1917: Des mutineries éclatent partout dans l’armée française

Sur le site de L’Obs

Après l’échec de l’offensive Nivelle au Chemin des Dames, en avril, des milliers de soldats refusent de « remonter aux tranchées ». L’historien André Loez revient sur cet épisode mythique et sous-estimé de la Grande Guerre.

André Loez, 39 ans, agrégé et docteur en histoire, enseigne en classes préparatoires et à l’Institut d’Etudes politiques de Paris. Il est l’auteur de « 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins » (Folio Histoire) et a coécrit « la Grande Guerre. Carnet du centenaire » (Albin Michel). Il est également membre du Crid 14-18 (collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918) et du conseil scientifique de la Mission du Centenaire 14-18.

Au printemps 1917, alors que la guerre dure depuis trois ans, dont trente mois d’immobilité, des mutineries éclatent un peu partout dans l’armée française. Quelles en sont les principales caractéristiques ?

Le 16 avril, l’offensive de Robert Nivelle sur le Chemin des Dames, dans l’Aisne, est censée mettre fin à la guerre. Le commandant en chef des armées est tellement sûr de la victoire que son plan d’attaque n’a pas prévu suffisamment de lits d’hôpitaux et comptesur l’infrastructure allemande. Le pays est persuadé que ce sera la dernière bataille. Mais l’opération est un échec, le bilan, sanglant, et la déception, à la hauteur de l’espoir suscité.

http://tempsreel.nouvelobs.com/histoire/20161219.OBS2853/1917-des-mutineries-eclatent-partout-dans-l-armee-francaise.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s