1087/25 juillet 1917: les Allemands attaquent l’entrée de la caverne du Dragon

Insolite: naissance de Nikon

L’histoire de Nikon démarre officiellement le 25 juillet 1917. Cette année-là, à la demande du gouvernement japonais qui veut rivaliser avec les entreprises allemandes, les fabricants d’optiques Tokyo Keiki Seisaku Sho et Iwaki Glass Manufacturing fusionnent avec Fujii Lens Seizo Sho.

https://www.nikonpassion.com/nikon-a-100-ans-en-2017-retour-sur-un-siecle-dhistoire/

Lettre d’Henry Novel à ses parents

Mes chers Parents,

Vous verrez sans doute sur le communiqué d’aujourd’hui qu’un avion boche a été descendu par le tir de nos canons spéciaux dans la région de Vailly. Figurez vous que je me trouvais à côté des pièces qui l’ont abattu, c’est la 120e section de 75 contre avions. L’obus, par un véritable coup de hasard, a tapé en plein dans un des trois appareils qui survolaient, l’avion s’est enflammé et est tombé presqu’à pic en laissant une longue tramée de fumée derrière lui. Les aviateurs qui le montaient étaient trois, deux sont tombés sans qu’on ait pu retrouver leur corps jusqu’à présent. Le troisième était à côté de l’appareil tout carbonisé. Je suis allé le voir ici, il se trouve à deux kilomètres des lignes et il n’en reste qu’un tas de ferraille. C’était le premier appareil que je voyais tomber de si près et c’est réellement impressionnant.

Cette petite chute a occupé notre après-midi d’hier car j’ai couru toute la soirée pour retrouver les débris de l’appareil. Aujourd’hui malheureusement nous n’avons pas la même distraction et il va encore falloir tuer la journée, Dieu sait comment ! Heureusement que l’on doit fonctionner le 1er août.

J’ai reçu hier une carte de Maman qui me dit qu’Odette a envoyé un paquet de cigarettes à mon ancienne adresse. J’espère qu’il arrivera mais je n’ai encore rien reçu depuis mon arrivée, cela m’étonne car il y a déjà quelques jours qu’une lettre de Maman m’annonçait un colis.

J’ai appris sans trop d’étonnement, que le régime de la Villette n’avait pas eu de grands résultats sur Jacques ; d’après ce que Maman me dit, il a l’air tout à fait parti pour faire plaisir à sa famille !

En terminant cette lettre je demanderai à Maman de m’envoyer la chemise bleue que j’ai laissée à Grenoble et une paire de chaussettes. A propos de linge ici, j’ai l’immense bonheur d’être débarrassé de l’invasion de poux. Cela tient sans doute à ce qu’il n’y a pas encore eu de blessés.

Je termine ma lettre car le patron vient de me demander de lui dessiner un plan d’installation d’eau stérilisée et de chauffage central pour le pavillon opératoire. J’aurai toujours la ressource de m’installer fumiste après la guerre.

Je vous embrasse tous bien affectueusement.

http://www.14-18hebdo.fr/henry-novel-lettres-a-ses-parents-1914-1918-5-juillet-1917

Les Allemands attaquent l’entrée de la caverne du Dragon

Le 25 juillet, les Allemands attaquèrent l’entrée sud du Dragon tenue par la 1ère compagnie du 68e  et par le 3ème bataillon du 90e R I qui y tenaient garnison. L’ennemi fut tenu en échec et rejété avec des pertes.

Le 27, les Marsouins de la coloniale relevèrent l’infanterie. La 3ème D I coloniale (7e, 21e, 23e   R I C) monta en ligne.

Le 7e R I C livra, avec le 61e bataillon sénégalais, de furieux combats à la grenade, lors de l’attaque du 29 juillet. La lutte devint incessante autour d’Hurtebise et elle dura tout le mois d’août, sous le chaud soleil d’été, sans eau, parmi les cadavres en putréfaction. La 151ème D I  (293e ,  403e , 410e R I) releva les coloniaux, puis la 130ème D I (39e , 239e , 407e R I) releva la 151e D I. La lutte continua en septembre dans le secteur du Doigt où les Allemands contre-attaquèrent avec violence.L’artillerie des deux camps pulvérisait sans cesse le secteur devenu un enfer comparable à Verdun.

http://www.genealogie-aisne.com/old_genealogie/articles/cavernedragon.htm

Quand les Américains débarquent en Normandie

Le cliché date de 1918. Dans une rue du Havre, des troupes américaines passent, menées par leur drapeau et escortées par la population (photos archives municipales du Havre. Fonds 31 Fi)

Pas d’arrivée en fanfare. Quand en juin 1917, 1 200 soldats du Génie américain débarquent dans le port du Havre, même le maire, Pierre Morgand., n’est pas au courant. Il l’avouera même en conseil municipal, c’est par les journaux parisiens qu’il a appris la nouvelle. Dans les journaux havrais, la nouvelle avait été censurée. Par peur sûrement que les sous-marins allemands suivent à la trace les navires du corps expéditionnaire américain. Quelques jours plus tôt, c’est pourtant face à une foule en liesse que débarquent à Boulogne-sur-Mer le général Pershing et son état-major. Parmi, un jeune officier dont on reparlera plus tard, le capitaine Patton. Mais le plus souvent, c’est en toute discrétion que les Sammies débarquent en France. « Pour des raisons logistiques, les Américains débarquent dans plusieurs ports de France, Brest, Bordeaux, Nantes, Saint-Nazaire, Cherbourg… » explique Sylvie Picolet, commissaire de l’exposition « Lafayette, nous voilà », présentée en ce moment aux Invalides. Si les soldats américains sont armés par les Alliés, ils débarquent aussi des tonnes de matériel, des locomotives, des camions, des voitures, des vivres aussi.

Une ville pavoisée le 14 juillet

Au Havre, le premier contingent important, 2 000 hommes, arrive le 25 juillet 1917.

source: http://www.paris-normandie.fr/region/1917–quand-les-americains-debarquent-en-normandie-YM8817562

Carnet du mercredi 25 juillet 1917 à travers Le Miroir

Les attaques allemandes, accompagnées de violents bombardements, ont continué sur les plateaux en avant de Craonne.
Aux Casemates, l’ennemi, qui avait réussi à pénétrer dans notre première ligne, et qui a été contre-attaqué avec vigueur, n’a conservé qu’une faible partie du terrain conquis.
Sur la Californie, les Allemands ont subi un échec. Malgré tous leurs efforts, ils n’ont pu nous déloger du plateau. Nos troupes ont repoussé toutes les tentatives dirigées sur notre tranchée de soutien, que nous occupons en entier.
La ville de Reims a reçu 850 obus.
Une attaque allemande au nord-ouest du mont Cornillet a été brisée après un vif combat.
Une pièce allemande à longue portée a tiré une centaine d’obus dans la direction de Nancy. Pas de victimes, dégâts insignifiants. En représailles, nous avons exécuté un tir efficace sur les usines de Château-Salins.
Les Anglais ont effectué avec succès une opération au sud d’Avion. Ils ont fait de nombreux prisonniers. Ils ont opéré d’autres coups de main au sud d’Havrincourt, aux abords de Bullecourt et d’Hollebeke.
Les Russes ont attaqué l’ennemi dans la direction de Vilna. Ils ont pénétré de 3 verstes dans les positions allemandes et fait 1.000 prisonniers. Mais les Austro-Allemands ont repris quatre villages en Galicie.
Les Anglais ont attaqué les Turcs près de Gaza et remporté un succès. Ils ont, à Bersbela (Syrie), repoussé la cavalerie ottomane.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet17.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s