839/Journal du 19 novembre 1916

Carnets du rémois Paul Hess

Rien à ce jour

Journal du dimanche 19 novembre 1916 à travers Le Miroir

Au sud de la Somme, un fort détachement ennemi qui tentait d’aborder une de nos tranchées du secteur de Biaches, a été aisément repoussé à la grenade. Une autre tentative à l’est de Berny a été refoulée par nos tirs de barrage et par nos grenadiers. Une de nos escadrilles a lancé 157 obus sur les champs d’aviation ennemis de Golancourt (Oise) et de Grisolles (Aisne).

22 avions de l’aviation maritime britannique ont bombardé les usines d’électricité et les ateliers de la marine à Ostende. Ils ont lancé 180 bombes, dont beaucoup ont atteint les objectifs. Un autre bombardement a été effectué par des hydravions sur le môle de Zeebrugge: tous les appareils sont rentrés. sur la rive gauche de la Strouma, les troupes britanniques ont repoussé une violente contre-attaque bulgare, dirigée sur Kavakli.

A l’est de la Cerna, les Serbes ont enlevé les tranchées ennemies sur une longueur de 800 mètres. Ils ont pris d’assaut la hauteur 1212 en infligeant a l’ennemi des pertes sanglantes.

Nous avons progressé vers Monastir et sommes parvenus aux abords de Kanina.

La France, l’Angleterre et l’Italie ont adressé une protestation aux neutres contre les violations de droit commises en Pologne par les empires centraux.

http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/novembre16.html

Journée des orphelins

capture-decran-2016-10-02-a-09-41-39

Insignes mis en vente lors de la journée des orphelins du 19 novembre 1916

(Orient) Entrée des troupes françaises à Monastir

articles_585_entretroupesfrancaises_0

La défaite roumaine ruine pour longtemps les espérances liées au front d’Orient malgré une bonne résistance de l’armée de Sarrail face aux attaques bulgares et la prise de Monastir en Serbie (4) par des troupes franco-serbes le 19 novembre 1916. Celle-ci marque peut-être la première victoire de la stratégie périphérique mais, très vite, l’armée d’Orient est réduite à la défensive et doit se préparer à des actions pour faciliter les opérations sur les autres fronts.

La suite sur http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/le-front-dorient-1915-1919

lire aussi http://www.france-histoire-esperance.com/29-septembre-1918-front-dorient-victoire-oubliee-des-jardiniers-de-salonique/

lire aussi http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/qui-cherche-quoi/mort-serbie-1916-sujet_7930_1.htm

La revue Le pèlerin dans la grande guerre

couv-1_largeur_article-1

Parmi les cinquante morts de la Bonne Presse pendant la Grande Guerre, une dizaine travaillait au Pèlerin. Parmi eux, Julien Le Liboux, prêtre assomptionniste. Ce dernier prend la direction du journal après la mobilisation. Réformé, pour cause de santé très fragile, il est renvoyé aux armées en 1917, après une campagne de réévaluation des exemptés où l’anticléricalisme joue un rôle important.

Sur la couverture du 19 novembre 1916, deux poilus lisent Le Pèlerin dans une tranchée.

http://www.pelerin.com/Histoire-Patrimoine/2014-2018-le-centenaire-de-la-Grande-Guerre/La-Premiere-Guerre-mondiale-vue-par/Le-Pelerin-dans-la-guerre

(Marine) Le vapeur américain Presidente Viera victime d’une avarie en Charente

lessieux

Dans la nuit du 18 au 19 novembre, une tempête épouvantable de vent de sud-ouest régnait sur nos côtes. Le matin du 19 à 6 heures du matin, j’étais prévenu qu’un grand vapeur du nom de « Président Vlera» de Montevideo, était à la côte demandant du secours ; la mer était si forte qu’il n’était pas possible de mettre le canot de sauvetage à l’eau pour pouvoir porter secours au navire naufragé ; l’endroit où il se trouvait à la côte étant un endroit très difficile. Il fut donc décidé que tout l’équipage du canot se porterait sur les lieux du naufrage et ferait son possible pour sauver l’équipage du navire en détresse.
A 2 heures de l’après-midi, une première tentative fut faite avec une embarcation (doris). Un équipage de 3 hommes  fut embarqué, mais après avoir fait environ 150 mètres au large, l’embarcation chavira, les hommes tombèrent à l’eau et furent heureusement ramenés au rivage; nous ne fîmes ce jour-là du 17 aucune tentative, car la nuit arrivait. Nous reprîmes le sauvetage le lendemain 20, au moment de la marée basse qui se trouvait être à 4 heures du soir.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s