1159/5 octobre 1917

Jeu d’échec utilisé par des soldats

Depuis leurs origines orientales jusqu’à leur adaptation occidentale vers le XIIe siècle, les échecs, jeu militaire par excellence tant par les noms donnés aux pièces que par la stratégie mise en place, perdent leur aspect ludique au XVIIIe siècle pour devenir une activité noble et scientifique. Au XXe siècle, ce jeu retrouve une certaine popularité, comme le montre ce plateau transportable, utilisé au front par les soldats.

Cet objet témoigne de l’attente et de l’ennui vécus dans les tranchées au cours de la Première Guerre mondiale. Entre combats et corvées, le soldat attend. « Rien à signaler aujourd’hui encore : nous vivons ici une vie assez monotone, qui se recommence chaque jour dans une campagne infiniment calme et reposante. » (Henry Lange, lettre du 5 octobre 1917. Paroles de poilus, 2003.) L’art dit « des tranchées », le temps de l’écriture dont témoigne cet extrait de lettre, ou encore les jeux prennent ainsi une place importante dans la vie quotidienne des poilus.

source: http://www.musee-armee.fr/collections/base-de-donnees-des-collections/objet/jeu-dechecs-transportable-utilise-par-les-soldats-sur-le-front.html

Journal du vendredi 5 octobre 1917 à travers Le Miroir

Canonnade au nord-est de l’Aisne et sur les deux rives de la Meuse, plus active sur la rive droite.
Les troupes britanniques ont, de nouveau, attaqué un large front à l’est d’Ypres. Elles progressent de façon satisfaisante et ont fait déjà un certain nombre de prisonniers.
En représailles du bombardement de Bar-le-Duc, nous avons bombardé Francfort et Rastadt.
Sur le front italien, la bataille continue sur les pentes occidentales du San Gabriele. Des attaques ennemies, répétées, entreprises avec l’aide de nombreuses troupes d’assaut, ont été brisées par les feux de nos alliés. Ceux-ci ont capturé au cours d’un raid, 4 officiers et 22 soldats.
Sur le reste du front, duel d’artillerie habituel.
Un aéroplane ennemi a été obligé d’atterrir dans les lignes italiennes au-dessus de Anzéa. Les pilotes ennemis ont été faits prisonniers.
Sur le front russe, vive canonnade réciproque dans la région de Jacobstadt : fusillade dans les autres secteurs.
Sur le front roumain, les Austro-Allemands ont reculé au nord-ouest de Sotriné, abandonnant leurs tranchées pour prendre des positions plus favorables.
Dans la Baltique, des hydroplanes allemands ont effectué une reconnaissance près de Seret, sur l’île d’Oesel, et près de Gamache. Il y a eu 70 morts et 44 blessés.
Une escadrille d’avions allemands a survolé le village de Krasnovau, lançant 80 bombes, tuant 3 soldats et en blessant 4.
Les raids allemands sur Londres on fait en neuf mois, 940 victimes, dont 191 morts.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/octobre17.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s