1263/17 janvier 1918: les Allemands veulent des chars légers

 Journal du  jeudi 17 janvier 1918

Sur la rive droite de la Meuse, les Allemands ont attaqué nos positions du bois Le Chaume, sur un front de 200 mètres environ. L’attaque, brisée par nos feux, s’est dispersée. Quelques fractions ennemies, qui avaient réussi à prendre pied dans un élément avancé, en ont été rejetées aussitôt.
En Lorraine, nos troupes ont réussi une incursion dans les lignes ennemies de la région de Badonviller et ramené une quarantaine de prisonniers, dont un officier.
Canonnade assez vive en Alsace, entre la Thur et la Doller.
En Macédoine, actions d’artillerie assez vive de part et d’autre de la boucle de la Cerna. Patrouilles ennemies repoussées sur le front serbe.
Sur le front britannique, activité habituelle d’artillerie. La chute de neige a paralysé l’activité aérienne. Un appareil ennemi a été toutefois abattu.
En Palestine, l’aviation britannique a exécuté des raids réussi sur l’aérodrome ennemi de Jenin, au sud de Haïfa. Activité de patrouilles dans le secteur de Jérusalem.
Le bombardement que les Allemands ont fait du port de Yarmouth a coûté la vie à quatre personnes.
Lenine a lancé un ultimatum à la Roumanie.

source:http://grande.guerre.pagesperso-orange.fr/ja18

Parution du Lion d’Arras

Le front d’Artois en action. Dans les sanctions que vient de prendre le maréchal Haig à l’égard de quelques généraux on peut voir l’épilogue de la bataille de Cambrai.

http://archivesenligne.pasdecalais.fr/cache/serie_pf_pf_092_0002_pf_092_0002-0090.pdf

Le droit du travail s’en va en guerre

Décret du 17 janvier 1917 « relatif au règlement des… qui interdisait formellement les grèves et lock-out, instituait l’obligation de recourir à la conciliation ou à l’arbitrage devant des juridictions mixtes

https://www.google.fr/search?q=17+janvier+1918&safe=active&ei=1Bk-WqKKAsflUvWqufAI&start=40&sa=N&biw=1366&bih=637

Les soldats Dapoigny et Lenepveu condamnés à mort

Dans sa séance du 22 janvier 1918, le conseil de révision de la 6e Armée a statué sur les recours présentés par les soldats Dapoigny et Lenepveu, condamnés à la peine de mort le 17 janvier 1918 par le conseil de guerre de la 125e DI. Le conseil de révision de la 6e Armée a cassé et annulé, à l’unanimité, le jugement rendu par le conseil de guerre de la 125e DI, et renvoyé le dossier de procédure devant le conseil de guerre de la 9e DI pour y être statué à nouveau. Le jugement prononcé par le conseil de guerre de la 125e DI est présent dans le dossier du conseil de révision de la 6e Armée ; une information intéressante y est mentionnée.

source: http://prisme1418.blogspot.fr/

Du côté du 25 ème RI

le 17 janvier 1918 une forte patrouille ennemie qui voulait lenleverPendant près de quatre moisdans ce secteurpénible25e et 2e R.Ialternent ainsi par période de 10 joursluttant énergiquement contre lennemileaula neigela terre qui croulele froid qui dépasse parfois 20°. Enfinle 28 févrierla 33e D.Irelevait la 20e D.I., qui se portait àVerdun.

http://fracademic.com/dic.nsf/frwiki/20342

Une espionne belge condamnée à broder

Le 23 octobre 1917, Eugénie B. est arrêté à Bruxelles où elle vit et est conduite à la prison militaire de Namur. Elle est finalement condamnée le 17 janvier 1918 à trois ans et demi de prison, diminués par la suite à quinze mois et à 2.000 marks d’amende. Elle était accusée d’avoir fait passer des lettres et des documents d’espionnage, et d’avoir  collaboré au service de presse clandestine. Transférée à la prison de Siegburg, elle est astreinte à faire de la broderie blanche destinée aux habitants de Siegburg et contracte une affection aux yeux.

https://www.civilsbelges14-18.be/fr/histoires/des-vies-reconstruire

Les Allemands veulent des chars légers

Le commandement suprême Allemand refusera cette version le 17 janvier 1918 , estimant que le blindage de 8 mm était loin d’être une preuve d’efficacité face aux munitions perforantes ( balles en acier ) ennemies malgré la compensation par la vitesse . Ils préfèrent charger Meyer de copier les chars lourds britanniques et de les produire en masse .

Meyer a également souligné que les Français étaient connus pour travailler sur un char léger de 5 à 6 tonnes, mais cela n’a pas semblé inquiéter le haut commandement.

https://strategietotale.com/forum/84-autres-fronts-aspects-de-la-premiere-guerre-mondiale/196124-les-leichte-kampfwage-lk

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s