770/Journal de la grande guerre: 11 septembre 1916

Carnet du rémois Paul Hess (extraits)

Parti ce matin de la place Amélie Doublié avec l’intention de faire une promenade avant de rentrer au bureau, je descendais, comme d’habitude, la rue Lesage, quand à 7h3/4, un coup de fusil vint à claquer (…)Rue de la Tirelire, sur la terre, dépourvue de gazon, se trouvait étendu, au milieu d’une mare de sang, le cadavre d’une grande jeune fille de mise élégante (…)J’appris que cette malheureuse venait d’être tuée net, par une balle partie d’un Lebel, pendant que les soldats faisaient du maniement d’armes, en face, à la distance de 120 m à peu près (…)

A 8 h 25 le commissaire M.Gesbert fait enlever la couverture. Il se baisse ensuite pour soulever le chapeau, et les quelques témoins aperçoivent alors une figure maculée de sang, devenue absolument méconnaissable. La pauvre malheureuse! Entrée derrière l’oreille droite, la balle est  ressortie à gauche, chassant, presque totalement l’oeil hors de l’orbite. C’est une vision affreuse; le commissaire s’empresse d’ailleurs de repasser le chapeau.

Il s’agissait de Mlle Jeanne Cabamel, 22 ans, vendeuse au magasin « Au Petit Paris », rue de Talleyrand.

Journal du lundi 11 septembre 1916 à travers Le Miroir

Au sud de la Somme, l’ennemi a dirigé à plusieurs reprises de fortes attaques sur différents points du front. Entre Belloy et Barleux, ses tentatives accompagnées de jets de liquides enflammés lui avaient permis tout d’abord de prendre pied dans une de nos nouvelles tranchées, mais nous avons réoccupé tout le terrain, en capturant 4 mitrailleuses. Au sud-ouest de Berny, à l’est de Deniécourt et au sud de Vermandovillers, des attaques ennemies à la grenade ont donné lieu à de vifs combats. Les Allemands ont été rejetés sur leurs tranchées de départ.
Le chiffre de nos prisonniers, sur la rive droite de la Meuse (Fleury) est passé à 300. Une attaque allemande à l’ouest de la route du fort de Vaux a été brisée.
Un avion a bombardé Belfort: pas de victimes. Des avions français ont utilement opéré au-dessus de la poudrerie de Rottweil.
Les Anglais poursuivent leur progression dans la Somme et le nombre de leurs prisonniers s’accroit. Au cours de la semaine écoulée, ils ont gagné 6 kilomètres de front sur une largeur de 300 à 3000 mètres.
Les Russes ont fait 1900 prisonniers dans les Carpathes boisées.
Les Roumains ont pris quatre villes de Transylvanie, mais ils ont cédé Silistrie, sur le Danube.
Le gouvemement italien signale la perte du cuirassé Leonardo da Vinci survenue le 2 août, à la suite d’un incendie.
L’éphéméride complet du mois sur http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/septembre16.html
Fait divers

Le désastre du pont de Québec

Le pont de Québec devait être une merveille d’ingénierie. Une fois fini, il sera la plus grande structure de ce genre et le plus long pont du monde…

Très haut au-dessus du fleuve Saint-Laurent, par une chaude journée d’août 1907, un travailleur du nom de Beauvais pose des rivets dans la grande travée sud du pont de Québec. En fin de journée, il remarque qu’un rivet qu’il a intallé moins d’une heure auparavant s’est cassé net. Juste au moment où il hèle son contremaître pour lui rapporter ce fait inquiétant, il entend un grincement de métal qui se tord. Sous leurs pieds, une poutre en porte-à-faux géante s’effondre dans l’eau avec une telle force que les habitants de Québec, à 10 km de là, croient qu’il s’agit d’un tremblement de terre.

Sur les 86 travailleurs qui se trouvent sur le pont ce 29 août 1907, 75 périssent. Beaucoup sont des Indiens Caughnawaga de la région, d’excellents monteurs de hautes charpentes métalliques. Certains sont écrasés par l’acier tordu, d’autres par la chute. D’autres encore se noient avant que les bateaux de secours les rejoignent.Le destin, ou peut-être un simple coup de chance, décide qui survivra à la catastrophe. Le pointeur Huot, qui s’apprêtait à signaler la fin de la journée de travail, s’enfuit à toutes jambes lorsqu’il sent le tablier s’écrouler sous lui et pose le pied sur la terre ferme au moment même où la dernière poutre éclate derrière lui. Beauvais tombe avec le pont, mais parvient à se dégager des débris et s’en tire avec une jambe cassée. Un mécanicien plonge avec sa locomotive, mais est sauvé par un bateau de secours. Des touristes qui viennent juste de quitter le pont se retournent avec horreur quand ils entendent le vacarme.

La suite sur http://www.encyclopediecanadienne.ca/fr/article/le-desastre-du-pont-de-quebec/

Les ambulances américaines à Verdun

Capture d’écran 2016-08-23 à 16.24.19

Durant 10 mois, en 1916, la bataille de Verdun opposa les poilus aux soldats du Kaiser. Des Américains participèrent à cet affrontement au volant de leurs ambulances en assurant l’évacuation des blessés.

http://www.france24.com/fr/20160218-centenaire-premiere-guerre-mondiale-ambulance-american-field-service-verdun

 

Les mémoires de Jean Petit

Le 11 septembre 1916, le 102e quitte Saint-Laurent et va embarquer en gare de Dounoux.

Je reste seul au cantonnement, ayant été chargé de régler auprès de la municipalité les différentes formalités créées par notre départ et de retirer les certificats dits de « bien vivre », auprès de Monsieur le Maire.

Je saisis à propos l’occasion de cette libre solitude pour me rendre à bicyclette à Épinal, régler quelques emplettes et faire un supplément d’adieux chez les Laederich. Je les prolonge assez tardivement et Georges me ramène en auto à la compagnie de mitrailleuses, dernière unité rassemblée et prête à partir (le fils de Georges Laederich, Thierry, sera 34 ans plus tard mon élève à la maison du Vallon de l’école des Roches de 1950 à 1953).

J’embarque aussitôt avec elle à Dounoux à 1h du matin et notre convoi s’ébranle à 2h 30 le 12 septembre.

Je m’achemine sans m’en douter vers les plus belles pages de ma vie militaire.

http://passé-présent-futur-de-stéphane.com/guerre-de-1418-rcits.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :