764/journal de la grande guerre: 5 septembre 1916

Carnet du rémois Paul Hess

Rien à ce jour

Journal du mardi 5 septembre à travers Le Miroir

La bataille s’est développée sur les deux rives de la Somme avec un extrême acharnement. Au nord, nous avons progressé à l’est du Forest et occupé la croupe à l’ouest des bois Marrières. De violentes contre-attaques allemandes ont été brisées par nos feux de mitrailleuses qui ont infiigé à l’ennemi de très lourdes pertes. Tout le terrain conquis a été gardé. Le chiffre de nos prisonniers, dans les deux journées monte, de ce côté, à 2500. Nous avons capturé encore 10 mitrailleuses.l
Au sud, nous avons attaqué sur 20 kilomètres, de Barleux jusqu’au sud de Chaulnes. Partout nous avons atteint les objectifs fixés. Nous sommes aux abords de Berry et aux lisières nord de Deniécourt. Sur notre droite, nous avons enlevé Soyécourt. Plus loin, de Vermandovillers à Chilly, notre infanterie, sur 4 kilomètres, a emporté le front allemand. Chilly est à nous; Vermandovillers nous apartient en partie. Nous avons fait 2700 prisonniers valides.
Les Anglais ont progressé entre Somme et Aisne, enlevant les défenses ennemies sur 3 kilomètres de front, et 800 mètres de profondeur, y compris le village de Guillemont.
Les troupes britanniques ont pris Dar-es-Salaam, capitale de l’Est-Africain allemand.
Les Russes ont fait 2700 prisonniers sur la Zlota-Lipa, en Galicie.
On confirme l’entrée des Roumains dans Sibiu (Hermannstadt) en Transylvanie.

L »art de se comprendre malgré la barrière de la langue

Unknown

Le Figaro donne un sens à la Grande Guerre à travers cette anecdote humorisitique: l’objectif principal de la Triple Entente, d’un commun accord, est de mettre fin à l’hégémonie austro-allemande en Europe.

«Hier après-midi, le 5 septembre 1916, on pouvait voir attablé à la terrasse d’un café des boulevards un groupe vraiment caractéristique un marin russe au béret blanc avec le nom de son navire, en lettres d’or sur la bande, deux Ecossais en kilt et toque, un zouave français et deux tirailleurs annamites en vareuse kaki bordée de jaune vif.

[…] Voici que vint à passer un grand diable de Sénégalais, tout noir sous son calot rouge. Et les autres, de leur table, lui crièrent avec le geste: “Boches! coupe-coupe, zigouille! Couper cabèche.” Le Sénégalais éclata d’un large rire à dents blanches et répondit, avec le geste, également: “-Oui! oui! couper cabèche aux Boches.”

Suite et fin sur le site du Figaro: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/09/05/26002-20140905ARTFIG00250-5-septembre-1916-l-art-de-se-comprendre-malgre-la-barriere-de-la-langue.php

Avec le 4 ème bataillon de chasseurs à pied

5 septembre 1916

 » Les bataillons Michelin, Serdet, Touchon, Vichier- Guerre, Tiersonnier, Meilhan, Huot, viennent, dans un élan commun, d’infliger un sanglant échec à la fameuse Garde Prussienne.  Appuyés par une artillerie remarquablement conduite par le lieutenant-colonel Roger de la 47ème division, ils viennent d’ajouter une nouvelle page glorieuse aux annales des 46e et 47e divisions, les deux soeurs alpines, qui se sont toujours entr’aidées dans les Vosges »
Le Général commandant la 46e division – Gratier

http://www.43bcp.fr

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s