Forest, nous avons capturé 12 canons et 50 mitrailleuses.
Sur la rive droite de la Meuse, à Vaux-Chapitre, les Allemands ont lancé plusieurs attaques qui ont été repoussées. Peu après, nous attaquions leurs positions à l’est de Fleury. Nous avons progressé en capturant 300 prisonniers.
Les Roumains annoncent 1537 nouveaux prisonniers.
Un raid de zeppelins – ils étaient 13 – a eu lieu sur l’Angleterre. L’un des dirigeables a été abattu aux environs immédiats de Londres.

Source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/septembre16.html

(Verdun) Tragédie au tunnel de Tavannes: plus de 500 morts

tavannes6

Le 4 septembre, vers 21 h , le dépôt de grenades placé à l’entrée ouest du tunnel de Tavannes prend feu.

A 21 h 15, une formidable explosion se produit, comprimant en une instant les poitrines de tous les êtres vivants présents dans le tunnel. Les flammes qui se propagent rapidement atteignent le stock de bidons d’essence qui sert à alimenter le groupe électrogène.
En quelques minutes, les baraquements en bois où sont entassé de nombreux soldats s’embrasent. Une fumée très dense avance dans le tunnel semant la panique et la mort. Les hommes qui ne sont pas asphyxiés instantanément, s’enfuient en désordre en se marchant les un sur les autres, vers la sortie opposée. Cependant la nappe de fumée les gagne de vitesse et des 100e d’hommes tombent avant d’arriver à l’air libre. Même équipé de masque à gaz, la densité de la fumée est telle qu’aucun sauveteur ne parvient à pénétrer à l’intérieur du tunnel.

Les hommes qui sont parvenus à atteindre la sortie est se trouvent face au bombardement allemand et ne peuvent s’échapper. Cependant, il y a urgence à évacuer cet endroit irrespirable. Un colonel, révolver au poing, menace de tirer sur les malheureux. Dans l’affolement le plus complet, les premiers étant poussés par ceux qui arrivent derrière eux, s’enfuit en tentant de trouver refuge dans les trous environnants.

De plus, les Allemands qui ont aperçu la nappe de fumée qui est montée très haut dans le ciel, redoublent leur pilonnage sur les entrées du tunnel.

Jusqu’à 21 h 45, des groupes d’hommes, noirs, à demi asphyxiés, sentant la chair grillée, surgissent par la sortie est et s’enfuient sous les obus.
Durant toute la nuit, aucune manœuvre de secours ne peut être entreprise. 

Le brasier continue à brûler durant 2 jours, carbonisant les 100e de cadavres jonchant le sol. Lorsque plus tard, on pénètre dans le tunnel, on ne retrouve rien que des cadavres qui partent en cendre dès qu’on les touche. Seulement 30% en moyenne peuvent être identifiés.

La suite sur http://www.lesfrancaisaverdun-1916.fr/theme-tunnel-tavannes.htm
Lire aussi http://chtimiste.com/batailles1418/combats/tavannes.htm

Il y a cent ans, le pavillon des pirates était allemand

Le Figaro rappelle à ses lecteurs que l’Allemagne est l’ennemi héréditaire de la France depuis un siècle, bien avant la Grande Guerre et la guerre de 1870, comme en témoigne cette éphéméride datée de 1816.

«Le Journal des Débats publie chaque jour les éphémérides d’il y a un siècle. Voici ce qu’on peut lire dans l’éphéméride du 4 septembre 1816: “Plusieurs barques de pirates à pavillon noir croisent dans la Méditerranée et y font les plus grands ravages. On les présume sorties du golfe Adriatique.”

En septembre 1916, il y a aussi dans la Méditerranée des pirates faisant les plus grands ravages et sortant du «golfe Adriatique». Mais ils ne portent pas le pavillon noir. Ils arborent simplement le pavillon allemand. Il est vrai que celui-ci est orné d’un aigle noir.» écrit Le Figaro du 5 septembre 1916.

 

http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/09/04/26002-20140904ARTFIG00164-4-septembre-1916-il-y-a-cent-ans-le-pavillon-des-pirates-etait-allemand.php

Plus qu’une nécropole au village de Maucourt (Picardie)

maucourt11

La nécropole nationale de Maucourt se situe là où se trouvait l’ancienne route de Lihons. Édifiée en 1920, elle contient cinq mille deux cent soixante-douze corps. Le village de Maucourt fut détruit lors de sa capture, par la Xème armée française, le 4 septembre 1916, au cours de la bataille de la Somme.

http://www.picardie1418.com/fr/decouvrir/cimetiere-militaire-francais-de-maucourt.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s