1229/14 décembre 1917: Guillaumat devient chef des armées alliées d’Orient7

Des prisonniers allemands à Verdun en décembre 1917

tache012

tache014

http://lagrandeguerre.cultureforum.net/t78609-quelques-photographies-du-front-de-verdun-decembre-1917

Guillaumat devient chef des armées alliées d’Orient

GH_GHGuillaumat

Guillaumat succède au Général Sarrail, le 14 décembre 1917, dans les Balkans et prend ainsi le commandement en chef des armées alliées d’Orient. Devant faire face à une situation militaire difficile, il réorganise les forces alliées, rétablissant la confiance et la discipline dans ses rangs. Mettant à profit le transfert de troupes ennemies sur le front de l’Ouest suite à la paix de Brest-Litovsk (3 mars 1918) et de Bucarest (5 mars 1918), Guillaumat lance les troupes françaises et helléniques, rompant ainsi avec la politique défensive du Conseil supérieur de la guerre aligné sur la stratégie anglo-américaine de maintient d’une ligne de front Stavros-Monastir. Il met en place un plan d’offensive générale devant servir de base aux opérations de Franchet d’Esperey, son successeur, et contraindre les armées bulgares à demander un armistice. Mais son principal mérite sur le front d’Orient est d’avoir fait du commandement des armées alliées, qui s’apparentait jusqu’à son arrivée à un état-major supérieur des forces françaises, un outil adapté au commandement d’une force multinationale, outil qui se révélera déterminant lors de l’ambitieuse offensive de septembre 1918.

source: http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/adolphe-guillaumat

Le croiseur Châteaurenault coulé (…)

Chateaurenault

Le croiseur français Châteaurenault : Croiseur de 7900 t construit en 1902, utilisé comme transport de troupes rapide entre Tarante et Itéa, pour le compte des alliés à Salonique. Commandé par le capitaine de Frégate Jeanson, il est coulé par 2 torpilles envoyé par le sous-marin UC-38, au nord de l’île de Cephalonia, le 14 décembre 1917. Le navire sombra et seulement dix hommes d’équipage ont été tués par l’explosion de la 1ère torpille, en majorité des hommes de service dans la chambre de chauffe. A son bord, on trouvait 447 membres d’équipage et 984 militaires transportés, dont 26 aviateurs. Aucun des passagers n’a été tué.

(…)Le destroyer Lansquenet sauve 436 marins du Châteaurenault

Lansquenet

Le destroyer Lansquenet : Il est commandé par le Capitaine de Corvette Charezieux. Après l’explosion de la 1ère torpille, il laisse ses embarcations de secours sur place pour que les personnels du Chateaurenault qui s’étaient jetés à la mer, puissent monter à bord. Ensuite, il aborde le navire touché par tribord avant et commence l’évacutation des personnels. Le chalutier Balsamine prend ses dispositions pour remorquer le croiseur. Le Lansquenet revient chercher les embarcations qui a laissé en route. Il a alors recueilli à son bord ou dans les chaloupes, un total de 436 hommes. Le sous-marin adverse, ayant eu le temps de contourner sa cible pendant les opérations de sauvetage, lance une seconde torpille qui frappe le Châteaurenault. Cette fois, il n’y a plus rien à faire et le croiseur coule à pic. Arrivé sur le point de départ de cette arme, le destroyer largue 7 grenades Galveaud, dont deux doubles, qui ont toutes explosées. Le submersible allemand, touché, fait surface et pris à parti par les canons du destroyer Mameluck. Les Allemands replongent et sont à nouveau grenadés, mais cette fois par le Mameluck. Le sous-marin fit surface une nouvelle fois et sera touché plusieurs fois par les obus des deux destroyers qui tirent de concert. S’enfoncant par l’arrière, le navire ennemi coule définitivement à 8h40.

Deux jours de violent bombardement sur Hazebouk

Près du jardin public, rue de l’Église – « La lumière et la vie s’est levée sur la région où planait l’ombre de la Mort » – « Arrête voyageur, ici tu foules une terre qui a été bouleversée et s’en souvient. L’an 1917 les 13 et 14 décembre sur cette ville 120 gros obus furent lancés par les canons ennemis. 18 citoyens inoffensifs durent tués, 26 blessés, 40 édifices anéantis, 81en partie détruits. Maintenant de ces ruines elles-mêmes il ne reste plus trace. »

Photos sur http://www.memorialgenweb.org/mobile/fr/com_global.php?insee=59295&dpt=59&comm=Hazebrouck&

Journal du 14 décembre 1917

Sur le front italien.Cependant le 14, à l’Est de la Brenta, les Autrichiens parvinrent à couronner le col Caprile, menaçant ainsi les derrière du col della Beretta, et prenant commandement sur un plateau qui longe vers le Sud les escarpements de la Brenta.
En même temps, les Allemands répétaient diverses attaques dans la région orientale du secteur contre le saillant du Solarolo, qu’étayent à droite le Spinoncia, à gauche le col dell’ Orso. Bien qu’ils aient échoué dans leurs tentatives directes, une certaine avance réalisée par eux sur le Spinoncia rend précaires les positions du Solarolo.
De ce côté du champ de bataille, les soldats de la 4 armée italienne étaient dès lors soutenus par des éléments des divisions franco-britanniques, portés en première ligne. En effet, à 3000 mètres environ à vol d’oiseau au Sud du Spinoncia se dresse la montagne allongée du Tomba dont l’ennemi, venant de Quero, a pu atteindre la crête. Mais les pentes méridionales du massif, d’une défense naturelle aisée, sont occupées par des contingents français, qui se relient au long de la Piave aux détachements anglais installés aux revers de la colline oblongue du Montello.
Le 15 décembre, les combats diminuèrent d’intensité. Le 16 ils reprirent violent devant le col Caprile, avec développement jusqu’au fond des gorges de la Brenta, au barrage de San Marino, sans qu’aucune modifitation fût signalée dans la situation réciproque des adversaires.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/decembre17.html

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s