851/Journal du 1 décembre 1916

Carnet du rémois Paul Hess

Rien à ce jour

 Décembre avec le 167 ème RI, les loups du Bois-le-prêtre

cote-du-poivreLe 1er Décembre 1916, la 128e Division d’Infanterie est relevée par la 33e DI. Les 2e et 3e Btn du 167e sont enlevés en camions et menés à leurs cantonnements; le 2e à Noyer et le 3e à Mécrin puis à Noyer.
L’Etat-Major, le 1er Btn et la C.H.R. sont relevés dans la nuit du 2 au 3, et rejoignent Mécrin puis Noyer le 3 Décembre.

La période du 3 au 11 Décembre, l’essentiel des activités du Régiment est consacré à l’exercice.
3 Décembre – Le soldat Deschamps, 3e Cie de Mitrailleuses, fait prisonnier le 11 Juillet à Fleury, s’est évadé avec deux camarades, les soldats Ande et Musard, du 134e RI, du Camp de Romagne. Partis le 30 Novembre à 17h30, ils ont longé probablement le bois de Spincourt, la voie ferrée d’Azannes à Vaux, puis se sont guidés sur les coups de feu et les fusées vers les 1eres lignes. Ils ont franchi les ouvrages allemands sans rencontrer personne et sont tombés inopinément sur le boyau de Pola. Reçus à coups de fusil et de grenades, Ande a été tué, Musard blessé et Deschamps seul est rentré sain et sauf dans nos lignes.

Source: http://167e.regiment.free.fr/167eregimentinfanteriedecembre1916.html

L’appel du sol d’Adrien Bertrand

pho1ebf593e-f0aa-11e3-8565-c88a34b22261-805x453Adrien Bertrand (1888-1917) nous livre un roman de guerre: on suit les étapes significatives d’un bataillon de chasseurs alpins au front. Pacifiste, il ne peut résister à l’appel du sol pour défendre la patrie, la terre de ses aïeux. Blessé dès 1914, il meurt des suites de ses blessures en novembre 1917.

Article paru dans Le Figaro du 1er décembre 1916.

Ce n’est pas un simple recueil de notes et d’impressions que M. Adrien Bertrand a rapporté du front; ce n’est pas davantage un roman, car son œuvre ne comporte point d’intrigue, ni de péripéties rigoureusement enchaînées; et les personnages qui accaparent l’attention s’y renouvellent plusieurs fois au premier plan; la mort tire chacun d’eux vers la coulisse et sa rude main les enveloppe tous, à la fin, dans le tourbillon tragique d’un assaut de tranchées. Elle n’est absente d’aucune page de ce livre grave, sobre, émouvant où la guerre est dépeinte sans fausse splendeur. Au risque de provoquer les sévérités de la censure, M. A. Bertrand a voulu dire tout ce qu’il pense et conter tout ce qu’il a vu; en ne dissimulant pas que la guerre est cruelles et laide dans le lent déroulement de ses épisodes, il a réussi à monter que, dans l’ensemble, par l’utilisation des plus nobles, des plus pures énergies humaines, elle compose un extraordinaire spectacle de grandeur et de beauté.

L’âme du sol

«L’âme du sol s’incarne en eux et tend leurs nerfs»

Pour M. Adrien Bertrand, on sent, à vrai dire, que la guerre existe en soi, à la façon d’une entité un peu mystérieuse. Elle déborde les individus, qu’elle asservit à ses rigueurs elle se nourrit en chaque pays, de toutes les forces obscures qui, dans le sol comme dans les âmes, ne vivent d’ordinaire que d’une vie assoupie, qu’elle réveille.
Le sort du bataillon de chasseurs dont le livre développe l’histoire depuis les journées hasardeuses de la grande retraite initiale jusqu’à l’offensive disciplinée de septembre 1915 suggère et confirme cette vue générale; les hommes qui composent cette unité de choix sont, aux moments décisifs, envahis par une sorte d’ivresse qui les lance à la mort et submerge leur brève personnalité; l’âme du sol s’incarne en eux et tend leurs nerfs; qu’avant l’action l’angoisse faisait frémir; après avoir vaincu, les plus conscients ne s’entendent point à démêler les causes de leur victoire; répugnant à l’attribuer au hasard, ils conviennent qu’une fois définie la part de la capitale des préparations de matériel et des concentrations d’effectifs, c’est encore «la volonté de vaincre animant chaque troupier» qui détermine le destin; de sorte que
«la victoire se gagne finalement dans le cœur et la poitrine de chaque soldat». Mais chaque soldat est plus que lui-même parce que le sol menacé l’a rempli de son âme; âme à la fois une et multiple, qui s’adapte aux préférences individuelles: tous les français aiment leurs sol, cependant chacun d’eux a sa façon particulière de l’aimer.

http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/09/08/26002-20140908ARTFIG00088–l-appel-du-sol-d-adrien-bertrand-1916.php

Journal de guerre du vendredi 1 décembre 1916 à travers Le Miroir

Au sud de la Somme, l‘artillerie ennemie, énergiquement contre-battue par la nôtre, a bombardé notre front depuis le bois de Chaulnes jusqu’à Berny. Aucune action d’infanterie ne s’en est suivie.
En Champagne, le tir de nos canons de tranchées a fait exploser un dépôt de munitions ennemi dans la région de Massiges.
En Argonne, nous avons fait jouer au nord du Four-de-Paris trois camouflets qui ont bouleversé les travaux de mine de l’adversaire.
Sur le front britannique, duels d’artillerie particulièrement entre l’Ancre et la Somme.
Les Roumains ont contre-attaqué avec succès les Austro-Allemands dans les vallées de la Prahova et du Buzeu. Mais l’ennemi s’est emparé de Pitesti et de Campolung, au nord-ouest de Bucarest, et de Comana, à 30 kilomètres de cette ville, au sud-ouest. On continue à dire que des forces russes considérables descendent de la Moldavie vers la Valachie.
M. Venizelos, au nom du gouvernement de Salonique, a déclaré la guerre à la Bulgarie et à l’Allemagne.
Le Reichstag a voté en première lecture le projet de mobilisation civile auquel seuls les socialistes dissidents ont fait opposition.
L’Amérique prépare une nouvelle protestation contre les déportations belges.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s