1232/17 décembre 1917: mort accidentelle d’un as de l’aviation

Mort accidentelle d’un as de l’aviation

Le capitaine Antoine Marie Joseph Mathieu Tenant de la Tour (1883-1917) aviateur de l’armée française était un as de la première guerre mondiale.Il  faisait partie de la fameuse escadrille des Cigognes. Il s’est tué dans un accident d’avion le 17 décembre 1917, âgé de 34 ans, sur le terrain d’aviation britannique d’Auchel (Pas-de-Calais), durant une démonstration d’acrobatie aérienne. Il a été cité 7 fois pour ses héroïques faits militaires pendant sa carrière et décoré de la légion d’honneur et de la croix de guerre avec palmes. Son palmarès inclus 2 ballons et 7 avions homologués et 11 victoires probables.

source: https://www.lechalard.fr/Sauvegarde-du-Site

Journal du 17 décembre 1917

Armistice sur le front russo-roumain.-Les négociations entamées le 3 décembre par les maximalistes avec les puissances centrales ont abouti, comme on devait s’y attendre, à la conclusion d’un armistice signé à Brest-Litovsk le 15 décembre. Cet armistice, qui a commencé à jouer le 17 décembre, à 12 heures, est valable jusqu’au 14 janvier 1918. A moins d’une dénonciation faite sept jours d’avance, il continuera automatiquement.
Il s’étend à toutes les forces terrestres, aériennes et navales des fronts communs, englobant, par le fait même, le front russo-roumain. On en verra plus loin les dispositions détaillées et les conséquences militaires et navales. Ainsi le gouvernement de Lénine et de Trotzky a délibérément, dénoncé les traités d’alliance qui unissaient la Russie aux autres nations de l’Entente. Le geste qu’il a accompli avait été précédé par l’établissement d’une trêve de dix jours, conclue le 5 décembre avec le prince Léopold de Bavière, à laquelle la Roumanie avait été contrainte de participer.

A propos de l’ armistice sur le front russe. -Au point de vue militaire, l’article 2 du protocole d’armistice est le plus important. Les contractants s’y interdisent, sur le front d’Europe, tous déplacements de troupes en préparation d’une offensive locale, et, d’une manière plus générale, tous déplacements de troupes jusqu’au 14 janvier,  » à moins que ces déplacements aient été en cours au moment de l ‘armistice « .
Cette dernière clause vise hypocritement le transport d’unités austro-allemandes d’Orient en Occident; mais elle est sans valeur. En effet, tous les mouvements ordonnés par Hindenburg étaient déjà en cours le 17 décembre, et les Russes, au surplus, dont les armées sont en pleine dissolution, ne possèdent aucun moyen de contrôle sur l’observation des engagements acceptés. Si ceux-ci ne sont pas respectés, aucune sanction ne peut intervenir.
L’armée roumaine, de par sa situation, est forcément comprise dans les stipulations de l’armistice. Celles-ci, d’autre part, interdisent aucun déplacement de troupes en Asie; et bien plus, d’après l’article 1O, les armées belligérentes doivent immédiatement évacuer le territoire persan.
Ainsi les Turcs seront en mesure de concentrer tous leurs moyens disponibles soit en Mésopotamie, soit en Palestine.
La trahison maximaliste est totale.

Sur le front italien.-Le 17, à 11 heures, des colonnes allemandes débouchèrent des pentes du mont Spinoncia; leur élan fut brisé par les concentrations des feux de l’artillerie italienne et des batteries françaises. Aux mêmes instants, un assaut direct contre le mont Solarolo, entrepris par une division de chasseurs allemands, échouait après une lutte acharnée.
Au long de la Piave, aucun incident de guerre sérieux n’a été signalé.

grande.guerre.pagesperso-orange.fr/decembre17.htmlhttp://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/decembre17.html

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s