1044/12 juin 1917: Joseph Dauphin, fusillé

Joseph Dauphin, fusillé le 12 juin 1917

Le caporal Dauphin a été condamné à mort et fusillé le 12 juin 1917 pour mutinerie. À Tauves, Célestin et Mathilde ont passé leurs vies à tenter de faire réhabiliter leur oncle. Ils sont aujourd’hui partis, sans y être parvenus.

Une nouvelle diffusion d’un reportage de Daniel Mermet (du 26 novembre 1997), préparé avec l’aide de Raïssa Blankoff .

bande son: https://www.franceinter.fr/emissions/la-bas-si-j-y-suis/la-bas-si-j-y-suis-14-novembre-2013

https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-emissions/2013-14/novembre-536/joseph-dauphin-fusille-le-12-juin-1917

Jean-Louis Lasplacettes fusillé le 12 juin 1917 dans L’Aisne

Le 2e classe Jean-Louis Lasplacettes (18e RI de Pau) avait 30 ans quand il a été fusillé à Maizy (Aisne), le 12 juin 1917. Cultivateur, originaire du village d’Aydius dans la vallée pyrénéenne d’Aspe, il combattait depuis l’entrée en guerre.
Célibataire, soutien de famille, il fut condamné à la peine capitale pour sa participation à une révolte de soldats, survenue quelques jours plus tôt, à l’arrière du front dans le village de Villers-sur-Fère. Casimir Canel et Alphonse Didier furent exécutés à ses côtés tandis que, la veille, le caporal Vincent Moulia, également promis au poteau, parvenait à échapper à la vigilance de ses gardiens. Fidèle Cordonnier fut le seul à obtenir la grâce, parmi les cinq condamnés à mort du 18e RI, régiment qui avait manifesté son refus de remonter en ligne, après avoir été décimé dans des combats très durs, début mai, à Craonne.   » Excellent soldat depuis le début de la campagne, toujours volontaire pour des missions périlleuses « , selon ses états de service, Lasplacettes avait été distingué quelques semaines auparavant pour avoir, sur le Chemin des Dames  » le 16 avril, faisant partie d’une patrouille, fait dix-sept soldats et un officier prisonniers « .

source: http://les-blessures-de-l-ame.over-blog.com/article-jean-louis-lasplacettes-fusille-le-12-juin-1917-dans-l-aisne-42814625.html

Débarquement des troupes françaises au Pirée

Débarquement des troupes françaises au Pirée (10-12 juin 1917). Troupes françaises campées près du théâtre du Pirée

photo Ministère de la Culture (France) – Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine – Diffusion RMN

Carnet du mardi 12 juin 1917 à travers Le Miroir

Assez grande activité des deux artilleries au nord de la Somme et dans la région de Cerny. A l’ouest de ce village, l’ennemi a tenté de nouveau des coups de main qui ont été repoussés.
Rencontre de patrouilles vers la cote 304 et en Woëvre.
Sur le front britannique, grande activité des deux artilleries à l’est d’Epéhy. Des détachements qui s’assemblaient dans ce secteur ont été dispersés par le feu de nos alliés. Un coup de main exécuté avec succès, la nuit dernière, au sud-ouest de la Bassée, a permis aux Anglais d’occasionner d’importants dégâts aux tranchées et galeries de mines de l’ennemi et de faire 18 prisonniers.
Des raids ont été également effectués sur les positions allemandes, à l’est de Vermelles et au sud d’Armentières. L’ennemi a subi de nombreuses pertes.
Grande activité des deux artilleries au sud d’Ypres. Nos alliés, de ce côté, ont de nouveau réalisé une légère avance au sud de Messines.
Succès italien dans le Tyrol, vers la cime Undici. 520 prisonniers autrichiens ont été faits dans un coup de main.
Les Italiens ont occupé Janina, sur territoire grec.
M. Dato a constitué le cabinet espagnol avec le marquis de Lema aux Affaires étrangères.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juin17.html

Francis Bar côtoie les as de l’aviation

C’est à cette époque qu’il côtoie les « as » de l’aviation française, statut qui s’obtient généralement au bout de cinq victoires aériennes ; c’est le cas du capitaine Guynemer (mort au combat le 11 septembre 1917 à l’âge de 22 ans, 54 victoires homologuées) ou naturellement du lieutenant Armand Pinsard (27 victoires à son actif) qui appartient à la même unité que le conducteur Bar. Dans son album, on trouve notamment un morceau de la toile de son avion (accidenté le 12 juin 1917), et légendé « authentique 406 », un poème qui lui est consacré, daté d’avril 1917 et une photo dédicacée par le colonel Pinsard en 1938.

source: http://www.archivespasdecalais.fr/Activites-culturelles/Chroniques-de-la-Grande-Guerre/Album-photo-d-un-poilu

Enlèvement des cloches du Sedanais

Dès la fin de l’année 1914, un blocus est imposé à l’Allemagne par la Navy britannique. De ce fait, très rapidement les Allemands se trouvent en difficultés pour rassembler les denrées nécessaires à sa population, et les matières premières que nécessite une économie en guerre.
L’effet sur les territoires occupés se manifeste par des réquisitions qui de plus en plus n’ont pas pour objectif de répondre à des besoins temporaires locaux, mais à la recherche des matières premières.

La recherche des métaux est particulièrement accrue et nombre de statues en bronze vont disparaître des territoires occupés, tel le chevalier Bayard à Mézières, ou le monument de 1870 à          Charleville.

Cette recherche des métaux va pousser l’occupant à démonter aussi quasiment l’ensemble des cloches des églises. Ainsi à Sedan, elles disparaissent à l’automne 1917 :

Rigobert Faÿ note dans son journal au 12 juin 1917 : « Les cloches de l’horloge de la mairie ont été enlevées aujourd’hui. » (R. Faÿ, Sedan, prison sans barreaux, Charleville-Mézières, SOPAIC, 1997).

source: http://musee-municipal-sedan.over-blog.com/2014/11/l-enlevement-des-cloches-des-eglises-du-sedanais.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s