1201/16 novembre 1917

Le Tigre sort ses griffes (suite)

On fête aujourd’hui l’anniversaire de l’arrivée de Clemenceau au pouvoir (16 novembre 1917). Comme nouveau Président du Conseil, il prononcera quatre jours plus tard sa « déclaration ministérielle« . Ce discours, l’un des plus fameux de Clemenceau, conduira la France à la Victoire :
« Je vous ai dit que je voulais faire la guerre. Certainement ! C’est ma seule raison d’être ici. Est-ce que vous croyez qu’à mon âge je me suis jeté dans la lutte des partis pour des idées que le temps a pu atténuer ? J’ai pu faire des progrès vers certaines idées ou modifier mon sentiment sur certaines questions ; peu importe, ma vie est finie. Je viens vous donner les quelques derniers jours qui me restent. Si vous ne les voulez pas, dites-le ; il vous est facile d’émettre un vote de défiance. […] Il faut abdiquer les anciennes passions qui nous ont jetés les uns contre les autres et, pour un instant, pour une heure, faire front commun contre l’ennemi. Après la victoire, avant même que nous la tenions, quand on l’apercevra bien clairement devant soi, j’en prends l’engagement, je descendrai de cette tribune et vous dirai :  « Messieurs, au plaisir de vous revoir. » »

source: http://www.editionspierredetaillac.com/blog-detail-16-novembre-1917-le-tigre-sort-ses-griffes-110

http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu04523/le-president-du-conseil-georges-clemenceau-effectue-differentes-visites-et-tournees-d-inspection-pres-du-front.html

Vu dans les cahiers de René Beluche, élève en 1917 de Madame Frechin, en 1918 de Monsieur Emile Beluche

La guerre pourrit tout, les corps et les esprits. Elle ne s’exprime pas seulement par les combats meurtriers qui font disparaître les hommes les plus jeunes et les plus robustes d’un pays.

La guerre, c’est aussi la manipulation des opinions par une propagande toujours plus sophistiquée. Lorsqu’un pays est en guerre, toutes les composantes de sa population, quel que soit le régime politique, subissent cette manipulation. On parlait autrefois de « bourrage de crâne ».

Ainsi, à l’école même, la guerre était bien présente. Pour preuve ces sujets de « rédactions » trouvés dans les cahiers du jour d’un écolier de Champagney entre 1917 et 1918, René Beluche, élève du cours supérieur.

« Un de vos jeunes amis – enfant de douze ans – vous écrit et s’est plaint de ne pouvoir rien faire d’utile pour la guerre. Félicitez-le de ses bons sentiments, mais montrez-lui qu’il se trompe, que bien des choses utiles sont à sa portée et que d’ailleurs bien faire son devoir, là où il est, est l’essentiel. » (3 juillet 1917)

« Recherchez quels évènements journaliers, quels spectacles fréquents, quelles sources de nouvelles et quels sujets de conversation ramènent sans cesse votre pensée au front. » (16 novembre 1917)

source: http://jacquotboileaualain.over-blog.com/2014/03/la-guerre-a-l-ecole-champagney-1914-1918.html

Les loups de Bois Leprêtre (176 ème RI)

Le 16 novembre, le 167e remonte en ligne relever le 169e dans le sous-secteur du Tacul; les 2e et 3e bataillons en première ligne, le 1er en soutien. Les Bataillons du Régiment occupent successivement les tranchées de Moldavie, Dresde, Lisbonne, Magdebourg et le Quartier Avemont.
Une grande activité de patrouilles est développée par le Régiment. A titre d’exemple, le Commandant Le Brun, (2e Btn), envoie une patrouille dans la nuit du 19 au 20 Novembre,(composée d’un Aspirant, de 2 sous-officiers, 3 caporaux et 20 hommes), avec pour mission de reconnaître l’emplacement où des travailleurs ont été repérés et entendus la nuit précédente. La patrouille devra évaluer l’importance des travaux, et au besoin, en interrompre la poursuite. A 1h05, les hommes sortent des tranchées.[…] La patrouille, sortie du P.P., s’est dirigée sur le Nord, vers le saillant Ouest signalé de la tranchée des Huns, et s’est mise à l’écoute à 80 mètres au-delà de nos réseaux. L’ennemi envoyait de nombreuses fusées, mais aucun travail n’était exécuté au point indiqué. Les bruits de pas et de terrassements étaient au contraire, perceptibles vers le point 7158. La patrouille a obliqué à droite pour diriger sur ce point, où l’ennemi travaillait assez activement dans la tranchée, courvert par des sentinelles dans un réseau que nous avons pu apercevoir à la lueur des fusées. Le réseau est à au moins 30 mètres de la tranchée ennemie. Il est épais et ne parait pas avoir souffert de notre bombardement. La patrouille a du être vue ou entendue en raison du bruit que produit inévitablempent la marche dans la boue.
Des rafales de mitrailleuses ou de fusil mitrailleur se sont déclanchées, venant de la direction du point 7158. Se trouvant hors de portée de grenades, la patrouille a exécuté sur les travailleurs un tir d’obus V.B. qui a arrêté le travail. Le tir a été ensuite continué de la tranchée Tacul pour empêcher l’ennemi de reprendre son travail. […]

http://167e.regiment.free.fr/167eregimentinfanterienovembre1917.html

Journal du vendredi 16 novembre 1917 à travers Le Miroir

Nos reconnaissances, opérant dans la région de l’Ailette, ont fait des prisonniers.
Lutte d’artillerie assez violente sur la rive droite de la Meuse (les Caurières).
Sur le front britannique, des reconnaissances ennemies qui tentaient d’aborder les lignes de nos alliés, vers le bois de Polderhoek, au nord de la route de Menin, ont été rejetées en perdant des tués et des prisonniers.
Sur le front italien, les Austro-Allemands ont intensifié leur action depuis la zone de l’Asiago jusqu’à la vallée de la Piave.
Des colonnes qui se glissaient vers le Frigoli, au confluent de la Brenta et du Cismon, ont été arrêtées.
Une nouvelle tentative ennemie pour passer la Piave a été enrayée. Les troupes, qui ont franchi antérieurement le fleuve sont étroitement encerclées.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/novembre1917.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s