977/6 avril 1917: Nivelle pas soutenu par le gouvernement…

Journal de guerre du vendredi 6 avril 1917 à travers Le Miroir

Entre Somme et Oise, l‘artillerie allemande a violemment bombardé nos positions au nord d’Urvillers. Une vigoureuse riposte de nos batteries a fait cesser le tir de l’ennemi. Action intermittente d’artillerie sur la rive ouest de l’Oise et au sud de 1’Ailette.
Aux lisières ouest de l’Argonne, après un vif bombardement, les Allemands ont exécuté un coup de main sur une de nos tranchées au nord de Vienne-le-Château. L’ennemi, qui a fait usage de liquides enflammés, a été repoussé par nos barrages et a laissé des morts et des prisonniers entre nos mains.
Au nord-ouest de Reims, une attaque allemande s’est développée sur un front de 2.500 mètres entre Sapigneul et la ferme du Godat. L’ennemi avait reçu de nombreuses troupes d’assaut. L’attaque a complètement échoué sur la plus grande partie du front ou nous avons réoccupé presque immédiatement toutes nos tranchées de première ligne. Des contre-attaques de notre part sont encore en cours.
Notre artillerie a infligé de fortes pertes à une troupe allemande sur la rive gauche de la Meuse.
Les Russes avouent de lourdes pertes sur le Stokhod.
Le Sénat américain a voté, par 82 voix contre 6, la déclaration de belligérance.
Un cargo brésilien, le Parana, a été coulé par un submersible.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril17.html

Entrée en guerre des Etats-Unis (suite)

Au départ, le président des Etats-Unis Woodrow Wilson, comme le peuple américain, était favorable à une politique de neutralité. Il souhaite préserver la liberté des mers et le blocus économique britannique l’irrite. Mais le torpillage du Lusitania par les Allemands fut un choc pour l’opinion publique américaine. Néanmoins, Wilson réussit à convaincre les Allemands d’abandonner la guerre sous-marine jusqu’en 1917.

Si les Allemands n’avaient pas alors déclaré la guerre sous-marine illimitée, Wilson n’aurait probablement pas fait vote au Congrès sa résolution du 6 avril 1917 qui entrainait les Etats-Unis dans la guerre. En effet, le télégramme Zimmerman, secrétaire d’Etat allemand des Affaires étrangères, à son ambassadeur à Mexico pour convaincre le Mexique de se ranger du côté allemand contre les Etats-Unis (en échange, le Mexique obtiendrait des territoire américains dont le Texas et l’Arizona), n’était que la goutte qui fit déborder le vase. Le télégramme avait été intercepté par les services de renseignements britanniques qui le communiquèrent à Wilson.

En fait, il faudra plus d’un an pour mobiliser, entrainer et envoyer au combat une armée quasi inexistante. En avril 1917, l’armée américaine ne compte que 200.000 volontaires mal entrainés et peu estimés. Les premières unités débarquent en France en juin 1917.

http://www.commemorer14-18.be/index.php?id=11186

vidéo ina: http://www.ina.fr/video/CPF09003419

voir aussi: https://www.youtube.com/watch?v=hWb8bOo2ZVk

Nivelle pas soutenu par le gouvernement…

ob_60a003_offensive-nivelle-02

Mais Joffre est remplacé par le général Robert Nivelle en décembre 1916. Celui-ci jouit d’une grande popularité, en raison de ses succès à Verdun. Nivelle reprend le plan de Joffre mais donne plus d’importance à l’offensive dans l’Aisne. Son plan consiste à percer le front compris entre Soissons et Reims (environ 40 km) avec deux armées ; une troisième doit exploiter la percée vers la Belgique. Le chemin des Dames constitue une partie du secteur d’attaque (25 km) : véritable forteresse naturelle, le plateau passe pour être un des secteurs les mieux défendus sur le front de l’ouest.

Comme à Verdun, Nivelle mise sur la puissance de feu, la rapidité d’exécution, la surprise et la collaboration interarmes – l’artillerie appuie et protège la progression des fantassins. Il dispose de 1 200 000 hommes (49 divisions d’infanterie et cinq de cavalerie), 5 000 canons, 128 chars d’assaut, des centaines d’avions d’observation et de chasse. Les Britanniques sont réticents, notamment parce que le plan les cantonne à exécuter une attaque de diversion et de fixation dans le Nord. Pour convaincre le commandement, Nivelle fait appel aux gouvernements français et britannique.

