1021/20 mai 1917:unobus tue des centaines d’allemands au Mt Cornillet (51)

Un obus de 400 tue plusieurs centaines de soldats allemands  au Mont Cornillet (suite)

En avril 1917, les Français multiplient les assauts, toujours sans succès. Ils en lancent un nouveau le 20 mai, préparé avec un soin particulier. Un bombardement d’artillerie intensif dévaste les lignes allemandes. Le poste de commandement ainsi qu’une partie des soldats allemands sont abrités dans un vaste ouvrage souterrain comprenant trois galeries principales parallèles et une galerie transversale, pouvant recevoir trois bataillons, soit plus de 600 hommes au total. Pour réduire cette garnison, les Français ont fait venir deux canons spéciaux, des obusiers de 400 mm, installés à Mourmelon-le-Petit, qui tirent 36 obus de 400 mm pesant 900 kg. Les objectifs visés sont les trois accès aux galeries, au nord du mont, et les puits d’aération, repérés par les avions d’observation. Un obus de 400 tombe dans la cheminée principale d’aération, à l’angle des galeries centrale et transversale, et explose au sol. Des obus asphyxiants tombent aussi aux trois accès des galeries, est, centrale et ouest. L’assaut français est lancé sur le flanc sud par trois bataillons du 1er régiment de zouaves. Il se heurte à une résistance qui parait faible et mal organisée et, en une demi-heure, emporte la crête. Sur le versent nord, où se trouvent les accès aux galeries, il y a peu de résistance d’infanterie, contrairement à l’attente. Un détachement de reconnaissance ne trouve pas les accès, qui ont été enterrés par le bombardement2.

L’entrée de la galerie est, bientôt découverte par le capitaine Texier3, fait apparaître l’horreur. Les soldats ayant survécu au souffle et au monoxyde de carbone de l’explosion, entièrement équipés et armés pour sortir au combat, se sont rués dans la panique vers les sorties effondrées. Ils sont montés les uns sur les autres sur cinq épaisseurs, se battant pour la vie, et sont morts étouffés, écrasés par leurs camarades, asphyxiés ou tués par leurs baïonnettes. Leurs visages ne laissent pas de doute sur leur effroi et leurs souffrances. À l’intérieur, c’est la cohue des morts. Les Français ne retrouvent que deux soldats vivants. Ils ne peuvent évacuer tous les corps, l’entrée étant les jours suivants sous les feux intensifs de l’artillerie allemande du mont Blond, et emmurent ceux qui restent.

source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Cornillet

http://souterrains.vestiges.free.fr/spip.php?article34

https://pascaltramaux.wordpress.com/2016/08/09/enterre-vivant-l-attaque-du-mont-cornillet-mai-1917-la-guerre-a-fernand-episode-9/

http://trefaucube.free.fr/index.php?id=96

Parution de la Mode illustrée

source: http://courcarree.blogspot.fr/2016/05/ww1-la-mode-illustree-20-mai-1917.html

 

Journal du dimanche 20 mai à travers Le Miroir

Les Allemands ont attaqué, à la suite d’un violent bombardement, nos lignes dans la région au nord-ouest de Braye, depuis l’épine de Chevrigny jusqu’au canal de l’Oise. Nos barrages et nos feux de mitrailleuses ont brisé les vagues d’assaut qui n’ont pu aborder nos positions, sauf sur un point à l’ouest du front d’attaque où quelques fractions ennemies ont pris pied dans nos éléments avancés. Une vingtaine de prisonniers sont restés entre nos mains.
Escarmouches à la grenade sur le plateau de Californie.
Au nord-ouest de Reims, une tentative allemande avec emploi de liquides enflammés sur un petit poste au sud de Courcy, a échoué sous nos feux.
Les Anglais ont exécuté avec succès un coup de main au nord-est de Gouzeaucourt. Ils ont ramené des prisonniers et une mitrailleuse. Des raids ennemis ont échoué à Loos, près d’Armentières et à l’est d’Ypres.
Les Italiens, continuant à progresser sur les hauteurs de l’Isonzo, ont pris une nouvelle cime et fait 379 prisonniers.
M. Kerenski, ministre de la Guerre russe, a déclaré que la patrie était en danger et qu’il maintiendrait une discipline de fer.
La loi de la conscription a été promulguée aux Etats-Unis.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/mai17.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s