781/22 septembre 1916: une délégation japonaise visite Reims

Carnets du rémois Paul Hess

Bombardement dans la matinée

Journal du vendredi 22 septembre 1916 à travers Le Miroir

Le mauvais temps a gêné les opérations sur les deux rives de la Somme.
En Argonne, une attaque ennemie, déclenchée sur nos positions du Four-de-Paris, à la suite de l’explosion d’une mine, a échoué sous nos tirs de barrage.
Sur la rive droite de la Meuse, nos troupes ont exécuté deux opérations qui ont brillamment réussi. Au sud-est de l’ouvrage de Thiaumont, nous avons enlevé plusieurs éléments de tranchée, capturé plus de 100 prisonniers, dont 2 officiers et pris 2 mitrailleuses. Dans la partie est du bois de Vaux-Chapitre, nous avons poussé notre ligne d’une centaine de mètres en avant.
Un avion allemand a été abattu près de Péronne.
Les Serbes ont repoussé une contre-attaque bulgare au Kaimakçalan et une autre à Bousnica. A l’aile gauche, nos troupes ont progressé jusqu’aux abords de la cote 1550. Nous avons fait une cinquantaine de prisonniers.
Les Roumains, après cinq jours de combat, ont infligé un échec signalé aux Bulgaro-turco-Allemands en Dobroudja.
La Grèce réclame de l’Allemagne la restitution des troupes hellènes qui se sont rendues aux Bulgares à Cavalla.
Les Russes ont fait en Galicie un millier de prisonniers.

Un docteur en droit n’est pas médecin

À cause d’un goût prononcé pour la médecine, un magistrat a été mobilisé en tant qu’aide-infirmier, nous raconte Le Figaro du 22 septembre 1916.

«La révision des réformés et des inaptes vient de créer quelques situations particulières dont certaines valent d’être citées.

Celle-ci entre autres: un de nos magistrats parisiens qui, tout en faisant son droit, avait eu la curiosité des choses médicales, compta ainsi jusqu’à sept inscriptions à l’Ecole de médecine. Ces études, spéciales, depuis longtemps oubliées, sont aujourd’hui cause qu’il est rappelé en qualité d’aide-major dans une formation sanitaire.

-Mais je ne suis pas médecin s’empressa-t-il de s’écrier. Je serais même incapable de faire un mauvais aide-infirmier. Docteur en droit, mais non en médecine!

La suite sur http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/09/22/26002-20140922ARTFIG00070-22-septembre-1916-un-docteur-en-droit-n-est-pas-medecin.php

Une délégation japonaise visite Reims

ob_e4f466dec4e2e048827d5d0b21a8c059_bdic-val-055-157

Pour montrer au monde l’horreur des bombardements, en particulier ceux de la Cathédrale, Reims a reçu, tout au long de la guerre des délégations de parlementaires qui y viendront régulièrement ainsi que des groupes de journalistes en provenance des cinq continents.

Toutes les photographies de cet article viennent du « Fonds Valois » (de la rue de Valois à Paris où étaient déjà les bureaux des « Beaux-arts »)

Pour en savoir plus : lire l’article d’Hervé Chabaud : Compatir, soutenir, s’indigner, Les visites de personnalités à la cathédrale, pp 79-81 dans Reims 14-18– De la guerre à la paix, éd. La Nuée bleue.

Voir les photos des visites effectuées à Reims en 1916 sur l’excellent site https://14-18.documentation-ra.com/2013/12/2013-11-les-delegations-etrangeres-visitent-reims-en-1916/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s