1176/22 octobre 1917: derniers préparatifs avant l’attaque de la Malmaison (Aisne) 

Allenby décide du plan de bataille de Beersheba (israël)

Allenby arrêta son plan de bataille le 22 octobre 1917.
47.000 fantassins et 214 pièces d’artillerie attaqueraient Beersheba par le sud.  Dans le même temps, 11.000 cavaliers et 28 canons attaqueraient la ville par l’est.  Les assauts coordonnés seraient menés le 31 octobre.

Le 27 octobre, 218 pièces d’artillerie bombarderaient le secteur de Gaza afin de leurrer les Turcs sur l’endroit véritable où se déclencherait l’offensive.  Parmi divers stratagèmes utilisés, un officier britannique se fit poursuivre par les Turcs et « perdit » un sac à dos contenant de faux plans d’attaque de Gaza…

Allenby ordonna la prise de Beersheba en une journée afin d’interdire aux Turcs toute possibilité de se remettre de l’effet de surprise.
A la veille de la bataille, le centre du front britannique était faiblement garni; 36.000 soldats et 218 canons faisaient face au secteur-leurre de Gaza tandis que 58.000 autres et 242 pièces d’artillerie s’apprêtaient à conquérir Beersheba.
Les troupes turques du secteur semblaient avoisiner les 46.500 hommes et 300 canons.

Grosse localité approvisionnée en eau et desservie par le chemin de fer, Beersheba était entourée d’une seule ligne défensive.

Les troupes britanniques chargées de l’assaut de la ville devraient également couper la route Beersheba-Hebron-Jerusalem pour empêcher l’arrivée d’éventuels renforts ennemis.
En prévision de son assaut de flanc, Allenby déplaça de nombreuses troupes en toute discrétion, utilisant des lits asséchés d’oueds ou privilégiant les mouvements nocturnes.  L’opération fut facilitée par la nette supériorité aérienne des Britanniques.

source: http://bataillescelebres.hebergratuit.net/beersheba/index.html?i=1

Derniers préparatifs avant l’attaque de la Malmaison (Aisne) 

source chtimiste

Le jour J est de nouveau décalé. Il est fixé au lendemain. L’heure du déclenchement de l’attaque est prévue à 5 h 15.

L’artillerie française accentue ses tirs.

Les derniers ordres préliminaires à l’attaque sont donnés.

Les corps de groupe terminent les distributions concernant l’équipement des hommes pour l’attaque.

Chaque officier est revêtu d’un uniforme et d’un équipement semblables à ceux de leurs hommes, aussi peu apparents que possible, pour ne  pas être identifié par l’ennemi. Il ne doit pas porter le sabre durant l’attaque.

Les soldats ont laissé leurs sacs à dos à l’arrière. Ils ont emporté avec eux deux étuis-musettes qui contiennent une journée de vivres de jour et deux jours de vivres légers. Les hommes sont équipés d’une toile de tente roulée en sautoir, de deux bidons, d’un outil portatif, d’un bengale, d’un panneau de toile, à raison de 64 par compagnie, et de cinq sacs de terre. Ceux qui sont armés d’un fusil ont reçu 88 cartouches.

Les reconnaissances se multiplient dans la nuit du 21 aux 22. Elles constatent les bouleversements et l’inoccupation des premières lignes allemandes, mais l’ennemi tient toujours fortement sa ligne de soutien.

Les troupes s’installent aux emplacements prévus pour le début des combats dans la nuit du 22 au 23. Les compagnies de mitrailleuses de la 170D.I. continuent les tirs d’interdiction.

Pour les hommes, l’attente reste longue et angoissante. La bataille de la Malmaison a été reportée plusieurs fois.  Nous pouvons aisément nous imaginer que certains d’entre eux aient pu espérer que l’attaque se déclenche au plus vite et que pour d’autres, au contraire, ils aient été soulagés par l’idée de gagner quelques heures de vie supplémentaire avant de se lancer à l’assaut.

source: http://amphitrite33.canalblog.com/archives/2017/10/06/35702417.html

Lire aussi: https://www.researchgate.net/profile/Jean_Yves_Meunier/publication/314356924_Le_Reverend_Pere_Francois_Luneau_1890-1950_Missionnaire_mariste_en_Nouvelle-Caledonie/links/58c0ceaeaca2720944fdb034/Le-Reverend-Pere-Francois-Luneau-1890-1950-Missionnaire-mariste-en-Nouvelle-Caledonie.pdf

Journal du 22 octobre 1917 à travers Le Miroir

Violente canonnade sur le front de l’Aisne, notamment dans la région Ailles-Cerny. Un violent coup de main a été dirigé par l’ennemi contre nos positions du nord-ouest de Bezonville. Nos troupes ont refoulé les assaillants et sont restés maîtresses de leurs positions.
Des avions ont lancé une soixantaine de bombes sur la région de Dunkerque. Point de victime civile.
Lutte d’artillerie sur tout le front de Macédoine, notamment dans la région de Doiran et au nord de Monastir où nos batteries ont exécuté des tirs de destruction.
Sur le front russe, les Allemands ont essayé de provoquer nos alliés à de nouvelles fraternisations. Ils ont été dispersés à coups de fusil.
Aucun changement dans la Baltique.
Sur le front italien du Trentin, quelques escarmouches au nord-est de Laghi. Des petits groupes ennemis ont été repoussés. Dans la vallée de San Pelligreno, des détachements autrichiens ont dû se replier. Canonnade sur le front des Alpes Juliennes.
L’avant parlement russe a ouvert sa session à Petrograd. Kerensky a prononcé un discours.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s