792/journal du 3 octobre 1916

Carnets du rémois Paul Hess

Rien à ce jour

Journal de guerre du mardi 3 octobre 1916 à travers Le Miroir

Nous avons réalisé des progrès à la grenade à l’est de Bouchavesnes. Une quarantaine de prisonniers et 6 mitrailleuses sont restés entre nos mains. Un détachement allemand pris sous notre feu vers l’Epine de Malassise s’est dispersé en laissant une cinquantaine d’hommes sur le terrain.
Au sud de la Somme, une petite attaque allemande a été repoussée près de Vermando-Villers.
Les Anglais, après avoir pris Eaucourt-l’Abbaye, au sud de l’Ancre, ont consolidé leurs positions. Ils se sont étendus dans la direction de la tranchée de Hesse. Ils ont exécuté des coups de main heureux au nord de Neuville-Saint-Vaast et à l’est de Laventie.
Sur le front d’Orient, les Serbes ont gagné 2 kilomètres au nord du Kajmackalan.
Canonnade intermittente à notre aile gauche.
Le quarantième raid de zeppelins a eu lieu près de Londres. Un dirigeable a été abattu.
Les Roumains ont battu Mackensen en Dobroudja et franchi le Danube près de Routschouk.
Les Russes ont fait 1600 prisonniers sur la Zlota-Lipa.
Le gouvernement provisoire de la Canée s’est adjoint le général Danglis et a décidé de convoquer l’avant-dernière chambre grecque.

Source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/octobre16.html

Tous doivent obéir à la loi en temps de guerre

Un lecteur du Figaro voudrait que tous les Français obéissent à la loi, même les adolescents.

«Réflexions d’un abonné: Ne trouvez-vous pas que ces jeunes gens qui dimanche ont protesté contre la loi Chéron si discrète -qu’ait été leur manifestation auraient mieux fait de se taire? Je n’aime pas plus qu’eux cette mainmise nouvelle de l’Etat sur l’initiative privée. En ces temps d’élan de la jeunesse vers les sports, elle parait une mesure superflue.

“Mais on doit ce respect au pouvoir absolu de n’examiner rien” quand la loi l’a voulu.

Lui obéir sans murmurer est, en temps de guerre, le mieux, même pour les adolescents. Excusez cette lettre relative à un minuscule incident. Mais je pense que ces réflexions vous paraîtront sensées. […] Elles sont justes et opportunes.» écrit Le Figaro du 3 octobre 1916.

Source:  http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/10/03/26002-20141003ARTFIG00079-3-octobre-1916-tous-doivent-obeir-a-la-loi-en-temps-de-guerre.php

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s