1090/28 juillet 1917

Le poilu «prisonnier» de ses mensonges

Un paysan beauceron ayant menti sur sa profession, se prétendant artiste, se voit refuser une permission pour aller faire les moissons. Le Figaro du 28 juillet 1917 espère que l’armée saura se montrer clémente.

«Tout comme le savetier de La Fontaine faisait des vocalises, un des plus notoires cultivateurs du pays de Beauce faisait de la peinture. Il ne s’estimait que le pinceau en main, au point qu’arrivant au régiment, comme on lui demandait quelle était sa profession dans le civil, il se faisait bravement inscrire ”Artiste peintre“.

Or, voilà qu’arrivent les permissions de moisson; et naturellement on n’en donne pas à notre “artiste peintre” qu’attendent avec impatience ses fermiers. Celui-ci se débat comme un diable dans un bénitier, déclare son vrai état, confesse sa vanité. Rien n’y fait; on le prend pour un “fricoteur” qui raconte des histoires pour se donner du bon temps.

Voilà Ingres prisonnier de son violon.
Espérons que l’autorité militaire aura pitié de ce brave poilu et le rendra aux champs, ne fût-ce que dans l’intérêt de la France. En attendant, cette petite histoire (qui a le mérite d’être vraie) amuse beaucoup, depuis quelques jours, les propriétaires fonciers d’Eure-et-Loir» écrit Le Figaro le 28 juillet 1917.

source: Le Figaro http://www.lefigaro.fr/histoire/centenaire-14-18/2014/07/28/26002-20140728ARTFIG00120-28-juillet-1917-le-poilu-prisonnier-de-ses-mensonges.php

Carnet du samedi 28 juillet 1917 à travers Le Miroir

Les Allemands montrent une extrême nervosité. Leurs attaques d’infanterie ont repris sur un front de 3 kilomètres, depuis la région d’Hurtebise jusqu’au sud de la Bovelle. L’ennemi, en dépit de l’importance de ses effectifs et de la gravité de ses pertes, n’a pu pénétrer qu’après des efforts inouïs dans quelques uns de nos élements de première ligne, au sud d’Ailles. La plupart de ces éléments lui ont d’ailleurs été presque aussitôt repris. Autour d ‘Hurtebise, tous ses assauts ont été brisés.
En Champagne, après un bombardement intense, une attaque allemande s’est déclenchée, rapide et violente, sur le mont Haut. Toute progression de l’adversaire a été arrêtée par la vaillance de nos troupes. Vers le Mont Blond et aux environs du Casque il n’a même pas pu déboucher.
Au nord d’Auberive, nous avons, au cours d’une opération heureuse, pénétré dans les tranchées allemandes inoccupées, et, poursuivant notre avance, engagé un vif combat avec des éléments ennemis auxquels nous avons infligé des pertes sensibles.
Les Belges ont brisé une offensive allemande au nord de Dixmude.
Les Anglais ont réussi un raid près d’Armentières.
Les Italiens ont arrêté une entreprise autrichienne près de Castagnevizza.
Les Russes se sont retirés à l’est de Tarnopol; ils ont subi un échec au nord de Trembowla tandis que, plus au sud, les Austro-Allemands forçaient leurs positions du Sereth.
Les Roumains ont remporté un succès dans la partie sud des Carpathes, prenant deux villages et capturant plusieurs centaines d’hommes.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/juillet17.html

Parution de la vie parisienne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s