896/journal du 15 janvier 1917

Carnets du rémois Paul Hess

Rien à ce jour

Journal du lundi 15 janvier 1917 à travers Le Miroir

Canonnade habituelle au sud de la Somme et dans la région de Verdun.
Plusieurs reconnaissances ennemies au sud de Berry-au-Bac ont été repoussées avec pertes.
Un avion ennemi a été forcé d’atterrir dans nos lignes, près de Pont-à-Mousson. Les aviateurs ont été faits prisonniers.
Un détachement ennemi a tenté un coup de main contre un des postes anglais au nord-ouest de Gueudecourt. Il a complètement échoué et a été rejeté avec pertes.
Les patrouilles britanniques ont exécuté avec succès diverses opérations dans les régions de Neuve-Chapelle et d’Armentières.
Les tranchées allemandes ont été bombardées avec efficacité au nord-ouest de Lens.
Activité d’artillerie au nord-est d’Ypres.
Canonnade croissante sur le front du Trentin. Les Italiens ont entravé des mouvements importants sur l’arrière du front ennemi. Ils ont pris sous leur feu des emplacements de batteries.
Les Russes ont repoussé une offensive allemande dans la région de Riga, au sud du lac Babit, à l’est du village de Kalnzem.
Les Autrichiens ont été rejetés dans la vallée de la Putna, en Valachie, et près de la vallée du Trotus.
Toutefois, les Russo-Roumains ont dû évacuer le village de Cotumihah, sur la rivière Sereth, près de Braïlow.
Succès russe au Caucase. Les Turcs prennent la fuite près de Kalkite.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/janvier17.html

Lettre de Mata Hari au Capitaine de la Police

mata-hariMon capitaine,

Je vous serais très reconnaissante, si vous pouvez faire cesser la filature qu’on me fait depuis que je suis ici.

Je m’en suis aperçue. J’ai été avertie et ceux qui en sont chargés le font d’une façon telle que tout l’hôtel le voit et me regarde comme une bête curieuse. C’est complètement inutile.

Mes relations à Paris sont des plus connues, mes lettres à qui que ce soit ne contiennent jamais ce qui ne doit pas y être.

Faut-il que je vous répète, que je sais très bien ce que Mata Hari doit à Paris. Je n’oublierai jamais le bonheur que j’y ai eu et j’espère en avoir encore.

Depuis le jour où je vous ai donné ma parole, je me suis considérée à votre service et je vous en ai donné les preuves. Je vous répète que je ferai pour vous tout ce qui sera dans ma puissance et dans mon pouvoir, mais je me servirai des moyens que je juge en harmonie avec mon caractère et ma façon de voir la vie. Je n’admettrai jamais les « petits moyens là où on doit se servir des grands ».

Je n’ai pas besoin de connaître les vôtres. Je ne veux même pas connaître vos intermédiaires. Dites-moi ce que vous désirez et laissez-moi faire.

Que je demande que ces services me soient payés, c’est légitime. Dans la vie, on n’a rien pour rien. Dites-moi donc, mon capitaine, si vous désirez continuer oui ou non et recevez l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Marguerite Zelle Mac Leod.

source: http://www.deslettres.fr/lettre-de-mata-hari-au-capitaine-de-la-police/

Flabas (meuse), camp des représailles

cuvelle-leon-img-0001Dans les armées françaises, il est mentionné que faute de main d’œuvre, des prisonniers travaillaient sur la rive droite de la Meuse en décembre 1916.

Ceci, en contradiction avec les conventions qui interdisaient de faire travailler des prisonniers de guerre à moins de 30 kms du front. Le 21 décembre 1916, un ultimatum fut envoyé par l’Allemagne demandant la mise en place, avant le 15 janvier 1917, des mesures suivantes:

– Interdiction de faire appel au travail des prisonniers de guerre à moins de 30 kms du front.

– Autorisation pour ces prisonniers de correspondre par la voie postale avec l’Allemagne.

– Obligation d’indiquer les noms des camps où ils sont internés.

Faute de réponse de la France, les Allemands ont donc rassemblé, à partir du 15 janvier 1917, des prisonniers français et les ont entassés dans le camp dit « des représailles », sur le front côté allemand, à 500 mètres du bois des Caures, battu par les obus français.

La suite sur http://lissey.e-monsite.com/pages/histoire/la-grande-guerre/flabas-et-le-camp-des-repreailles.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s