1026/25 mai 1917: (Aviation) René Dorme abattu au nord est de la Pompelle (51)

Beaucoup de grèves aujourd’hui

Extrait du journal de la Huronne

Beaucoup de grèves depuis quelques jours. D’abord, celle des petites ouvrières de la mode et de la couture, les « midinettes ». Leurs cortèges parcourent le quartier de l’Opéra. La plupart sont jeunes, coquettes, en « tailleur » bleu marine. Elles rient. Elles chantent. Ou bien, sur l’air des « Lampions », elles réclament : « Nos vingt sous, nos vingt sous. »

D’autres corps de métier ont suivi. Aujourd’hui, par hasard, j’ai assisté à des manifestations plus graves, vers la place de la République. Le boulevard, en ces parages, avait un aspect inaccoutumé. De ci, de là, sur le trottoir, un vieux chanteur, accompagné par deux ou trois violons, au milieu d’un cercle religieux d’auditeurs, disait une chanson qui s’achevait par : « Vive la grève. »

Sur la place, même effervescence. Des cortèges se forment à la Bourse du Travail, toute proche. Des pancartes, à l’extrémité d’un bâton souvent orné d’un bouquet, servent de signe de ralliement : « Bijoutières. Fleuristes. Plumassières. »

Une petite troupe passe, ardente et sévère. Beaucoup de très jeunes hommes, l’insigne de la croix de guerre ou des réformés au veston. Ce sont des grévistes, employés de restaurants ou de cafés. Ils s’arrêtent devant chaque établissement encore ouvert, afin d’entraîner leurs camarades. Un groupe y pénètre. Les autres crient : « Tabliers ! Tabliers ! » Les délégués sortent, annoncent que le personnel se met en grève. On les acclame. Les consommateurs quittent vivement la terrasse. Des grévistes rangent les verres, les porte-allumettes, reculent les tables et les chaises, soucieux d’éviter tout vol et tout dégât. La devanture de fer tombe à grand bruit. L’opération n’a pas duré cinq minutes.

La suite sur https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Journal_de_la_Huronne/La_Houille_rouge/Mai_1917

Camp

Camps de tirailleurs annamites à Breuil-sur-Vesle

Tirailleurs en tenue de campagne devant un abri de bombardement ; de g. à dr; 1, Prince Bun Vien ; 2, comte Ung Triel ; 3, comte Ung Thieu ; 4, comte Bun Dong.

Source : Collections Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC)

source: http://maxblog.com/1337/breuil-sur-vesle-camps-de-tirailleurs-annamites-25-mai-1917-photographie-albums-valois-coll-bdic/

(Aviation) René Dorme abattu au nord est de la Pompelle (51)

René Dorme a disparu dans la soirée du 25 mai 1917 entre 19h et 21h6. Après une première sortie le matin et avoir probablement abattu un Albatros C. entre Époye et Berru à 8h10, il redécolle à 18h40 en compagnie du lieutenant Albert Deullin pour effectuer une « ronde sur les lignes ennemies ».

Les pilotes français à bord de leurs SPAD VII croisent un groupe de 4 à 6 chasseurs allemands à l’est de Reims et engagent le combat malgré leur infériorité numérique. Albert Deullin rapportera qu’il a tout d’abord vu le sous-lieutenant Dorme descendre en flammes l’un des appareils ennemis avant de perdre sa trace puisque lui-même se trouvait dans l’obligation de combattre contre d’autres chasseurs. Une fois le combat terminé, il verra sur le chemin du retour un avion français fumant dans les tranchées. Il apparaît faire peu de doute qu’il s’agissait bien de l’appareil de René Dorme, celui qui arborait fièrement une croix de lorraine sur son fuselage. Cependant, il subsiste une incertitude quant aux conditions exactes de sa mort et sur le nom de son éventuel vainqueur.

