909/Journal du 28 janvier 1917

Carnets du rémois Paul Hess

Très forte canonnade, le soir, à partir de 20 heures. Les pièces du quartier, 75, 95 et 120, tirent les unes après les autres pendant un assez long espace de temps. Ensuite, quelques sifflements se perçoivent, des obus arrivant rue de Bétheny, rue Cérès.

Journal du dimanche 28 janvier 1917 à travers Le Miroir

Sur la rive gauche de la Meuse, notre artillerie a exécuté des tirs de destruction sur les organisations allemandes du secteur de la cote 304.
Aux Eparges, lutte d’artillerie assez active. Un coup de main ennemi dans cette région a échoué sous nos feux.
Une autre tentative sur un de nos petits postes à la Main-de-Massiges (Champagne) a également échoué.
En Lorraine, nos batteries ont effectué des tirs de destruction sur les organisations allemandes de la forêt de Parroy.
Sur le front belge, grande activité d’artillerie dans la région de Dixmude.
Canonnade sur divers points du front italien.
Sur la frontière occidentale de la Moldavie jusqu’à la vallée de l’Oïtuz, actions de patrouilles d’infanterie.
Dans la vallée de Gachin, les troupes roumaines ont attaqué l’ennemi et ont réussi, après onze heures de combats acharnés, malgré le temps très froid et la neige épaisse, à le rejeter vers le sud.
Le général Iliesco, chef d’état-major roumain, est arrivé à Paris.
Le vicomte Motono, ministre des Affaires étrangères du Japon, a prononcé un grand discours à la Chambre de Tokio.
Les Anglais ont remporté de nouveaux succès au sud-ouest de Kut-el-Amara, en Mésopotamie.
L‘Australasie marque son désir de garder après la guerre les possessions allemandes du Pacifique.

(Marine) La triste fin du navire de commerce norvégien l’Ymer

image-1024-1024-236208

Le 28 janvier 2017, la commune de Névez (Finistère) écrira enfin sa propre page sur la tragique dérive du canot de sauvetage de l’île d’Yeu qui s’échouât le 28 janvier 1917 sur la grève de l’îlot de Raguenez. À son bord, douze marins de l’île d’Yeu et les sept rescapés de l’Ymer, navire de commerce norvégien coulé par un sous-marin allemand quelques jours auparavant.

Cette tragique histoire se soldera par la mort de onze marins. Parmi eux, cinq matelots de l’Ymer sont enterrés au cimetière de Névez, dont un cuisinier hollandais dont l’identité est restée inconnue jusqu’à il y a récemment. Pour cette cérémonie du centenaire de l’accident, deux Névéziennes, Marylène Croguennec-Marrec et Maryvonne Le Du-Jaffrézic ont retrouvé sa trace.

source: http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/911/reader/reader.html#!preferred/1/package/911/pub/912/page/9

lire aussi http://www.famille-bretet.net/documents5.htm

(Aviation) un Albatros C  (allemand) forcé à atterrir à Soppe au nord de Traubach

albatros-28-janvier-1917-abattu-a-traubach-le-bas-jpg1

le 28 Janvier 1917,un Albatros C a été forcé à atterrir à Soppe,6 km nord de Traubach environ,et l’équipage fait prisonnier-Il a été abattu par le lt Jaillé de la N 49 en collaboration avec le Lt Gastin

source: http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/aviation-1914-1918/abattu-traubach-janvier-sujet_2131_1.htm

Parution du « Cri de Paris »

_12

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s