1101/8 août 1917

Journal du mercredi 8 août 1917 à travers Le Miroir

Lutte d’artillerie assez violente en Belgique, particulièrement dans le secteur de Bixchoote, et au nord de l’Aisne sur le front Hurtebise-Craonne. Aucune action d’infanterie.

En Champagne, nous avons effectué dans les lignes allemandes trois incursions qui nous ont permis d’infliger des pertes à l’ennemi et de ramener des prisonniers.
Sur la rive gauche de la Meuse, l’ennemi a prononcé une attaque sur nos positions entre le bois d’Avocourt et la cote 304. Nos tirs les ont forcés à rentrer dans leurs tranchées de départ.
Sur la rive droite de la Meuse, l’ennemi a prononcé une attaque sur nos positions du bois des Caurières. Une fraction qui avait réussi à prendre pied dans un élément de notre première ligne en a été rejetée par une contre-attaque.
Sur le front belge, canonnade, lutte de grenades vers Dixmude.
Rien d’important à signaler sur le front britannique.
En Macédoine, notre artillerie exécute des tirs de destruction dans la boucle de la Cerna.
Les Russes ont à nouveau rétrogradé à la frontière de la Bukovine et en Moldavie, au nord de Focsany. L’évacuation de Kamenetz a été prescrite.
Kérensky a formé son cabinet avec des socialistes, des progressistes et des cadets. Dans son discours inaugural au ministère, il a montré que la défense nationale devait être la première préoccupation du nouveau gouvernement.
Un sous-marin allemand ayant canonné un chalutier espagnol, la presse de Madrid montre à nouveau une vive irritation, et M. Dato a envoyé une protestation circonstanciée à Berlin.
Au cours d’une déclaration au sénateur Lewis, le président Wilson a dit que tous pourparlers au sujet de la paix seraient actuellement oiseux et qu’il serait le premier à adopter des initiatives dans ce but, quand l’heure lui semblerait venue.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/aout17.html

La mort de Raspoutine  raconté au Figaro le 8 août 1917

Dans la nuit du 29 décembre 1916, Raspoutine est assassiné au cours d’un guet-apens organisé par des aristocrates russes. Le Figaro publie, huit mois plus tard, dans ses colonnes le récit «exact» de cette nuit tragique.

«Le fameux Raspoutine aurait été assassiné à Pétrograd :Le Figaro annonce, dans son édition du 1er janvier 1917, la mort d’un personnage devenu depuis l’un des plus grands mythes du XIXe siècle. Proche et protégé de la famille impériale, connu pour son mysticisme et ses dons de guérisseur, beaucoup de légendes se sont accumulées autour du sulfureux personnage.

Au lendemain de la mort du moujik illuminé, des versions différentes sont publiées dans la presse russe et étrangère. Le Figaro se fait l’écho de ces comptes-rendus: Le Roussakaya Volia «rapporte que six personnes participèrent au souper, qui fut le dernier repas de Raspoutine. Ce journal affirme encore que les blessures furent apparemment produites par les armes de différents calibres, ce qui montre que la victime fut visée par plus d’une personne. D’après les flaques de sang trouvées dans le voisinage, on a pu établir que Raspoutine avait tenté de fuir et qu’il avait été abattu par une troisième balle. Ses assaillants lui attachèrent un corps très pesant aux pieds avant de le précipiter dans l’eau en haut du pont Petrovsky.»

Le festin de la mort

Le correspondant du Daily Telegraph à Petrograd donne une autre version de la mort de Raspoutine. «Celui-ci, lorsqu’il fut emmené en automobile, de sa maison à l’habitation de l’avenue Moska, fut rencontré par une bande de jeunes gens dont on connaît les noms. Il est probable, mais on n’en est pas certain, qu’il y eut quelques beuveries. On déclara alors à Raspoutine qu’il était condamné à mort et qu’il devait se tuer avec le revolver qu’on allait lui donner. Il s’empara de l’arme qu’on lui tendait et fit feu sur celui qui la lui avait présentée, le manquant et tuant un chien-loup qui se trouver là par hasard. Le revolver fut arraché à Raspoutine et un très jeune gens l’étendit raide mort sur place.»

source: http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2016/12/29/26010-20161229ARTFIG00196-mort-de-raspoutine-le-recit-raconte-au-figaro-par-l-un-des-conjures-en-aout-1917.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s