917/journal du 5 février 1917: la 3 ème brigade russe sur le front de Champagne

Journal du lundi 5 février 1917 à travers Le Miroir

Un coup de main sur les tranchées ennemies de la region de Moulin-sous-Touvent nous a valu une dizaine de prisonniers.
Aux Eparges, une tentative de l’ennemi pour occuper un entonnoir a échoué sous nos feux.
Notre artillerie a exécuté des tirs efficaces sur les ouvrages allemands en divers points du front, notamment dans le secteur de la cote 304.
Sur le front britannique, une attaque allemande a été exécutée, dans la vallée de la Somme, vers Rancourt. Elle a échoué. Nos alliés ont effectué une légère avance vers le Transloy. Ils ont gagné 500 mètres sur un front de 1200, au nord de l’Ancre. 100 Prisonniers et 5 mitrailleuses sont restés entre leurs mains. Ils ont rejeté deux contre-attaques avec de fortes pertes pour l’ennemi. Ils ont encore, par un coup de main, pénétré dans les tranchées au sud-est de Souchez. 21 prisonniers et une mitrailleuse ont été enlevés. Autre raid heureux dans la même région. Canonnade sur la Somme et dans le secteur de Beaumont-Hamel.
Les Allemands ont attaqué le front russe aux marais de Tiroul : ils ont été repoussés. D’autres attaques sur l’Aa ont également échoué.
Le président Wilson a rompu avec l’Allemagne : il a remis ses passeports au comte Bernstorf et rappelé l’ambassadeur américain à Berlin, M. Gerard. Il a invité tous les neutres à suivre son exemple.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/fevrier1917.html

Journal du sous-lieutenant canadien Bernard James Glynn

Le lundi 5 février 1917 – Levé à 8 h, déjeuné à 8 h 30 et revue à 9 h. Cours sur les mitrailleuses. Je n’ai pas reçu de courrier aujourd’hui. Je me suis retiré à 22 h 30.

Le mardi 6 février 1917 – Levé à 8 h, déjeuné à 8 h 30 et revue à 9 h. Cours sur les mitrailleuses de 11 h à 12 h 30 puis rendez-vous chez le dentiste qui fait une incision de la gencive. Je suis allé patiner à Regent’s Park. Reçu une lettre de Mme Mellish et M. Moore. Je me suis retiré tôt. Je n’ai reçu aucun courrier de la maison depuis un bon moment, je suis inquiet.

Le mercredi 7 février 1917 – Au lit avec douleur à la gencive. Je me suis levé à 15 h 30, je suis allé à Cricklewood où je me suis procuré des médicaments. Reçu un télégramme de Raymond. Il est arrivé sain et sauf. Que Dieu le protège!

Le jeudi 8 février 1917 – Resté au lit jusqu’à 10 h. Mon serviteur m’a informé que je devais me présenter à Northolt (Ruislip Middlesex) pour des cours de vol supplémentaires. J’ai passé l’examen sur la mitrailleuse Vickers que j’avais manqué et sur la mitrailleuse Lewis, sauf les sections sur l’entretien et le nettoyage. Le tender m’a conduit jusqu’à Northolt en compagnie d’AW Little. Je partage ma baraque avec Little. On m’a assigné une ordonnance stupide. J’ai écrit à Mary, à maman, à papa et à Yale.

la suite sur http://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/those-who-served/diaries-letters-stories/first-world-war/glynn/feb1917

La 3 ème brigade russe sur le front de Champagne

russes_gaz

5 février 1917 : Tirs d’artillerie sur les organisations ennemies où divers indices laissent penser une nouvelle attaque au gaz. 1 blessé.
6 février 1917 : Nombreux bruits de travaux sur tout le front. Roulements de voitures et de chemin de fer, bruits de déchargement de matériel à Vaudesincourt et entre Vaudinsaucourt et Aubérive. 1 tué.
7 février 1917 : Journée calme.
8 février 1917 : Activité calme. Préparation du coup de main que doit exécuter la brigade le lendemain.
9 février 1917 : À 4h, le 5ème régiment russe a exécuté un coup de main sur la tranchée ennemie située au nord du Bois I. Cette opération a valu la capture d’un prisonnier et la destruction de deux abris cavernes. Pendant cette action, le 6ème régiment a simulé une attaque devant le Bois des Guetteurs. 1 tué. 10 blessés.
10 février 1917 : Tirs sur des travailleurs sur la route entre Aubérive et Vaudesincourt.
11 février 1917 : La 3e brigade signale des charrois intenses à Aubérive vers 19h avec des mouvements de circulation fréquents sur la route de Vaudesinsourt. 1 tué.
12 février 1917 : Faible activité. 1 tué. 1 blessé.
13 février 1917 : Activité faible. 1 tué. 1 blessé.
14 février 1917 : Un peu plus d’activité que les jours précédant.
15 février 1917 : Activité faible.
16 février 1917 : Émission de gaz à partir d’1 h. Une partie de la vague est revenue sur son point de départ dans le secteur russe. À l’apparition de la nappe, l’ennemi a lancé des fusées éclairantes, puis des fusées à plusieurs feux jaunes-blancs et des fusées rouges et vertes. Réaction ennemie assez violente. 4 blessés.

La suite sur http://gueyer.net/index.php/2014/08/05/la-3eme-brigade-russe-sur-le-front-de-champagne-en-19161917/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s