1233/18 décembre 1917: l’église de Saint Vaast de Béthune (62)  bombardée

Pain: le préfet de Meurthe-et-Moselle réglemente

En 1917, la situation économique du département souffre des effets de la guerre, ce qui contraint le préfet à réglementer strictement le commerce du pain.

http://www.archives.meurthe-et-moselle.fr/fileadmin/Sites/Archives_d__partementales_de_Meurthe_et_Moselle/documents/Guide/WM22.htm

Ca bouge au Chemin des Dames

Le 18 décembre, un de ces coups de main allemands est particulièrement éprouvant pour le 113e, qui vient juste d’arriver en ligne : « A 1 heure une patrouille ennemie se présente devant PP2 (Centre de Résistance de l’Enclume) occupé par le 1er Btn (Btn Genty). Elle est repoussée à coups de grenades. A 6 heures 2 fortes colonnes comptant chacune 30 à 40 hommes tentent un coup de main sur nos petits postes devant le 1er Btn. Celle venant de l’ouest attaque notre petit poste PP6, commandé par le sergent Serreau de la 2e Cie. Le poste engage la lutte et résiste fermement. 1 caporal et trois hommes sont blessés. L’ennemi sous le tir de nos F.M. et l’action de nos grenadiers se retire sans avoir obtenu de résultat. Au même et avant que nos postes puissent tenter un mouvement de repli sur notre ligne de résistance, un bombardement d’une violence extrême se déclanche [sic] sur toute la position de l’Enclume. La colonne de l’Est prend à revers en même temps notre PP5 échelonné à la corne Est du petit Bois de l’Enclume. Une lutte très vive s’engage, le sergent Chrétien qui commande le PP tombe blessé et roule en gémissant sur le sol. 3 autres hommes sont également blessés. Un sous-officier allemand tué à bout portant par un de nos hommes s’abat en même temps que plusieurs de ses hommes. Son corps qui ne porte aucun insigne ni aucun indice permettant de l’identifier reste entre nos mains. L’ennemi en se retirant emporte le sergent Chrétien et au moins 2 autres corps de soldats allemands qu’on avait vu tomber et qu’on ne retrouve pas. Le sol porte des traces de corps sanglants traînés. [A l’ouest de l’Enclume,] le sous-lieutenant Lochon qui commandait la section qui fournissait les postes, étant dans la parallèle de résistance avec un caporal et 4 hommes crie : “voilà les boches tout le monde à son poste” mais surpris par derrière par la colonne ennemie, il est rapidement mis hors d’état de résister. Cette fraction est considérée comme disparue. » Le bilan pour le 113e RI est de 2 tués, 14 blessés et 7 disparus.

source: http://dictionnaireduchemindesdames.blogspot.fr/2012/03/b-comme-bois-de-lenclume.html

Le réseau de tranchées dans le secteur de Reims nord-est

Le sous-secteur de Reims Sud le 18 décembre 1917

source: http://14-18.documentation-ra.com/2013/11/2013-11-le-reseau-de-tranchees-dans-le-secteur-de-reims-nord-est/

Quentin Roosevelt:  de Château-Thierry à Marseille

18 décembre 1917
Quentin est alité à cause  d’une pneumonie consécutive à une toux mal soignée, il est resté dans le bâtiment des officiers, dans sa chambre. 

28 décembre 1917
Quentin écrit que c’est le premier Noël qu’il passe loin de sa maison et de sa famille…c’était horrible, rien ne pouvait lui venir en aide là-dessus. Il se dirige vers Marseille, en train, par une froide température… Pas de chauffage : « c’est la guerre » lui répond-on.

28 décembre 1917, à Marseille
Je pense avoir finalement réussi à me forcer à m’éloigner de ce camp brutal. J’avais tout arrangé et je devais aller avec un escadron Royal Naval Air Service., et au dernier moment, cela a été rejeté par le quartier général pour les raisons que cela ne faisait pas partie du plan. L’ennui avec leur plan est qu’il prévoit un développement énorme, pour une pleine puissance en Août prochain au plus tôt, et, à moins que je me trompe, l’Allemagne prépare le sien très bien pour finir la guerre avec les Américains, maintenant dedans, au printemps …

http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/roosevelt_lettres.htm

Le vendéen Gustave Roy échappe de peu au peloton

Gustave  (Paul, Joseph) ROY, né le 3 février 1894 aux Magnils-Reigniers, domestique cultivateur, soutien de famille incorporé au 137ème RI, soldat de 2ème classe arrivé au corps le 8 septembre 1914  est condamné par le conseil de guerre de la 21ème DI le 20 mai 1916 à 10 ans  de travaux publics.

       Pour s’être absenté de son corps sans autorisation, la condamnation  pour désertion à l’intérieur en temps de guerre est lourde.

       Arrêté, sa peine est suspendue et Gustave Roy est affecté au 93ème RI fin mai 1916.

       En 1916 le 93ème et le 137ème  sont à Verdun et là encore, les pertes sont énormes.

       Le 4 juillet 1916, le conseil de guerre le condamne à la peine de mort pour abandon de poste en présence de l’ennemi et désertion en présence de l’ennemi mais la peine est commuée en 20 ans de prison le 24 juillet et suspendue en août.

       Il passe au 137ème RI, en section disciplinaire.

       Blessé le 18 avril 1917 à Troyon dans l’Aisne (dans le cadre de l’offensive Nivelle sur le  Chemin des Dames) par des éclats de grenade avec des plaies multiples, il est à nouveau condamné à 5 ans de travaux le 18 décembre 1917 par le conseil de guerre permanent de la XIème région militaire (de Nantes) pour désertion, le jugement est exécutoire le 29 décembre 1917.

       Gustave ROY est écroué à la maison d’arrêt de Fontenay le 25 avril 1918 puis définitivement à Poutrevault (?) ou Montrevault (?) le 3 octobre 1918.
Il y meurt le 14 décembre. 

source: http://www.unc-boissire-montaigu.fr/ces-vendeens-fusilles.html

L’église de Saint Vaast de Béthune  bombardée

Au cours de la Première Guerre mondiale, le 18 décembre 1917, des bombes s’abattent sur l’église. En avril 1918, une volée d’obus achève de la détruire. Quant au centre-ville, il est détruit à 90 %.

Après l’armistice, l’église ne fait pas partie des édifices prioritaires à reconstruire. Par ailleurs, le financement d’édifices religieux pose problème. En juillet 1921, Béthune adhère à la coopérative des églises du diocèse d’Arras. La ville ne pose qu’une condition à son approbation : celle exigeant que l’architecte Louis-Marie Cordonnier soit chargé de la reconstruction de l’église.

Cette condition acceptée, la nouvelle église est reconstruite

source: http://www.musiqueorguequebec.ca/orgues/france/bethunesv.html

Journal du 18 décembre 1917

Sur le front naval.– Le 18 décembre, vers 6 heures du soir, des aéroplanes allemands ont franchi les comtés d’Essex et de Kent, qu’ils ont bombardés; quelques-uns ont atteint Londres. Ils ont fait 85 victimes: 10 tués et 15 blessés. Un appareil ennemi a été abattu en mer au large de la côte de Kent.

source: http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/decembre17.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s