SPAD S.7

Sa chute peut sembler correspondre au rapport effectué par l’as Heinrich Kroll (en) de l’escadrille Jasta 9 (en). Toutefois, il reste sans doute et pour toujours des zones d’ombre. Le lieutenant Kroll fait état d’un combat s’étant terminé par la chute de son adversaire, sans dire objectivement qu’il en est la cause directe, sur le Fort de la Pompelle qui était alors sous contrôle des forces françaises. Cependant, René Dorme est tombé dans les lignes allemandes. De plus il existe une controverse quant à la date exacte de la victoire de l’as allemand qui dans une lettre écrite à ses parents indique la date du 23 mai 1917 et non du 25.

D’autres pilotes de chasse allemands ayant patrouillé dans le secteur de Reims revendiquèrent une victoire sur un SPAD à la fin de cette journée. Il s’agit du lieutenant von Breiten-Landenberg membre de la même escadrille que Heinrich Kroll (en) ainsi que le Hauptmann Otto Ritter von Schleich officier commandant la Jasta 21 (en). Cette dernière a la particularité d’avoir déclaré la perte d’un officier dans le même secteur, à une heure apparemment différente, mais descendu en flammes. Cette perte pourrait correspondre, du moins en partie, avec l’attaque effectuée par René Dorme et observée par son ami Albert Deullin avant qu’il ne le perde de vue.

source : https://fr.wikipedia.org/wiki/René_Dorme

voir la videohttps://reims1418.wordpress.com/2017/03/15/video-rene-dorme-as-de-laviation/

Ce monument se situe en face du fort de La Pompelle en bordure de la D944 sur la commune de Puisieulx, il fut érigé en l’honneur des soldats tombés dans ce secteur du front par le Souvenir Français à l’emplacement de la Ferme d’Alger. Le monument a été restauré en 1998, à l’occasion du 80e anniversaire de l’armistice de 1918.

http://grandeguerre1418.unblog.fr/2014/08/23/monument-de-la-pompelle-51-marne/

voir aussi http://rene.fonck.free.fr/spip/spip.php?article12

http://grandeguerre1418.unblog.fr/2014/08/23/monument-de-la-pompelle-51-marne/

Journal du vendredi 25 mai 1917 à travers Le Miroir

Sur le plateau de Vauclerc, une attaque allemande, consécutive à un violent bombardement, a été immédiatement arrêtée et rejetée dans ses tranchées de départ après avoir subi des pertes sérieuses. Les prisonniers que nous avons faits dans ces régions appartiennent à six régiments de quatre divisions différentes.
Depuis le 1er mai, 8600 prisonniers allemands valides ont été capturés par nos troupes entre Soissons et Auberive.
En Champagne, lutte d’artillerie assez active dans le massif de Moronvilliers.
Plusieurs de nos avions de bombardement ont lancé 2200 kilogrammes de projectiles sur les gares de la région de Rethel et des incendies se sont déclarés.
Les Anglais ont repoussé une tentative de raid ennemi vers Armentières et infligé de grosses pertes aux assaillants. Ils ont abattu cinq avions allemands.
Sur le Carso, après 10 heures de bombardement, les troupes italiennes de la 3e armée ont attaqué les lignes ennemies de Castagnevizza à la mer. Elles ont largement progressé. Les contre-attaques autrichiennes ont été partout repoussées. Nos alliés ont capturé 9000 prisonniers dont plus de 300 officiers. De fortes escadrilles d’avions et dix batteries anglaises du plus récent modèle ont participé à l’action.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/mai17.html

Attaques de bombardiers sur la Grande Bretagne

22 bombardiers Gotha attaquent Folkestone et Shorncliffe dans le Kent. C’est le premier grand raid allemand de bombardement diurne. Le raid fait 95 morts et 260 blessés au Royaume-Uni. Un bombardier est abattu et un autre est endommagé par des chasseurs basés en France.

source: http://www.aeroweb-fr.net/histoire/1917

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s