981/10 avril 1917: création de la chanson de Craonne

Une carte de Damery envoyée le 10 avril 1917

damery_1917-rLe 10 – 4 -17

Chers parents

aujourd’hui nous avons encore changé de pays. Nous sommes arrivés à Damery. C’està sept kilomètres d’Epernay. Nous allons peut-êtrerestés là encore deux jours et nous repartirons.
Je crois que sa doit leur faire plaisir de nous promener comme sa. Nous ne sommes pas longtemps chaque pays nous n’avons pas le temps de nous accoutumés. Ce matin pendant notre marche
j’ai vu Henri Thibault mais je n’ai pas pu lui causer. Je lui ai simplement dis bonjour. je vous envois
une vue du pays où je suis. Il n’est pas tout à fait aussi beau comme celui que nous étions hier mais nous ne sommes pas mal quand même.

Au revoir chers parents je termine en vous embrassant de tout coeur.
Votre fils qui vous aime.
Marcelin Cailleau

source: http://lettres14-18.ouvaton.org/spip.php?article51

La chanson de Craonne créée le 10 avril 1917

Sous sa forme actuelle — c’est-à-dire mentionnant Craonne — la première version connue est antérieure à l’offensive du 16 avril 1917 :
retrouvée dans le carnet du soldat François Court, elle y est suivie de la mention « chanson crée le 10 avril 1917 sur le plateau de Craonne ».
Cette version fait la transition avec celles de la Chanson de Lorettepuisqu’elle comporte comme elles un couplet supplémentaire absent du texte classique de la Craonne.
La chanson de Craonne a été écrite sur la musique de « Bonsoir M’amour » (procédé fort utilisé pendant la Grande Guerre)

Carnet de Jean Deschamps du 90 ème RIT

90rit

10 avril 1917 – journée très agitées par l’incessant duel d’artillerie qui a pris un caractère très violent sur les tranchées de 1er et 2e ligne ainsi que sur le fort et ses alentours où tombent plusieurs obus de gros calibre.

Environ 15 torpilles sur les tranchées de 1ere ligne.

L’infanterie ennemie à montré une grande activité entre 21 heures et 22 heures 30; feux de mousqueterie et de mitrailleuses; Pertes 4 tués, 10 blessés. État nominatif des officiers, sous officiers et soldats tués dans la journée du 10 avril 1917 ( voir le JMO)

http://epenede1914-1918.over-blog.com/article-deschamps-jean-1917-90e-rit-43447601.html

Journal de guerre du mardi 10 avril 1917 à travers Le Miroir

De la Somme à l’Aisne lutte d’artillerie et rencontres de patrouilles.
Au nord-ouest de Reims, une attaque allemande sur nos positions, en face de Courcy, a échoué sous nos tirs de barrage. Au sud de cette localité, deux détachements ennemis ont été repoussés après un vif combat à la grenade.
Dans la région de Maisons-de-Champagne, nous avons réalisé quelques progrès.
L’armée britannique a attaqué l’ennemi sur un large front. Du sud d’Arras au sud de Lens, elle a pénétré partout dans les lignes ennemies, réalisant sur tout les points une progression satisfaisante. Vers Cambrai, elle a enlevé les villages de Hermies et de Boursies et pénétré dans le bois d’Havrincourt. Du côté de Saint-Quentin, elle s’est emparée de Fresnoy-le-Petit et avancé sa ligne au sud-est de Verguier. Le chiffre des prisonniers paraît considérable.
L’Allemagne se refuse à reconnaitre l’état de guerre entre elle et l’Amérique.
La république de Cuba, après avoir déclaré la guerre à l’empire germanique, a prescrit la saisie de tous les bâtiments allemands qui se trouvaient dans ses eaux.
M. Goutchkof a révoqué deux généraux responsables de l’échec russe du Stokhod.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/avril17.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s