1022/21 mai 1917

Le poilu Pierre Pillon, instituteur à Dinan meurt à Prosnes

Le 21 mai 1917, la 10ème compagnie participe à une nouvelle offensive sous le feu des mitrailleuses allemandes. Elle est en première ligne. Elle atteint son objectif mais doit se replier devant une contre attaque immédiate…Elle perd ainsi une bonne partie de son effectif. Tout le monde ne revient pas, surtout la personne qui compte le plus au monde pour moi.
Le lieutenant a été tué !
C’est le sous-lieutenant Désiré qui prend provisoirement le commandement de la compagnie.
Pierre Laveissière, lieutenant, Arthur Lemière, brancardier et Charles Hamon, soldat de 2ème classe sont les trois témoins de sa mort  sur le champ de bataille à 4 heures, ce 21 mai 1917 à Prosnes dans la Marne.

source: http://pierrepillondinan.blogspot.fr

Journal du lundi 21 mai 1917 à travers Le Miroir

Sur le chemin des Dames, l’activité de l’artillerie ennemie, très violente depuis le milieu de la nuit dernière, s’est encore accrue dans la matinée. Depuis l’est d’Hurtebise jusqu’à la région, au nord de Sancy, les Allemands ont dirigé sur nos positions un feu roulant d’obus de gros calibres et de projectiles asphyxiants, mais sous la puissance de notre contre-préparation, l’assaut général qui se préparait a avorté. Sur la plus grande partie du front menacé, les troupes allemandes massées pour l’attaque n’ont pu sortir de leurs tranchées. Sur les divers points où elles ont abordé nos lignes, une lutte très vive s’est engagée et s’est terminée à notre avantage. L’ennemi, qui a subi de lourdes pertes, tant du fait de nos barrages que de notre contre-attaque, a pris pied seulement dans nos éléments avancés, au nord-est de Cerny, sur un front de 200 mètres environ. Partout ailleurs nos positions ont été maintenues.
Les troupes anglaises, à la suite d’une nouvelle attaque, se sont établies sur une nouvelle position de la ligne Hindenburg, sur un front de plus de 1500 mètres, entre Fontaine-les-Croisilles et Bullecourt. L’ennemi a vainement tenté de reprendre la position conquise. Les Allemands ont subi de lourdes pertes et laissé des prisonniers.
Les Italiens ont fait 254 prisonniers.
L’Espagne a suspendu la tractation de toutes affaires avec l’Allemagne jusqu’à ce qu’elle ait reçu satisfaction sur les incidents de torpillage.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/mai17.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s