François Hollande avec Lionel Jospin dimanche sur le Chemin des Dames

Le chef de l’État présidera dimanche la commémoration du centenaire de la bataille   du Chemin des Dames aux côtés du ministre de la Défense et de l’ancien Premier ministre.
Avant le 7 mai, jour du second tour de la présidentielle, ce sera l’une de ses dernières sorties françaises et sans doute, la dernière dans l’ex-Picardie. François Hollande présidera dimanche les importantes cérémonies marquant le centenaire de la terrible bataille du Chemin des Dames qui s’était déroulée du 16 avril au 24 octobre 1917, faisant quelque 350 000 morts et blessés français et allemands.
Comme il l’avait fait le 10 juillet 2014 à l’occasion de la 6 e étape du Tour de France (Arras-Reims), cette journée axonaise placée sous très haute surveillance sera pour le président de la République l’occasion d’une double commémoration, nationale et personnelle.
DU PLATEAU DE CALIFORNIE AUX
CIMETIÈRES DE CERNY-EN-LAONNOIS
C’est sur le Chemin des Dames, en effet, que son propre grand-père fut stationné en janvier 1915, entre Berry-au-Bac et Roucy. Pendant de longs mois, Gustave Hollande effectua plusieurs allers-retours entre l’Aisne et Verdun avant que le 33 e RI, son régiment, ne s’installe en avril 1917 près de Craonne. Le sergent Gustave Hollande avait été grièvement blessé en juin 1918 à Chaudun, lors d’une des nombreuses offensives menées par les Français au sud de Soissons.
François Hollande se souviendra de tout cela sans doute au moment d’arriver dans l’Aisne. Accompagné de l’ancien Premier ministre Lionel Jospin, qui avait en 1998 réhabilité la mémoire des mutins et des « fusillés pour l’exemple » (d’où sa présence dimanche), du ministre de la Défense Jean-Yves le Drian et du secrétaire d’État aux Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, le Président se rendra d’abord dans le petit village de Craonne rendu célèbre par son Plateau de Californie à l’assaut duquel les poilus se sont pendant de longs mois rués à l’attaque et vers une mort certaine.
À 9 h 30, à l’issue d’un accueil républicain de rigueur, deux historiens spécialisés dans les mutineries de 1917, André Loez et Nicolas Offenstadt, raconteront l’offensive du Chemin des Dames avant que le chef de l’État ne se fasse présenter l’œuvre créée par le sculpteur Haïm Kern  (La Trace) en remplacement de sculptures précédentes odieusement dégradées à deux reprises, en 1999 et 2014. Une classe du collège Léopold-Sédar-Senghor de Corbeny entonnera ensuite la célèbre Chanson de Craonne.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s