768/Journal de la grande guerre:9 septembre 1916

Carnets du rémois Paul Hess

Vers 18/3/4, un aéro boche jette une bombe qui tue rue du Cardinal-Gousset, tuant le sonneur de l’église Saint-André et blessant deux ou trois personnes.

Journal du samedi 9 septembre 1916 à travers Le Miroir

Au sud de la Somme, des engagements partiels nous ont permis de progresser dans le village de Vermandovillers, où nous avons fait une cinquantaine de prisonniers.
Sur la rive droite de la Meuse, les Allemands ont lancé ce matin plusieurs attaques sur les positions conquises par nous dans la région Vaux-Chapitre-le Chenois. L’ennemi, qui avait réussi à prendre pied dans une des tranchées, en a été rejeté peu après par une vive contre-attaque de nos troupes au cours de laquelle nous avons fait une centaine de prisonniers, et pris plusieurs mitrailleuses. Nous avons progressé à la grenade au sud de Thiaumont. Nous avons repoussé une attaque en forêt de Parroy.
Deux avions allemands ont été abattus sur la Somme.
Les Roumains ont progressé en Transylvanie vers Hatseg et à Czik-Sereda. Les Russes ont pris l’offensive en Dobroudja contre les Bulgares.
Notre artillerie tonne violemment sur le front de Salonique.
Les Italiens ont repoussé plusieurs offensives dans les Alpes.
Les Russes ont franchi la Gnota-Lipa et mis en fâcheuse posture l’armée de Bothmer.

Source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/septembre16.html

Marine: Naufrage du navire Georges-André

Naufrage du navire Georges-André coulé le 9 septembre 1916 par un sous-marin allemand : note, rôle de désarmement n°246

Source: http://histoirealasource.ille-et-vilaine.fr/14-18/items/show/680

La ville Allemagne renommée Fleury-sur-Orne

Durant la Grande Guerre de nombreuses bourgades changèrent de nom. Le Figaro du 9 septembre 1916 nous donne l’exemple de la ville «Allemagne» devenue «Fleury-sur-Orne».

«Fleury-sur-Orne.

C’est le nom, tout nouveau et combien glorieux que va porter désormais un gros bourg de 1.000 habitants du canton est de Caen, tout contre l’hippodrome classique où se sont disputées ces jours-ci les “épreuves” de sélection puisqu’il est défendu de prononcer le mot qui désigne en français la chose entre nos chevaux de pur-sang.

Jusqu’à hier vendredi 8 septembre, ce bourg était dénommé “Allemagne”. M. le maire et les conseillers municipaux d’ “Allemagne” ont trouvé bien justement que cela avait trop duré et leur commune s’appellera désormais “Fleury”. […] pour préciser la situation géographique de leur bourg, les édiles normands ont décidé d’ajouter “sur-Orne” a la dénomination de Fleury qu’ils ont choisie. C’est à merveille.» écrit Le Figaro du 9 septembre 1916.

Source: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/09/09/26002-20140909ARTFIG00177-9-septembre-1916-la-ville-allemagne-renommee-fleury-sur-orne.php

Jean Serre, 52 ème RI à Hermonville

1916 Jean Ivan SERRE et son groupe018

Jean SERRE , 52 ème RI (assis), le 9 Septembre 1916, depuis Hermonville (Marne)

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/photos-14-18/divers/repos-hermonville-marne-sujet_1074_1.htm

Portrait de Victor Joseph Laverré

Le 9 septembre 1916, il est affecté au 96°RI, ce régiment se trouve dans le secteur de l’Argonne du 6 septembre au 17 décembre 1916, puis à Vauquois du 17 décembre 1916 au 18 janvier 1917, la Cote 304 – Avocourt, le régiment est alors commandé par le colonel Bigeard, « le froid est devenu si vif que les hommes luttent jour et nuit contre l’engourdissement, le thermomètre descend à 22° au-dessous de zéro le 4 février… la température est si basse que le pain et le vin sont gelés, le sol se transforme en glace jusqu’à 40 cm…». Victor Joseph Laverré, le 13 août 1917 est cité à l’ordre du régiment « Bon soldat, ayant toujours accompli son devoir, blessé deux fois ».

Après 10 mois d’occupation de ce secteur tourmenté, le 96°RI sous les ordres du LCL Caré, va entreprendre le 20 août 1917, la conquête du Mort-Homme. C’est lors de cette attaque que Victor Joseph Laverré sera blessé une troisième fois par balles à « l’extrémité inférieure de la jambe gauche ». Il est nommé caporal le 1 mars 1918.

http://www.montamise.fr/portrait-de-victor-joseph-laverre.html

L’exploit du canadien Léo Clarke

Leo clarke
Leo clarke

Le caporal Leo Clarke de Winnipeg fait partie des Canadiens ayant combattu lors de la campagne de la Somme.

Avant de s’enrôler dans l’armée canadienne, il exerce le métier d’arpenteur pour les chemins de fer nationaux du Canada. Le 9 septembre 1916, alors qu’il nettoie une tranchée dont les Canadiens viennent de s’emparer, il combat seul un groupe d’une vingtaine d’Allemands dont l’un l’a attaqué à la baïonnette. Leo Clarke tue 18 soldats ennemis. Un mois plus tard, il est frappé par l’explosion d’un obus et décède de ses blessures. 

Il reçoit la Croix de Victoria pour son courage dans la vallée de la Somme, devenant ainsi l’un des trois hommes résidant dans la rue Pine à Winnipeg à se voir décerner cette récompense, cette rue ayant été, après la guerre, rebaptisée Valour Road (chemin de la Bravoure) en leur honneur.

Source: http://www.encyclopediecanadienne.ca/fr/exposition/the-somme/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s