1316/11 mars 1918: (suite)  souvenir du bombardement de Paris par Gotha

Journal de guerre de 1918 du soldat Charles Robert Bottomley

11 mars 1918 — Ai commencé dans le quart du service de jour. Ai travaillé dans le secteur de l’unité. Suis allé à Hanichon à cheval prendre un bain dans la matinée. Ai reçu un assortiment flambant neuf de sous-vêtements dans le secteur de l’unité. Suis sorti en soirée.

12 mars 1918 — Suis parti en matinée avec la batterie faire des manoeuvres à cheval. La chevauchée a été assez dure. Ai vu un bombardier allemand qui avait été descendu. Ai nettoyé les avant-trains en après-midi. Suis sorti en soirée.

13 mars 1918 — Rassemblement des conscrits en matinée. Suis resté dans le secteur de l’unité le matin. L’après-midi, ai été vacciné contre la typhoïde. Me suis promené en ville en soirée et ai mangé des oeufs au dîner.

14 mars 1918 — Suis resté couché toute la journée; me sentais plutôt mal à cause du vaccin. Suis sorti en soirée.

15 mars 1918 — Ai passé la journée à nettoyer les avant-trains en vue de l’inspection. Ne suis pas sorti en soirée.

16 mars 1918 — Le général Thacker nous a inspectés. La section de droite a obtenu la palme. Samedi après-midi de congé. Suis sorti en soirée. Des hommes de la 6e Batterie ont volé un harnais, mais ils l’ont rendu pendant la journée.

source: http://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/those-who-served/diaries-letters-stories/first-world-war/Bottomley/march1918

(suite)  Souvenir du bombardement de Paris par Gotha, 11 mars 1918

Je vous présente cette petite acquisition récente sur un thème qui m’est cher, celui des bombardements de Paris durant le Grande Guerre. Il s’agit ici d’une patte d’épaule d’un aviateur abattu au retour du raid effectué durant la nuit du 11 au 12 mars. Le bombardement fut particulièrement meurtrier, causant sur l’ensemble de l’agglomération parisienne la mort de 103 personnes et en blessant 101 (1). Quatre appareils allemands (3 Gothas et un biplan « ordinaire ») furent perdus à cette occasion :
Le premier Gotha tomba à Essommes-sur-Marne, équipage carbonisé à l’exception d’un officier, le capitaine Schoebler, qui fut recueilli grièvement brûlé et qui mourut quelques heures après.
Le second fut retrouvé partiellement carbonisé à Etrepilly, l’équipage composé d’un aspirant et de trois sous-officiers fut capturé par un barrage de gendarmerie sur la route de Soissons. Il s’avéra que l’engin avait eu ses moteurs atteints par des éclats de DCA.
Le troisième appareil tomba près de Mareuil-sur-Ourcq. Son équipage était composé de trois sous-officiers, dont un blessé, qui furent capturé.
Le dernier engin s’est abattu vers Soisson, dans les lignes allemandes.
En résumé, cette patte pourvue d’une étiquette indiquant  » 11 mars 1918 raid sur Paris, patte d’épaule d’un officier fait prisonnier au retour  » appartenait manifestement à l’un des sous-officiers des appareils tombés à Mareuil ou à Etrepilly…

(1) dont 70 morts et 31 blessés de manière indirecte, causée par un mouvement de foule dans la station de métro Bolivar, dans le 19e arrondissement.

source: http://lagrandeguerre.cultureforum.net/t77525-souvenir-du-bombardement-de-paris-par-gotha-11-mars-1918

Parution d’Excelsior

Journal du lundi 11 mars 1918

Nous avons repoussé des coups de main au sud de Bétheny, sur la rive gauche de la Meuse et dans les Vosges. L’ennemi a subi des pertes et laissé des prisonniers entre nos mains.
Nos détachements, pénétrant dans les lignes allemandes, à l’est d’Auberive et dans la région de Badonviller, ont opéré de nombreuses destructions et fait des prisonniers.
Deux avions allemands ont été abattus par nos pilotes et dix autres, gravement endommagés, sont tombés dans leurs lignes.
Notre aviation de bombardement a effectué plusieurs sorties: 14000 tonnes de projectiles ont été lancés sur les gares, cantonnements et terrains d’aviation de la zone ennemie. Plusieurs incendies ont été constatés.
Les Anglais ont exécuté avec succès des coups de main au nord-ouest de Saint-Quentin et au sud-est de Cambrai. L’ennemi a eu un certain nombre de tués et a laissé des prisonniers.
Activité de l’artillerie allemande dans le secteur d’Armentières, à l’est de Wytschaete et sur la route de Menin.
En Macédoine, dans la vallée de la Cerna, les troupes britanniques ont exécuté avec succès plusieurs coups de main dans les lignes bulgares.
Dans la boucle de la Cerna, après une violente préparation d’artillerie, un détachement ennemi a tenté une attaque sur nos positions au nord d’Orchovo. Il a été repoussé.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s