1070/8 juillet 1917: 132 morts français au Chemin des Dames (02)

Journal du 8 juillet 1917 à travers Le Miroir

Le 8 juillet, tandis qu’au nord du Dniester, la bataille se résolvait temporairement en un duel d’artillerie, le mouvement en avant des troupes de Kornilof prenait, au sud du fleuve, un caractère bien déterminé d’offensive stratégique. Après d’efficaces bombardements, l’infanterie russe s’élançait, vers midi, à l’assaut de toutes les positions longuement fortifiées par les Autrichiens depuis l’automne dernier à l’ouest eu au sud-ouest de Stanislau.
Le front d’attaque embrassait une envergure d’une trentaine de kilomètres, au long de la Bistritza, depuis Jezupol, ville situé sur le Dniester en aval de Haliez, jusqu’à Bohorodezany. Sur cet alignement, les diverses organisations, ainsi que leurs points d’appui, parmi lesquels la gare de Lysiec, furent emportées, et la cavalerie russe, lancée à la poursuite de l’ennemi en retraite, atteignit en certains points la rivière Lukwa. Ce brillant et rapide succès valut à nos alliés la capture de 131 officiers, 7000 soldats, 48 canons dont 12 de gros calibre, et d’une grande quantité de mitrailleuses.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet17.html

132 morts français au Chemin des Dames (02)

Le 8 juillet 1917, les Allemands mènent une attaque très brutale dans le secteur du Panthéon. Face à eux le 120e Bataillon de Chasseurs à pied (129e DI), qui y est présent depuis le 14 juin ; les Français contrôlent les points hauts du plateau, ce que ne peut accepter l’état-major adverse

Un bombardement bref débute en pleine nuit, à 3h20. Cinq minutes plus tard, trois colonnes allemandes progressent dans les boyaux français : Epaulette, Arbalète et Panthéon. Elles parviennent à 50 mètres au sud du Chemin des Dames ; les tranchées de la Mèche et Moussard sont atteintes. – Progressivement la réaction du 120e BCP s’organise autour des groupes présents dans les organisations défensives françaises, certains à la grenade, d’autres tirant par-dessus la tête de leurs camarades situés dans la tranchée devant eux « sur des vagues ennemies qui à ce moment-là apparaissent à découvert sur tout le front du Panthéon et dont la marche en avant se trouve gênée par notre réseau de fil de fer incomplètement détruit. […] Le combat dure environ ¼ d’heure et est mené avec beaucoup d’acharnement de part et d’autre : de fréquents corps à corps ont lieu. » – Les tranchées Moussard et de la Mèche sont complètement reconquises, ce qui oblige les assaillants à se replier sur leurs positions de départ. Vers 6 heures les combats sont terminés ; le 120e BCP profite des heures suivantes pour renforcer ses défenses et soigner ses blessés, tandis que les Allemands tentent d’autres coups de main, vite avortés à cause de l’artillerie française. – Au total, l’unité perd 138 hommes, tandis que 90 cadavres allemands sont récupérés dans les lignes récupérées.

http://dictionnaireduchemindesdames.blogspot.fr/2012/07/s-comme-sergents-du-120e-bcp.html

Parution de la Mode illustrée

source: http://courcarree.blogspot.fr/2016/07/ww1-la-mode-illustree-8-juillet-1917.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s