807/18 octobre 1916: A Saint Quentin, inauguration d’une nécropole allemande par Guillaume II

Carnets du rémois Paul Hess

Rien à ce jour

Journal de guerre du mercredi 18 octobre 1916 à travers Le Miroir

Au nord de la Somme nous avons conquis un nouvel ilot de maisons du village de Sailly-Saillisel. L’ennemi a prononcé une contre-attaque violente et a réussi à pénétrer dans quelques éléments de notre première ligne. Une contre-attaque immédiate l’a entièrement rejeté. Nous avons fait 90 prisonniers et capturé 2 mitrailleuses. L’ennemi a lancé à l’est de Belloy-en-Santerre, de nouvelles attaques qui, comme les précédentes, ont été complètement repoussées et ont subi de fortes pertes.
Des avions allemands ont lancé quelques bombes sur Amiens sans aucun résultat militaire.
Les Belges ont fait une vingtaine de prisonniers aux alentours de la Maison du Passeur.
Nos avions ont livré soixante-cinq combats; deux appareils ennemis ont été abattus, trois autres ont dû atterrir précipitamment.
En Macédoine, le duel d’artillerie continue. Il est particulièrement violent sur la rive droite du Vardar.
Les troupes serbes ont repoussé des contre-attaques sur la Bela-Voda et la Cerna.
Succès italiens au Pasubio.
Les Roumains ont repoussé les attaques allemandes qui se multiplient maintenant dans les cols de la frontière.
Des manifestations contre l’Entente ayant eu lieu à Athènes à la suite d’une revue passée par le roi Constantin, et les réservistes s’étaient livrés à des excès, l’amiral Dartige du Fournet a débarqué 240 fusiliers marins qui ont pris possession du théâtre. En même temps il exigeait et obtenait du cabinet Lambros des mesures propres à nous assurer le contrôle de la police et des voies ferrées.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/octobre16.html

Les lapins sauvent les Allemands de la famine

Une exposition organisée à Berlin démontre les bienfaits de manger du lapin…LeFigaro du 18 octobre 1916 nous informe que les Allemands n’ont plus le choix, même les oeufs viennent à manquer. La ville de Berlin les rationne: un oeuf toutes les trois semaines pour chaque Berlinois.

«Est-ce parce que les ventres affamés n’ont pas d’oreilles qu’on veut faire manger aux Allemands les lapins qui en ont de grandes?

Toujours est-il que ces innocents rongeurs apparaissent l’espoir suprême et suprême pensée comme une panacée alimentaire aux autorités chargées de nourrir les masses. Tout pour et par le lapin: une exposition de lapins aura lieu les 21 et 22 octobre, à Berlin, sous le patronage du général commandant le corps de la garde.

Des recettes culinaires y enseigneront les meilleures façons d’accommoder le lapin. On goûtera des plats préparés. Des délégations d’élèves des écoles y seront conduites, pour qu’ils puissent faire part à leurs parents de ce qu’ils auront vu et savouré, et les inciter à élever des lapins. Une musique militaire prêtera son concours.

La suite sur le site du Figaro: http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/10/18/26002-20141018ARTFIG00063-18-octobre-1916-les-lapins-sauvent-les-allemands-de-la-famine.php

A Saint Quentin, inauguration d’une nécropole allemande par l’empereur Guillaume II

stquentin212

La cimetière militaire allemand de Saint-Quentin a été édifié à l’automne 1914, par les Allemands, et inauguré par l’empereur Guillaume II, le 18 octobre 1916. De nos jours, on y trouve sept mille sept cent quatre-vingt-quinze corps.

Située à l’ouest de la ville, cette nécropole a été édifiée à l’automne 1914, par les Allemands, pour y inhumer les soldats tués au cours des combats qui se sont déroulés, dans la région, du 28 au 30 août 1914 (parmi lesquels de nombreux hommes de la « prestigieuse » Garde Prussienne). Elle a ensuite été inaugurée par l’empereur Guillaume II, le 18 octobre 1916 : à cette époque, deux statues de guerriers grecs en bronze, oeuvre de Wilhelm Wandschneider, se trouvaient devant le monument où étaient inscrits le nom de tous les soldats inhumés dans ce cimetière (à ce moment-là, 706 Allemands mais également 191 Français et 80 Britanniques dont les corps ont été déplacés, après la guerre, mais dont les noms figurent toujours sur l’un des murs). En 2008, les deux statues ont été replacées après avoir été restaurées (photo 4, prise fin juillet 2006) et deux plaques commémoratives (l’une en allemand et l’autre en français) ajoutées sur ces mêmes socles.

http://www.picardie1418.com/fr/decouvrir/cimetiere-militaire-allemand-de-saint-quentin.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s