1338/2 avril 1918: carte postale de Reims

Processus de paix: l’affaire Sixte

L’affaire Sixte éclate le 2 avril 1918 dans l’ambiance d’un incident diplomatique, à la suite du discours prononcé par Czernin, ministre autrichien des Affaires étrangères. A l’époque, de nombreux traités de paix sont en cours d’acceptation, il déclare alors que la France entrave le processus de paix en revendiquant la restitution de l’Alsace-Lorraine. Georges Clemenceau, Premier ministre français, réfute, et publie une lettre dans laquelle l’empereur d’Autriche-Hongrie, Charles 1er, se dit pour cette restitution. Cerznin sera donc renvoyé.

source: http://www.linternaute.com/histoire/jour/evenement/2/4/1/a/60335/affaire_sixte.shtml

Carte postale de Reims

Chère Mère
Par ces quelques mots je vous ferais savoir que je suis toujours en bonne santé et je désire que la présente vous trouve tous de même ainsi que toute la famille.
Nous avons mauvais temps et comme corvée, nous prenons quelques choses pour le ravitaillement en munitions et en vivres.
Enfin, nous espérons être relevés.
Bien des choses de ma part à toute la famille et à la famille B… , et je vous quitte en vous embrassant tous.
De tout cœur, ton fils pour la vie.
Charles.

Et oui, déjà 4 années de guerre… de quoi trouver le temps vraiment long… et ce n’est pas encore terminé. Charles évoque ses occupations de ravitaillement, sans donner plus d’explications, mais il est vrai qu’il ne faut pas trop en raconter sur ces correspondances ! On ne sait jamais, la moindre information précise pourrait renseigner l’ennemi si ces cartes venaient à tomber entre leurs mains.

La photographie, quant à elle, nous montre l’intérieur des locaux de l’Action Populaire, entièrement dévastés par les bombardements allemands.
L’Action Populaire est une revue fondée en 1903 par le jésuite Henri-Joseph Leroy (de la Compagnie de Jésus), en exil en Belgique. En 1904, l’Action populaire déménage à Reims dans ces locaux à l’angle des rues de Mâcon et des Trois-Raisinets. Il semble assez difficile aujourd’hui d’en situer le lieu exact, la topologie des lieux ayant beaucoup changé à cause de la guerre, notamment avec le percement lors de la reconstruction de la ville, de la rue Voltaire qui est venue couper ces deux rues.
Avec déjà 8000 abonnés en 1914, la revue cesse ses parutions à cause de la guerre… elles reprendront ensuite, à Paris (51, rue Saint-Didier).
Dans les années 70, la Revue de l’Action Populaire devient Projet, et depuis 2012 Revue Projet, avec une version papier et une version numérique.

source: http://reims.14-18.over-blog.com/2015/09/reims-14-18-8h-du-matin-le-2-avril-1918.html

Visite de l’émir Fayçal au camp français

La collaboration entre Albert Kahn et l’armée est renouvelée en 1918. La SPCA envoie par exemple un binôme en mission au Proche-Orient de février à octobre. Jean Prache est chargé des prises de vues et des projections cinématographiques, Paul Castelnau est chargé des photographies en noir et blanc et des autochromes.

« Akaba, Arabie, visite de l’émir Fayçal au camp français », 2 avril 1918, Paul Castelnau, section photographique et cinématographique de l’armée,
positif sur plaque de verre noir et blanc 9 x 12 cm, inv. SPA 17 OS 571, SPCA / ECPAD.

source: http://www.14-18.albert-kahn.hauts-de-seine.fr/comprendre/le-partenariat-entre-albert-kahn-et-la-spca?showall=&start=2

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s