973/2 avril 1917: FISMES: Les tirailleurs « sénégalais » au cœur de l’Offensive du Chemin des Dames3

2 avril 1917: réunion du conseil municipal de Reims

Il ne s’était pas réuni depuis le mois de janvier. Le Dr Langlet préside ce 2 avril 1917 une réunion de conseil municipal. Il y a 22 élus absents….

Crédit de 500.000F.-Après la traditionnelle lecture des dons divers faits à destination des oeuvres de bienfaisance et des nécessiteux, le maire demande l’accord des élus présents pour ouvrir un 28 ème crédit (cette fois de 500.000F)  afin d’acheter des denrées alimentaires nécessaires au ravitaillement de la population. Adopté.

Crédit de 20.000F._Le Dr Langlet informe aussi ses collègues élus qu’il a dû ouvrir d’urgence un nouveau crédit afin de financer la réparation de bâtiments communaux, assurer le logement de soldats isolés de passage et de convoyeurs de trains de ravitaillement.

Répartition du sucre.-Le conseil municipal accepte de donner une subvention au Comité départemental de répartition du sucre qui coûte 5 centimes par habitant. La ville comptant encore 17.000 habitants à cette date, la subvention sera de 850F.

Frais pour funérailles.-Le conseil accepte de financer les obsèques de deux policiers municipaux morts en service: MM Daugny et Mathieu. Dépense: 118F.

Litige avec l’armée.-La ville de Reims est toujours en conflit avec l’armée française qui refuse de payer l’eau consommée par la troupe du 26 mai au 30 septembre 1916. Si personne ne conteste la quantité d’eau fournie: 78.942 m3, c’est sur le prix du m3 que le litige porte. La ville veut le facturer 27 centimes alors que l’armée parle de 17 centimes le m3. Le litige devra être réglé par le tribunal civil.

Alain MOYAT

source: http://www.archinoe.net/reims/visualiseur/visu_affiche.php?PHPSID=d4af1acf004038c0f148b8d04fa600c0&param=visu_1&page=1&id=514001036#

FISMES: Les tirailleurs « sénégalais » au cœur de l’Offensive du Chemin des Dames

tirailleurs_senegalais_1917_-621a3
le général de la VIe Armée, Charles Mangin, accompagné du Président de la République française, Raymond Poincaré, passe en revue « ses » combattants d’Afrique

Le 2 avril 1917, à proximité du village de Fismes (Aisne), le général de la VIe Armée, Charles Mangin, accompagné du Président de la République française, Raymond Poincaré, passe en revue « ses » combattants d’Afrique arrivés des camps du Midi de la France. En ce début du mois d’avril, dans l’attente des premiers signes annonciateurs de l’offensive, les tirailleurs « sénégalais » sont logés dans de misérables cantonnements, souffrant considérablement du froid. Ils « ont subi dès leurs débarquements des tempêtes de neige et des froids rigoureux ; avant d’entrer en secteur, les effectifs étaient fortement éprouvés par les intempéries » relate le général Famin en mai 1917 (1). Peu avant le début des combats, plus d’un millier d’entre eux sont évacués pour pneumonie et engelures (2). Pourtant, les effectifs des BTS(3) rejoignent les troupes métropolitaines en première ligne le 15 avril. Des pluies persistantes s’abattent sur les tranchées du Chemin des Dames. Les combattants transis, découvrent la note du général Nivelle avec résignation et détermination : « L’heure est venue, confiance et courage, vive la France ! ».

source: http://regards.grandeguerre.free.fr/pages/histoire/tirailleurs_senegalais_au_coeur_de_l_offensive_du_chemin_des_dames.html

Lire aussi: http://ldh-toulon.net/l-inauguration-bien-discrete-d-une.html

Préparation de l’offensive Nivelle au Chemin des Dames

Nivelle
Nivelle

Une longue et intense préparation d’artillerie qui commence le 2 avril, compromet tout effet de surprise et surtout, ne détruit que très partiellement les défenses allemandes.

http://www.memorial-chemindesdames.fr/pages/batailles_detail.asp?id_bataille=3

2 avril 1917 : le président des Etats-Unis demande la guerre

capture-decran-2017-02-20-a-11-26-53
le président Wilson

En avril 1917, les Etats-Unis rompent leur serment de neutralité pour entrer en guerre aux côtés des pays de l’Entente, France et Grande-Bretagne surtout. Dans son discours demandant au Congrès de voter la guerre, le président Wilson évoque les valeurs humanistes des Etats-Unis et la dette historique qui lie le pays à la France.

(…)

Depuis le début de la guerre, les Etats-Unis n’ont pas cessé de se rapprocher des pays de l’Entente. Les échanges commerciaux sont intenses. La France et la Grande-Bretagne achètent des produits industriels, des produits agro-alimentaires. Elles empruntent de l’argent aussi. Au point de passer de passer du statut de créancier à celui de débiteur des USA. Parallèlement, les échanges avec l’Allemagne s’étiolent. Le blocus maritime terriblement efficace instauré sur ses côtes les rend pratiquement impossibles.

L’Allemagne elle-même ne fait pas vraiment d’efforts pour arranger les choses. Le torpillage du Lusitania en 1915 a déjà choqué l’opinion. La guerre sous-marine à outrance de nouveau décrétée par le Kaiser en 1917 est insupportable pour les Américains : tout navire qui commerce avec l’Entente doit être coulé. Même s’il est neutre, même s’il est Américain. Le « télégramme Zimmermann », nom du ministre allemand des Affaires Etrangères, marque le point de non-retour : l’Allemagne propose une alliance avec le Mexique, contre les Etats-Unis. Après une longue réflexion, le président Wilson décide de s’adresser au Congrès…

Source: http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/france-info-y-etait/2-avril-1917-le-president-des-etats-unis-demande-la-guerre_1752887.html

Lire aussi: https://fr.wikipedia.org/wiki/États-Unis_dans_la_Première_Guerre_mondiale

http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2012/09/18/10001-20120918ARTFIG00381-1917-message-de-woodrow-wilson-au-congres.php

Journal du lundi 2 avril 1917 à travers Le Miroir

Sur la Somme et sur l’Oise, actions d’artillerie intermittentes; fusillades assez vives aux avant-postes. Nous avons dispersé des patrouilles ennemies et fait quelques prisonniers.
Au sud de l’Ailette, au cours d’une action offensive vivement menée, nos troupes ont enlevé depuis l’Ailette jusqu’à la route de Laon p1usieurs systèmes de tranchées et des points d’appui organisés à l’est de Neuville-sur-Margival. L’ennemi, qui a fait une défense énergique, a été rejeté avec des pertes sérieuses jusqu’aux abords de Vauxaillon et de Laffaux. 108 prisonniers dont 2 officiers et 4 mitrailleuses sont restés entre nos mains.
En Champagne, grande activité des deux artilleries à l’ouest de Maisons-de-Champagne. Nos batteries ont pris sous leurs feux des contingents ennemis aperçus en marche dans cette région.
Sur tout le front belge, violente lutte d’artillerie, spécialement dans la région de Dixmude. Lutte de bombes et de grenades vers Steenstraete.
Les Anglais ont pris Epéhy et deux autres localités et effectué plusieurs raids heureux sur les tranchées allemandes.
En Macédoine, l’ennemi a bombardé nos positions du Vardar et tiré une quarantaine d’obus sur Monastir.
La riposte vigoureuse de notre artillerie lourde contre les batteries adverses a provoqué une explosion dans le secteur de la Cerna. Une attaque autrichienne a été repoussée par les Ita1iens près de Gorizia.

l’éphéméride complet sur http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril17.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s