950/Journal du 10 mars 1917: destruction du pont de Pontavert

Journal de guerre du samedi 10 mars 1917 à travers « Le Miroir »

Dans la région de Crapeaumesnil (sud de Roye) et près d’Auberive, nos détachements ont pénétré sur plusieurs points dans les tranchées adverses où des destructions importantes ont été effectuées. Au cours de ces actions, nous avons fait une vingtaine de prisonniers.
Dans le secteur de Maisons-de-Champagne, les Allemands ont à trois reprises lancé des contre-attaques violentes sur les positions reconquises par nous. Nos tirs de barrage et nos feux de mitrailleuses ont brisé partout les efforts de l’adversaire qui a dû se retirer, laissant un grand nombre de cadavres sur le terrain. De notre côté, nous avons réalisé des progrès au cours de la journée et enlevé de nouvelles tranchées au nord de la route qui va de la Butte-du-Menil à Maisons-de-Champagne. Le chiffre total des prisonniers faits par nous dans cette région s’élève à 170 dont 4 officiers.
Les Russes, dans la région d’Olay, ont infligé un échec aux Allemands.
En Arménie, dans la direction de Suvai, les éclaireurs russes ont attaqué les Turcs et se sont emparés de leur tranchée. Nos alliés ont également progressé au sud du lac d’Ourmia.

Evacuation de Saint-Hilaire Le Petit (Marne)

Le 10 mars 1917, l’ordre d’évacuation générale du village a été décrété par les allemands avec départ pour les Ardennes. Les villageois sont partis le 15 mars par le train en direction d’Attigny puis ce fut l’exode jusqu’en Belgique ».

Vidé de ses habitants au mois d’avril 1917, le village fut entièrement détruit (par l’artillerie française) au cours de cette année terrible.

Le retour intervint pour les personnes autorisées au mois de janvier 1919.

source:http://www.memoiresdesmontsdechampagne.fr/saint-hilaire-le-petit

Destruction du pont de Pontavert

pont-de-pontavert-detruit-en-mars-1917

– Le 10 mars 1917, un violent bombardement allemand détruit le pont métallique sur l’Aisne construit juste avant la guerre. L’offensive Nivelle, malgré son échec, éloigne un peu le village de la proximité des combats. Le village devient un lieu de passage régulier pour les soldats montant au front vers Craonne ou vers Berry-au-Bac. – Pontavert souffre à nouveau lors de l’offensive Ludendorff de mai 1918 et surtout lors de la contre-offensive alliée, qui anéantit totalement le village.

http://dictionnaireduchemindesdames.blogspot.fr/2008/11/p-comme-pontavert.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s