986/journal du 15 avril 1917

Journal de guerre du dimanche 15 avril 1917 à travers Le Miroir

Entre Saint-Quentin et l’Oise, nos batteries ont poursuivi leurs tirs de destruction. Nos troupes se sont organisées sur le terrain conquis.
L’ennemi a réagi, par son artillerie, sur nos premières lignes, notamment aux abords de la vallée de la Somme.
Au sud de l’Oise, nons avons réalisé des progrès sur le plateau au nord-est de Quincy-Basse. Notre artillerie s’est montrée particulièrement active sur les organisations allemandes de la forêt de Saint-Gobain et de la haute forêt de Coucy.
Au nord de l’Aisne et dans la région de Reims, activité réciproque des deux artilleries.
En Champagne et dans les Vosges, canonnade assez violente dans divers secteurs. Un coup de main ennemi sur un de nos petits postes au nord-est de Ville-sur-Tourbe a échoué.
Les Anglais ont enlevé le village de Fayet, au nord de Saint-Quentin, ainsi que les positions de la ferme de l’Ascension et de la ferme du Grand-Parel. Au nord de la Scarpe, après avoir occupé Angres, Givenchy-en-Gohelle, Vimy, ils se sont emparés de la fosse n° 6 et de la gare de Vimy. Le chiffre des pièces de canon prises par eux monte à 170. Le terrain conquis rejoint les positions saisies lors de la bataille de Loos.
Un navire hôpital anglais a coulé sur une mine; il y a 52 manquants. Un autre a été torpillé.
Le Brésil a saisi les navires allemands internés. La Bolivie a rompu avec le cabinet de Berlin.

Parution de la mode illustrée

mode-1mode-2

Jacques Lavoine au Mont Cornillet écrit à ses parents

jl-jacques-lavoineLe 15 avril 1917, il écrit à son père :
 » …T’ai-je dit que j’avais eu deux camarades de l’équipe touchés (l’un est mort peu après) ? Si on a encore tant soit peu de pertes à l’attaque, on sera vite relevé et ensuite les permissions reprendront de plus belle… Je t’embrasse bien tendrement. « Le 15 avril 1917, il écrit à sa mère :
 » …Merci paquet, veau roulé et confiture de marrons… Je marche avec le deuxième bataillon, qui est en tête ; je suis encore ici en bonnet de nuit et en chaussons… Hier gaz, seulement en deuxième et troisième lignes, rien pour nous. Je t’embrasse bien, bien, tendrement. « 

source: http://www.lesamisdenauroy.fr/Nauroy-6-Portrait-de-Jacques-Lavoine.html

Le maréchal Joffre embarque pour les Etats-Unis

Le 15 avril 1917, le Maréchal Joffre embarque de Brest à bord du croiseur Lorraine II  pour les Etats Unis. Il part demander une collaboration militaire aux américains. Le Président Wilson,  , accepta l’envoi d’ un corps expéditionnaire. Dès la fin du mois de juin, la 1ère division U S  unité de marines commandée par le Général Silbert débarque à Saint Nazaire. Elle sera la première unité  en France, en attendant  une grande armée pour 1918, soit 80 divisions.

source: http://30thinfantrydivision.free.fr/Guerre1/Guerre1-creation.htm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s