1122/29 août 1917: au général Pétain de la grande croix de la Légion d’honneur à Verdun

Rapport sur la vie à Lens du 29 août 1917 au 5 septembre 1917

Du 29 août au 5 septembre 1917, Charles Bourgeois, commissaire de police de Lens, réfugié à Rambervillers dans les Vosges, rend compte au sous-préfet de Béthune des conditions de vie à Lens sous l’occupation allemande. Il avait été contraint de quitter Lens, avec les derniers habitants, le 11 avril 1917 sur ordre de l’autorité militaire allemande [1]Charles Bourgeois fut le dernier habitant à quitter la ville. Le voyage qui suivit fut pénible, mais « nous étions sortis de la fournaise ».

Il dresse en quatre rapports manuscrits, totalisant 50 pages, écrits sur le papier à lettres du commissariat de Rambervillers (Vosges, arrondissement d’Épinal), le tableau d’une ville exsangue et d’une population soumise aux humeurs de l’occupant allemand. Ces rapports sont conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais sous la cote 11 R 2148. Une version dactylographiée est conservée sous la cote 11 R 857.

Mobilisant ses souvenirs, faute d’avoir pu emporter ses archives, le commissaire de Lens évoque la vie quotidienne, les bombardements, les humiliations et rigueurs imposés par les allemands, les privations, les peines, les morts, etc. Il dépeint le fonctionnement de l’administration française en cette situation exceptionnelle et ses relations avec l’autorité militaire allemande. Il évoque certains faits divers et particulièrement les vols à mettre sur le compte des allemands. Il déplore également les mœurs de certains habitants Lensois.

source: http://www.wikipasdecalais.fr/index.php?title=Rapport_sur_la_vie_%C3%A0_Lens_(1914-1917)

Remise au général Pétain de la grande croix de la Légion d’honneur à Verdun

C’est le président de la république en personne qui a remis à Pétain la grande croix de la Légion d’honneur.  Une journée dont il n’est plus facile aujourd’hui de trouver le compte rendu et la photo…

source: http://ccfr.bnf.fr/portailccfr/jsp/public/index.jsp?record=eadcalames%3AEADC%3ACalames-201410231510185865&failure=%2Fjsp%2Fpublic%2Ffailure.jsp&action=public_direct_view&success=%2Fjsp%2Fpublic%2Findex.jsp&profile=public&fromList=&getCache=

source: http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=Calames-201410231510185868

Lire aussi

Quand le gouvernement remet à Pétain la grand-croix de la Légion d’honneur, le 29 août 1917, pour des questions politiques, on ne va pas clamer qu’il a stoppé les mutineries. C’est donc officiellement le « vainqueur de Verdun » qu’on célèbre. Cette qualité figure en toutes lettres dans la citation qui accompagne cette décoration.

Sitôt la guerre finie, Verdun occupe dans la mémoire des combattants et dans la mémoire nationale et son « vainqueur » une place privilégiée.

Les années plus tard, des spécialistes d’histoire militaire tentent bien de dire la vérité sur le personnage. Or, deux millions d’anciens combattants et la France toute entière, ou presque,  se sentent reliés à Pétain. La nation en fait un général en chef des armées, puis un ministre de la Guerre. Il est devenu à la fois un militaire et un homme politique d’importance.

Lorsque Pétain renverse la République le 11 juillet 1940, s’octroyant tous les pouvoirs et le titre de Chef de l’Etat français, il est toujours adulé comme le vainqueur de Verdun qui fait « don de sa personne à la France ».

http://www.le-blog-de-roger-colombier.com/2016/02/21-fevrier-1916-la-bataille-de-verdun-et-petain-l-imposteur.html

Journal du mercredi 29 août 1917 à travers Le Miroir

Un bombardement violent de nos lignes dans la région du plateau de Californie et de Chevreux a été arrêté par nos tirs d’artillerie. L’ennemi n’a pu prononcer aucune attaque.
Nous avons effectuer des incursions dans les tranchées allemandes de la butte de Souain et dispersé des reconnaisances ennemies au mont Muret et vers Arracourt. Nous avons fait des prisonniers.
Sur le front de Verdun, activité d’artillerie dans la région du bois d’Avocourt et dans le secteur du bois de Beaumont. Deux coups de main ennemi sur nos petits postes vers Vaux-les-Palamex, ont complètement échoué.
Les Anglais, à la suite d’un violent combat, ont avancé leur ligne sur un front d’environ 2000 metres de part et d’autre de la route Saint-Julien à Poelcappelle. Ils se sont établis dans de nouveaux éléments de l’ancien système de troisième ligne allemande de ce secteur. L’ennemi a attaqué, à deux reprises, les positions britanniques du bois d’Inverness, sur la route d’Ypres à Menin. Il a été chaque fois repoussé, laissant des prisonniers.
La progression des Italiens sur le plateau de Bainsizza s’est poursuivie. Il apparaît de plus en plus que Cadorna fait une opération de grande envergure.
Les Russes ont reculé à l’est de Czernowitz.
La Chambre grecque, à l’unanimité, a accordé sa confiance à M. Venizelos.
Le Congrès de Moscou a tenu une seconde séance. Le général Kornilof a pris la parole et conseillé, avec la gravité de la situation, la nécessité de réorganiser l’armée. M. Tcheidze a parlé au nom du Soviet et M. Rodzianko au nom de la Douma.
On annonce que le pape ne complètera sa note par aucun document explicatif et que M. Wilson a répondu à la note.
M. Bryan, qui était jusqu’ici chef des pacifistes d’Amérique se prononce à son tour pour la guerre jusqu’à la décision victorieuse.
Un membre du ministère bulgare est arrivé à Zurich.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s