835/15 novembre 1916: obus toxiques envoyés par les Allemands à Berry-au-Bac

Carnets du rémois Paul Hess

Pendant toute la journée, activité sérieuse de notre artillerie, dont le tir est visiblement réglé par les avions.

Le soir, à 19 heures, commence brusquement une canonnade effrayante, comme celles entendues déjà lors des démonstrations. On suppose qu’il s’agit d’une attaque allemande; c’est du côté de Courky-Brimont que nos pièces tirent ensemble en rafales et sans discontinuer, pendant une demi-heure. Le vacarme est assourdissant.

Vers 20 heures, le calme se rétablit peu à peu, puis la batterie du Port-Sec qui s’est mise à tirer seule, lorsque les autres commençaient à se taire, prolonge la séance encore pendant vingt minutes environ. Ensuite, c’est le silence pour la nuit.

Journal du mercredi 15 novembre 1916 à travers le Miroir

Au sud de la Somme, l’artillerie ennemie, énergiquement contrebattue par la nôtre, a bombardé avec violence la région de Pressoir et le secteur Biaches-la Maisonnette.

En Argonne, nous avons occupé, au Four-de-Paris, un entonnoir provoqué par l’explosion d’une mine allemande. Sur le front de Verdun, canonnade intermittente, plus active dans les régions de Douaumont et de Vaux. Les Anglais, progressant toujours, ont pris le village de Beaucourt-sur-Ancre. Le nombre des prisonniers qu’ils ont faits dépasse de beaucoup 5000 et d’autres sont encore annoncés. Ils ont gagné du terrain à l’est de la butte de Warlencourt, au cours d’une action locale, faisant 80 prisonniers.

Les troupes franco-serbes ont pris en tout sur la Cerna 1.447 ennemis dont 20 officiers. Elles ont capturé 25 canons, dont 8 lourds.

Les Roumains ont quelque peu reculé dans la vallée de l’Olt. Leur flottille a canonné la rive du Danube en Dobroudja, à 6 kilomètres au nord de Cernavoda.

Un torpilleur norvégien a canonné un steamer allemand qui portait, au mépris des réglements, un appareil de T.S.F, et qui s’était aventuré dans les eaux territoriales de Norvège.

La Douma s’est réunie; le président, Radzianko, a écarté comme humiliante toute idée de paix séparée entre la Russie et les empires du centre. Le groupe polonais a formulé une protestation solennelle contre la germanisation de la Pologne.

Le gouvernement anglais, dans une déclaration aux Communes, dit de nouveau que M. Venizelos est reconnu comme pouvoir de fait, mais que le gouvernement de Salonique n’a pris aucune allure antidynastique.

M. Poincaré a reçu à l’Elysée le nouvel ambassadeur d’Italie, le marquis Salvago Raggi.

Le baron Burian est parti pour Berlin où il doit conférer avec le chancelier allemand.

Le général Porro, chef d’état-major de l’armée italienne, est arrivé à Paris. Les pourparlers entre l’Amérique et le Mexique subissent à nouveau un temps d’arrêt.

L’Angleterre va procéder à toute une série de mesures tendant à assurer des économies. En même temps, elle envisage le moyen d’augmenter ses effectifs, et elle annonce son intention de poursuivre énergiquement la campagne d’hiver.

L’éphéméride complet sur http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/novembre16.html

Création de la Légion d’Orient

Sur décision du général Roques, la Légion d’Orient fut officiellement créée le 15 novembre 1916. Mais avant de donner son aval, le ministre de la Guerre décida, le 21 septembre 1916, d’envoyer une mission d’enquête11 auprès des autorités britanniques d’ égypte et de Chypre, dirigée par le chef de bataillon Ferdinand Romieu, qui mena ses investigations à Alexandrie puis au Caire, en septembre-octobre 1916. Cette enquête portait sur la possibilité d’établir à Chypre un camp militaire arménien et sur les exigences à réaliser pour un premier groupement d’environ 500 hommes, constitué par les Arméniens réfugiés en Egypte et les prisonniers de guerre internés au camp de Summer Poor, près de Bombay. Ce projet d’organisation fut conduit à étudier l’opportunité d’enrôler également des Syriens et tous autres sujets ottomans résidant en Egypte, désireux de combattre contre les Turcs.

http://www.imprescriptible.fr/rhac/tome3/p2a

Obus toxiques envoyés par les Allemands à Berry-au-Bac

allemand

Le 15 novembre 1916, une batterie française près de Berry-au-Bac fut bombardée dans les conditions suivantes : réglage très discret dans la journée, puis déclenchement d’un tir brusque de 600 coups de 7,7 toxiques. Il y eu plusieurs morts dans les rangs français, le personnel s’étant aperçu trop tard qu’il s’agissait d’un tir d’obus toxiques. C’est ici un exemple typique de tir de harcèlement, qui ne furent développés par l’artillerie allemande que vers la fin de 1916.

source: http://www.guerredesgaz.fr/Agression/artillerie/allemande/1916/Munitionschimiquesallemandes1916.htm

Aviation: mort de l’aviateur Pierre Navarre

Pilote de chasse sur Nieuport « Bébé »

pierre-n

Pierre Navarre (frère de Jean) quitte le Génie pour l’aviation est devient pilote de chasse à l’escadrille N 69. Mais il passe peu de temps dans l’aviation car il meurt pour la France le 15 novembre 1916. 

Au cours d’un combat aérien, du côté de Verdun le 8 mars 1916, il contraint un avion ennemi à l’atterrissage. Il est vainqueur mais reçoit trois balles dans le bras. Il est évacué sur l’hôpital de Bar-le-Duc. C’est sa première et dernière victoire. 

Cela lui vaut la Médaille Militaire et la citation suivante:  

« Le 8  mars 1916, a attaqué successivement à bout portant deux avions ennemis et a forcé le premier a atterrir précipitamment : au cours du second combat, a reçu trois blessures graves. »

« Navarre Pierre, aspirant, escadrille N 69 a fait la première partie de la campagne dans le Génie où son courage et son entrain lui ont valu deux citations à l’ordre du jour. Fait preuve dans l’Aviation d’une audace d’un activité admirables.  

Le 15 novembre 1916, alors qu’il est muté à l’escadrille N67 où il aurait rejoint son frère Jean, il se tue par accident au cours d’un exercice aérien au Plessis-Belleville.

Il a 21 ans.

Il est décoré de la Médaille Militaire et de la Croix de Guerre avec trois citations.http://www.navarre-jean.com/pierre.htm

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s