L’optimisme du généralissime et les préparatifs gigantesques suscitent un immense espoir, au front comme à l’arrière. Cependant, le haut commandement ne tient pas compte des difficultés que représentent le terrain et les défenses en profondeur allemandes. Plus large que celui de Verdun, le front de l’Aisne manque d’infrastructures (routes et voies ferrées) et de moyens (aviation et artillerie) pour une telle offensive. De plus, la modification du plan a engendré une grande désorganisation dans l’armée. Difficultés logistiques et mauvaises conditions climatiques obligent le commandement à reporter l’opération à plusieurs reprises. Enfin, les préparatifs n’échappent pas aux Allemands, qui se préparent à contrer l’offensive. Ils constituent une nouvelle réserve forte d’une quarantaine de divisions d’infanterie, fortifient les positions et exécutent l’opération de repli Alberich dès la mi-mars, réduisant leur front entre Arras et Soissons de 70 kms et s’installant sur les positions de la ligne Siegfried. Le secteur ainsi évacué par les Allemands est entièrement dévasté et inutilisable. Ce repli partiel, interprété par les Français comme un signe supplémentaire de l’effondrement allemand, bouleverse les préparatifs alliés. Enfin, le plan Nivelle ne fait pas l’unanimité. Lors du conseil de guerre du 6 avril 1917, Nivelle comprend qu’il n’a pas le soutien du gouvernement et d’une partie des généraux : il offre sa démission, qui est refusée. L’offensive est maintenue pour éviter une crise politico-militaire et ne pas affoler l’arrière mais aussi pour ne pas perdre la face devant les Alliés.

source: http://www.coursdhistoiremilitaire.com/2015/06/l-offensive-nivelle-avril-mai-1917.html

Lire aussi: Le 6 avril 1917, grâce à l’appui de Raymond Poincaré, président de la République, Nivelle l’emporte contre l’opposition manifestée par les généraux Pétain, Micheler et Franchet d’Esperey.

https://fr.vikidia.org/wiki/Bataille_du_Chemin_des_Dames_(1917)

Une pièce de théâtre pour évoquer cette décision du 6 avril 1917

Le 6 avril 1917, l’histoire va-t-elle basculer ?

La pièce Le Chemin des Dames relate une réunion historique, initiatrice de la grande bataille du même nom. Ce huis-clos lourd d’enjeux, voit s’affronter hommes politiques et militaires, points de vue et ambitions.

Traité avec le soin de l’historien, ce texte est ponctué de réflexions humoristiques qui font de cette heure et demie d’histoire douloureuse, un excellent moment de théâtre.

Le général en chef Robert Nivelle a été nommé en décembre 1916 pour préparer une attaque massive au printemps 1917. Il a prévu d’attaquer avec 800 000 hommes et 3 000 canons, le 16 avril, au Chemin des Dames. Depuis que le plan est divulgué, beaucoup d’officiers et de généraux ont fait connaître leurs réticences au gouvernement.

Le ministre de la Guerre, Paul Painlevé, qui ne croit pas au plan Nivelle, a clairement pris parti contre ce plan, après une enquête approfondie. Le président de la République Raymond Poincaré, lassé de ces débats et disputes qui affaiblissent l’armée et le commandement, a convoqué une ultime réunion pour débattre et décider de lancer, ou non, l’attaque du « Chemin des Dames ».

http://www.bruno-jarrosson.com/actualite-n1/

(Aviation) 6 aviateurs anglais tués au-dessus de Pecq

570685277Ce 6 avril 1917 vers 10.30H. du matin, une patrouille aérienne de sept « Sopwith 1 1/2 Strutter » du 45° Squadron du R.F.C., l’ancêtre de la R.A.F. britannique, survolait Pecq et ses environs. Soudain …

source: http://medaillesdutournaisis.skynetblogs.be/archive/2013/04/05/96-ans-deja-depuis-ce-vendredi-saint-sanglant-du-6-avril-191.html

Parution de « la Griffe »

md14716037360

LA GRIFFE PAINLEVÉ par SIRAT Journal critique et satirique – n° 16 de la deuxième année -Vendredi 6 Avril 1917 directeur artistique J. SIRAT grand journal (32.5 cm x 50.5 cm) de 4 pages, Paris Griffes du Jour – Bec et Ongles – les bourreurs de crâne – Griffes & Ciseaux – les Griffes d’Or – la Griffe Littéraire, Artistique,

source: https://www.abebooks.com/servlet/BookDetailsPL?bi=14716037360

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s