944/4 mars 1917: Vivre sous terre comme des renards à Reims

Vivre sous terre comme des renards à Reims

ob_fbd002_g-dubois-015-bombardements-800

Cette carte (proposée sur le blog d’Amicarte 51)envoyée le 4 mars 1917 avec ce texte:

4 mars 1917
Chère Amie
Bien reçu votre aimable carte-lettre, heureux toujours de vous lire en bonne santé ainsi que toute votre famille.
Je vois qu’au pays, le temps est plus favorable qu’ici.
Encore ici, ces jours, il gèle fort et le dégel nous cause beaucoup de travail, et fait beaucoup de boue.
Ces jours-ci, nous sommes la Compagnie en face la Cathédrale à 4 km environ.
Si vous voyez où est faite cette carte, vous auriez sans doute peur surtout s’il vous y fallait aller sans lumière.
Nous sommes 20 mètres sous terre et vivons comme des renards, sauf les heures de faction, à 100 mètres des boches !
Quand finira-t-elle cette purée ? Les tranchées même, j’ai été plus mal.
A bientôt de vous voir, mon tour de perm ne vient pas vite !
Pour vous et votre so
eur, bons souvenirs.

Voir le document complet sur http://reims.14-18.over-blog.com/2014/05/vivre-sous-terre-comme-des-renards.html

Journal du dimanche 4 mars 1917

Lutte d’artillerie assez active entre Oise et Aisne dans la région sud de Nouvron et en Alsace dans le secteur de Burnhaupt.
Faible canonnade sur le front belge. Les Anglais ont accompli une nouvelle progression au nord de Puisieux, au nord et à l’est de Gommécourt. En dépit de la résistance opiniâtre de l’ennemi, ils ont avancé leur ligne de 400 mètres en moyenne sur un front de 8 kilomètres environ.
Ils ont enrayé par leurs tirs de barrage et leurs feux d’infanterie une contre-attaque sur leurs positions avancées au nord-est de Gommécourt. Ils ont réoccupé intégralement une tranchée qui avait été d’abord évacuée par leurs troupes. Deux de leurs postes ont été attaqués au nord-ouest de Roye. Quelques hommes ont disparu. Une forte patrouille qui tentait d’aborder les lignes à l’est de Givenchy-les-la Bassée a été arrêtée par les feux d’infanterie de nos alliés.
L’Allemagne a avoué, dans une note officieuse, ses intrigues au Mexique.
Le président Wilson a reçu des assurances d’un certain nombre de républiques sud-américaines.
Le maréchal Conrad de Hoetzennorf, chef d’état-major général de l’armée austro-hongroise, a été remplacé en sa fonction par le genéral Von Arz.

Source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/mars17.html

Inquiétude à Lyon à propos d’une manifestation pacifique

Le 24 février 1917, certains membres du « Nid Rouge » se réunissent pour mettre en place une manifestation pacifiste proposée par Henri Bécirard. Sur proposition de Théophile Leclair, un anarchiste, elle doit se tenir le 18 mars 1917, à un moment ou de nombreux visiteurs étrangers assistant à l’inauguration de la Foire de Lyon. Et il s’agit également de l’anniversaire de la Commune de 1871[4]. Le 4 mars 1917, le préfet du Rhône expose au Ministre de l’Intérieur ses inquiétudes dans un rapport concernant cette manifestation pacifiste

source: http://atelier-histoire.ens-lyon.fr/AtelierHistoire/episodes/view/275

Le conseil municipal de Castanet-Tolosan (Haute Garonne)généreux avec les soldats malades et blessés

image00021ter_vLe procès-verbal de la session du 4 mars 1917 rapporte brièvement le vote à titre de solidarité d’une « subvention aux soldats français malades et soignés dans les hôpitaux de nos chers alliés les Russes », sans autre précision (ni de lieu, ni de circonstance, ni de destinataires précis). Le conseil municipal ne réserve pas cette aide aux soldats issus de la commune. Il est donc mentionné que des soldats français combattaient aux côtés de soldats russes, sur les fronts orientaux.
Une révolution vient d’éclater en Russie, le pourvoir du tsar est fortement contesté, ce qui a des conséquences sur le front. La situation va aller en s’aggravant dans les jours suivants (abdication de Nicolas II le 15 mars 1917 du calendrier grégorien, soit le 2 mars 1917 du calendrier julien en vigueur en Russie).

source: http://archives.haute-garonne.fr/service_educatif/Docs_classe/castanet_14_18/castanet.html

(Insolite) Inquiétude sur les risques de dénatalité en France

s-l225La couverture du magazine illustré Le Cri de Paris présente au 4 mars 1917 la significative «prière d’une vierge»: «Seigneur, donnez-nous bien vite la victoire pour que je sois encore jolie quand ils reviendront.» Dans cette situation, le livre de Marie Laparcerie publié en 1915, Comment trouver un mari après la guerre?,connaît un franc succès. En fait de méthode, l’ouvrage de Laparcerie est une suite de lieux communs sur le comportement féminin qui se résume en quatre points fondamentaux: d’abord, il faut vouloir se marier et ne penser qu’à cela, ensuite ne point trop attacher d’importance à l’aspect physique du soupirant puisque l’essentiel est d’en avoir un, du reste «la laideur est parfois sympathique»; puis se détacher de la coquetterie qui n’est plus de mise dans une France régénérée. Les jeunes femmes prendront également garde à adoucir leur voix, leurs regards, leurs gestes pour conquérir les héros qui rêvent de quiétude, «ces grands enfants qui auront l’âme endolorie des malades». Enfin, elles devront donner un sentiment de sécurité, ce qui exige évidemment de leur part confiance et honnêteté.

source: http://www.lexpress.fr/culture/livre/miseres-et-tourments-de-la-chair-durant-la-grande-guerre-les-m-urs-sexuelles-des-francais-1914-1918_806349.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s