935/23 février 1917: les premiers chars Saint-Chamond sont livrés

Journal du vendredi 23 février 1917

En Belgique, des patrouilles allemandes qui tentaient d’aborder nos lignes près de Roode-Port (nord-est de Nieuport), ont été dispersées par nos feux. L’ennemi a subi des pertes.
Lutte d’artillerie assez vive sur la rive droite de la Meuse, dans le secteur de la côte du Poivre. Notre artillerie a pris sous son feu et dispersé un détachement allemand qui sortait de Béthincourt (rive gauche de la Meuse).
Activité d’artillerie sur tout le front de Macédoine. Action de patrouilles près de Serés et sur le front de Makukowo. Un raid sur Brest, près du lac Doiran, a permis de faire des prisonniers. Deux contre-attaques ennemies sur le même point ont été repoussées.
L’aviation a été très active. Elle a livré plusieurs combats heureux et réussi des bombardements sur les colonnes ennemies, près de Melnik.
Les Anglais ont repoussé des tentatives de raids effectuées par les Allemands à l’est de Vermelles et au sud de Neuve-Chapelle. L’ennemi a subi de nombreuses pertes et laissé des prisonniers entre nos mains. L’artillerie a montré de part et d’autre son activité habituelle, notamment au nord de la Somme et au sud d’Ypres.
Les Russes ont arrêté de fortes colonnes ennemies qui les attaquaient dans le secteur de Dorna-Vatra.
Echec autrichien sur le plateau d’Asiago (front italien).

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/fevrier1917.html

Le 23 février 1917 : journée des femmes: la Révolution russe commençait

+ vidéo

Le 23 février 1917 du calendrier de l’ancienne Russie (soit le 8 mars du calendrier occidental) à l’occasion de la journée internationale de la femme, les ouvrières du textile des faubourgs de Petrograd, aujourd’hui Saint-Pétersbourg, quittaient le travail dans plusieurs usines, entraînant les ouvriers métallurgistes. Comme le dit Léon Trotsky :  » La veille encore, il ne serait venu à l’idée de personne que ce jour inaugurerait la révolution.  » Et pourtant cinq jours plus tard le tsarisme, cette dictature considérée comme la plus réactionnaire d’Europe, s’effondrait. Huit mois plus tard, le 25 octobre 1917, les ouvriers et les paysans prenaient le pouvoir.

La naissance du mouvement.

Ce mouvement de révolte ne fut décidé par aucun parti. L’initiative, venue de cette fraction la plus exploitée de la classe ouvrière que constituaient les ouvrières du textile, allait se poursuivre et s’amplifier. Le 24 février, les traminots se mirent en grève. Personne ne sut qui avait lancé le mot d’ordre d’arrêt du travail. Les ouvriers, de leur côté, organisèrent des meetings avant de déferler en manifestation dans le centre-ville. La moitié des ouvriers se mirent en grève. Les mots d’ordre des manifestants se radicalisèrent. Ils ne réclamaient plus seulement du pain, comme la veille, mais criaient :  » À bas l’autocratie ! « ,  » À bas la guerre !  » Et pour une fois, les cosaques, ces troupes d’élite envoyées si souvent contre les grévistes, hésitèrent à charger.

http://journal.lutte-ouvriere.org/2007/02/28/le-23-fevrier-1917-la-revolution-russe-commencait_14876.html

vidéo: http://education.francetv.fr/matiere/epoque-contemporaine/troisieme/video/les-debuts-de-la-revolution-russe-apocalypse-la-1ere-guerre-mondiale

(marine) Torpillage du S/S BELGIER au large de Belle île

belgier

Le 23 février à 6h15, il est à la position 47° 25 N et 03° 58 W quand un sous-marin lui tire un premier coup de canon. Le capitaine met alors en avant toute à tribord pour montrer que son arrière. Le sous-marin le poursuit et tire 12 coups de canon qui obligent Robinson à finalement mettre en panne.

L’équipage de 29 hommes se met à l’abri dans les canots, tandis qu’un officier et deux marins allemands prennent passage dans l’un des canot pour aller mettre des bombes à bord du vapeur immobilisé. Mais soudain l’arrivée des torpilleurs 283 et GRONDEUR, force les Allemands à regagner le sous-marin. Celui-ci tire alors une torpille qui touche le babord avant du Belgier et explose.

http://www.archeosousmarine.net/belgier.html

Le 23 février 1917, les premiers chars Saint-Chamond sont livrés

2fbb300d5013fb349ea987715c2fa25d

Au printemps 1917 les formations d’infanterie d’accompagnementsont drées et l’emploi des chars de combat défini. Leur mission estde détruire la deuxième position de défense allemande. Le 16 avril1917, les chars français sont employés pour la première fois entreLaffaux et le nord de Reims à Berry-au-Bac. Sur 132 chars Schneider engagés, 63% seront détruits pour une avancée minime.

Le 5 mai, les chars sont de nouveau employés pour un second engagement, au plateau de Craonne, mais cette fois-ci en soutien de l’infanterie. C’est un succès !..

http://www.musee-infanterie.com/objet/1177-char-saint-chamond

A Verdun

capture-decran-2017-01-16-a-18-20-10

23 février 1917
Au ravin des Fontaines, dans le secteur du bois des Caurières à Verdun, les hommes occupent les tranchées bouleversées par l’attaque allemande du 4 février 1917.

source: http://abri-memoire.org/ged/2-3-4c-document-tranchees-de-verdun.pdf

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s