810/Journal du 21 octobre 1916

Carnets du rémois Paul Hess

Rien à ce jour

Journal de guerre du samedi 21 octobre 1916 à travers Le Miroir

Sur le front de la Somme, aucune action d’infanterie.
Lutte d’artillerie intense dans la région du secteur de Sailly-Saillisel et du secteur Belloy-Berny.
En Lorraine, nous avons repoussé facilement des coups de main sur un de nos petits postes près de Bezanges.
Sur le front belge, activité d’artillerie, particulièrement dans le secteur au nord de Dixmude et vers Hetsas.
Les Italiens ont été attaqués sur le mont Pasubio par de gros contingents autrichiens. Ils ont infligé à l’ennemi de lourdes pertes et lui ont fait 107 prisonniers.
Les Roumains ont résisté à de nouvelles attaques des troupes de Falkenhayn, dont les pertes ont été considérables. Ils tiennent tête en Dobroudja, à une nouvelle offensive bulgare.
Succès serbe au nord de Brod dans la direction de Monastir. Nos alliés prennent 4 canons.
Un grand transatlantique anglais, de la ligne Cunard, l’Alaunia, a été coulé par un sous-marin.
Une conférence a eu lieu au grand quartier général allemand entre l’empereur et le chancelier, M. de Jagow et M. Burian, le ministre des Affaires étrangères d’Autriche-Hongrie.

Assassinat du président du Conseil austro-hongrois

Le ministre-président d’Autriche, Karl von Stürgkh, est assassiné dans un restaurant viennois par le socialiste Friedrich Adler, fils du fondateur du Parti social-démocrate d’Autriche, Victor Adler. Il occupait cette fonction depuis novembre 1911. L’empereur François-Joseph nomme Ernest Von Koerber en remplacement. Celui-ci a déjà occupé ce poste entre 1900 et 1904. L’assassin est condamné à mort. Toutefois, le nouvel empereur d’Autriche, Charles 1er, transformera sa peine en dix-huit ans d’emprisonnement.

source: http://www.linternaute.com/histoire/jour/evenement/21/10/1/a/60064/assassinat_du_president_du_conseil_austro-hongrois.shtml

Verdun: préparation de l’artillerie française

p266

20 et 21 octobre – Début de la préparation d’artillerie française sur la rive droite
A l’aube, la préparation d’artillerie française commence, elle va s’intensifier jusqu’au 24 octobre. 
Elle est constituée de 654 pièces : 20 pièces de calibre 270 à 400 ; 300 pièces du 120 au 220 ; 334 pièces du 65 au 105.
Le front allemand est constitué alors de 7 divisions, soit 22 bataillons mais très échelonnées en profondeur. Les hommes de premières lignes sont totalement abrutis par la puissance du tir français. Chaque position et élément stratégique, préalablement repéré,
 n’est épargné. C’est un déluge de fer et d’acier.
Les plus gros calibres sont réservés pour les forts de Douaumont et de Vaux qui sont les 2 points stratégiques à reconquérir.

http://www.lesfrancaisaverdun-1916.fr/fortifications1024.htm

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s